Actualités

Un nouveau dirigeant pour MARINELEC Technologies, concepteur et fabricant d’équipements électroniques de surveillance et d’alarme pour la marine, à Quimper.

Categories:

Geoffroy Lacoin rachète l’entreprise dirigée depuis 25 ans par Pascal Citeau.

À la faveur de son départ en retraite, après 25 ans à la tête de l’entreprise MARINELEC Technologies, Pascal Citeau a choisi de céder la totalité du capital de la société MARINELEC Technologies à Geoffroy Lacoin, actionnaire majoritaire et à Jean Brossollet. Le rachat a été officialisé lundi 04 juillet 2022.

« Je suis arrivé il y a déjà 25 ans, mais j’ai l’impression que c’était hier. »

Depuis qu’il a acquis la société en 1997, Pascal Citeau n’a cessé d’innover pour proposer une large gamme de produits techniques et modernes et répondant avec efficacité aux besoins du marché et aux enjeux de l’industrie maritime. Il a fait de l’entreprise créée il y a 47 ans, un leader dans la détection incendie à bord des navires et la gestion des alarmes et diversifié l’activité avec des solutions de gestion de l’énergie. Pascal Citeau a également su positionner MARINELEC Technologies sur le marché international et faire rayonner l’entreprise cornouaillaise sur tous les continents.

Pascal Citeau déclare : « Aujourd’hui, l’industrie navale et maritime doit faire face à de nouveaux challenges. MARINELEC Technologies apporte des réponses aux enjeux de sécurité mais également de transition énergétique du secteur. Je suis certain qu’à la tête de l’entreprise Geoffroy saura faire avancer MARINELEC Technologies et accompagner nos clients pour relever ces défis ».
Geoffroy Lacoin déclare : « MARINELEC Technologies, c’est avant tout une société 100% finistérienne reconnue sur son secteur en France et à l’international. C’est aussi une équipe avec de belles compétences et des valeurs fortes sur lesquelles je vais pouvoir m’appuyer. » De son côté, Jean Brosselet apporte à MARINELEC Technologies son expertise maritime et son expérience entrepreneuriale.

Retour sur Euromaritime

Categories:

L’Interprofession du Port de Concarneau s’est rendue au salon Euromaritime 2022 à Marseille. Une dizaine d’entreprises adhérentes sont venues exposer sous le Pavillon IPC, du 28 au 30 juin 2022. Retour sur ces trois jours de salon !

Euromaritime, le salon euro-méditerranéen des industries de la mer et de la croissance bleue

La deuxième édition marseillaise d’Euromaritime a fermé ses portes sur un bilan positif après trois jours d’échanges riches et fructueux. Exposants et visiteurs étaient au rendez-vous malgré le retour de l’épidémie de covid-19 et le report du salon, initialement prévu en février. Innovation, emploi et décarbonation ont été au cœur de ce temps fort incontournable des industries de la mer et de l’économie bleue. (Lire le communiqué de presse bilan). Cette dernière édition a rassemblé plus de 300 exposants et 4000 visiteurs.

L’IPC en escale à Marseille

Dix entreprises adhérentes de l’IPC ont exposé sous le Pavillon IPC : Barillec Marine, Carenco – Port de Concarneau, construction et réparation navales, Coprexma, Eolaz, Marinelec Technologies, Meca Diesel, Paumier, Protection Incendie Cornouaille, Naos Ingénierie, SEMIM mais aussi Piriou, Bretagne Pôle Naval et l’agence Sea to sea. Euromaritime est une belle vitrine pour promouvoir le savoir-faire et l’expertise des acteurs du monde maritime concarnois. La complémentarité de nos métiers réunis sur le site de Concarneau, permet de répondre à l’ensemble des besoins des clients, pour tous types de navires : pêche, militaire, scientifique, transport de passagers ainsi que la grande plaisance.

Ce salon est également une occasion supplémentaire pour rassembler les membres adhérents de l’IPC afin de créer des synergies, développer le réseau mais aussi partager des moments de convivialité tous ensemble !

Merci à tous pour votre mobilisation !

 

 

vedettes de paris

Barillec Marine va équiper les bateaux de croisière fluviale des Vedettes de Paris en moteur à propulsion 100% électrique, un dispositif inédit par son ampleur et les technologies employées

Categories:

Barillec Marine va équiper les bateaux de croisière fluviale des Vedettes de Paris en moteur à propulsion 100% électrique, un dispositif inédit par son ampleur et les technologies employées

Vedettes de Paris, opérateur majeur de croisières touristiques situé au pied de la Tour Eiffel, et Barillec Marine, intégrateur français de systèmes de propulsion électrique et hybride pour le transport maritime et fluvial, s’engagent vers la décarbonation des bateaux de tourisme fluvial. Barillec Marine, va fournir le package complet pour la conversion en 100% électrique des bateaux Paris Trocadéro et Paris Iéna, deux des cinq unités constituant la flotte de la compagnie.

UNE PREMIÈRE MISE A L’EAU DÈS LA FIN 2022

Barillec Marine a souhaité accompagner Vedettes de Paris qui s’est engagé à l’automne 2021 dans une politique responsable et volontariste face aux enjeux du changement climatique avec la volonté de diminuer de plus de 50% son impact carbone d’ici 2024 grâce à l’électrification de sa flotte.

Le package du premier bateau sera livré à l’automne 2022 à l’armateur et sera composé des armoires électriques de conversion d’énergie, des batteries, des moteurs électriques ainsi que du contrôle- commande complet de l’ensemble.

UNE PROUESSE TECHNOLOGIQUE POUR TOUTE UNE FILIÈRE

Suite aux études techniques et réglementaires de transformation et d’intégration réalisées par le Bureau d’architecture navale Ship-ST, le dimensionnement des équipements électriques, tel que défini par Ship-ST et Barillec Marine, doit permettre de s’adapter au profil opérationnel du bateau, à sa stabilité, et à ses contraintes d’exploitation, qui comptent en moyenne 8 croisières d’une heure par jour, mais aussi au fort courant de la Seine lors des crues.

« Concrètement, la totalité de l’énergie nécessaire à la propulsion de chacun des bateaux sera fournie par deux parcs de batteries de 550 kWh chacun. L’autonomie d’exploitation sur une journée sera assurée par des superchargeurs installés sur les pontons permettant de réaliser des micro-recharges de 15 minutes lors des escales.

Pour ce projet, qui fait partie de l’un des plus importants parcs de batteries installés sur un bateau fluvial en France, et le premier avec une telle puissance installée pour un bateau de croisière- promenade, nous travaillons en partenariat avec E4V, fabricant français de batteries certifiées marine », précise Bruno Libert, chef d’entreprise de Barillec Marine.

« Pendant toute la phase d’appel d’offres, nous avons été séduits par les compétences mais surtout par la force de proposition de Barillec Marine pour la réalisation de ce projet qui s’est positionné en véritable partenaire technique », précise Vincent Delteil, Directeur de Site de Vedettes de Paris.

VEDETTES DE PARIS, UN ACTEUR ENGAGÉ

Forte de ses cinq unités naviguant à Paris depuis le pied de la Tour Eiffel, la compagnie Vedettes de Paris se veut responsable et engagée face aux enjeux du changement climatique et de la transition énergétique. Ainsi, le passage du thermique vers l’électrique va permettre de naviguer en zéro émission de gaz à effet de serre et respecter les engagements tenus par Vedettes de Paris en faveur de l’environnement, conformément aux accords de Paris.

« Cela constitue une étape majeure dans la concrétisation de notre engagement pour la planète. Ce projet est tout à la fois novateur, ambitieux mais aussi audacieux. Face à l’enjeu, nous n’avons pas hésité un seul instant à remettre en cause nos modes d’exploitation. Avec Barillec Marine mais aussi Communauté Portuaire de Paris, Voies Navigables de France et l’ADEME qui ont rendu ce projet possible, nous espérons ainsi embarquer tous les acteurs du secteur dans cette nécessaire transformation », souligne Marie Bozzoni, Directrice Générale des Vedettes de Paris.

©Crédit photos : Vedette de Paris – Droits réservés

Signature d’un contrat pour la construction d’un tender de 5.6m

Categories:

JFA Yachts annonce la signature d’un tender pour superyacht, le LuXplorer 560.

JFA Yachts débute la construction, en collaboration avec SPARK Marine Projects, d’une coque open de 5,6m nommée LuXplorer 560, commandée en tant que tender pour un superyacht de 50m. Le tender est actuellement en construction dans le chantier français  qui bénéficie du savoir-faire de compagnons hautement qualifiés.

La concrétisation de ce nouveau projet de construction résulte d’une collaboration avec SPARK Marine Projects, un cabinet de design et d’architecture navale multidisciplinaire basé à Monaco. Le LuXplorer 560  alliera lignes épurées, élégance et minimalisme, principales caractéristiques de ce navire construit en infusion verre-époxy.

Plus spacieux qu’un tender de type RIB de cette taille, le LuXplorer 560 répond aux exigences de son armateur pour y embarquer avec aisance et sécurité, simplifier les opérations et la manœuvre de l’équipage ainsi que pour pratiquer des sports nautiques. Grâce à sa coque en V profond, le tender  offre un confort pour 8 invités et membres d’équipage lors de la navigation. Un moteur inboard de 170 CV lui confèrera une vitesse maximale de 30 nœuds.

En 2021, JFA Yachts a annoncé l’expansion de ses infrastructures, avec 1300m2 d’ateliers, dédiés à la construction en composite en réponse à une forte demande de la part des propriétaires de superyachts pour son expertise en construction neuve et en refit. Actuellement, le chantier naval peut produire des pièces, des ponts et des superstructures navales sur place et sous la supervision d’une équipe spécialisée. JFA Yachts fabrique actuellement des pièces en composite pour un moteur yacht explorer en construction dans ses locaux et dont la livraison est prévue pour 2024.

En accord avec sa progression sur des projets de construction de navires en composite, JFA Yachts a livré en 2021 un bateau électrique de haute performance, construit en infusion carbone avec résine époxy. La première unité d’une série de navires, construite pour Vita Yachts, qui affiche une qualité de haut niveau ayant reçu des éloges lors des salons et évènements dans le domaine maritime.

JFA Yachts continue son développement en tant qu’acteur clé sur le marché des tenders de superyachts en plus de son activité consacrée à la construction et réparation de yachts de plus de 20m. Ce positionnement requiert des critères de qualité et de savoir-faire de même niveau que ceux des  navires construits par JFA Yachts ces dernières années. 

A propos du LuXplorer 560

LHT : 5.6m – Bau : 2.07 m – Déplacement : 1500 kg – Tirant d’eau : 0.42m

Moteur : Yanmar 170 Cv – Vitesse max : 30 nds – Capacité : 9 invités + 1 membre d’équipage

Matériau : Verre époxy en infusion – Architecte : Spark Marine Projects

Plus d’informationswww.jfa-yachts.com

MOONBEAM IV au chantier JFA Yachts

Categories:

Moonbeam IV, le voilier classique dessiné et construit par l’architecte écossais William Fife en 1914, a choisi le chantier JFA Yachts pour une restauration de plusieurs mois.

Bien connu des régates classiques méditerranéennes, Moonbeam IV a rejoint Mariquita à Brest depuis 2021.

C’est en collaboration avec le Chantier Naval Hubert Stagnol dont l’expertise en charpente navale est connue et reconnue, que JFA Yachts a entrepris ces travaux de rénovation et a mis son savoir-faire au service de ce voilier iconique.

Des travaux d’entretien mécaniques ont été réalisés, mais les principales interventions ont eu lieu sur la coque et le gréement en pin d’Oregon.

La carène entièrement construite en teck a été décapée et révisée.  Certaines pièces de bois ainsi que les passe-coques ont été changées. Elle a ensuite reçu une nouvelle laque Awlgripp « Vanilla White ».

Les claires-voies ont été restaurées par les ébénistes de JFA Yachts, tandis que les compagnons d’Hubert Stagnol ponçaient et revernissaient le pavois et le gréement. Il est à noter que le mât de tête a également été changé.

Ce refit de novembre à mai a permis de rendre à ce yacht classique toute sa magnificence !

Un ber adapté et réalisé par le chantier JFA Yachts ainsi que ses infrastructures ont contribué à rendre possible ce refit.

Remis à l’eau début mai, Moonbeam IV est retourné à Brest pour recevoir ses nouvelles voiles au célèbre numéro 8, faire des essais et s’entraîner puis a rejoint l’écosse  afin de participer à la Fife Regatta qui se déroulera du 10 au 17 juin 2022 à Fairlie.

Sensibles à l’initiative des nouveaux armateurs de Mariquita, Moonbeam IV et Moonbeam III (Moonbeam of Fife) qui ont choisi la France et la Bretagne pour port d’attache, JFA Yachts et Hubert Stagnol se tiennent prêts à prendre en charge de nouveaux travaux à l’automne 2022.

L’occasion pour les 2 chantiers labellisés Entreprises du Patrimoine Vivant (EPV) de partager à nouveau leurs savoir-faire sur ces voiliers de légendes.

 

A propos de Moonbeam IV

LOA : 35m – Longueur coque : 29m – Longueur flottaison : 19.5m – Bau : 5.10m – Déplacement : 80T – Tirant d’eau : 3.9m – Surface de voilure : 507 m² / 900m² – Matériau de Coque : Teck et membrures acier – Constructeur : William fife & Sons – Année de construction : 1914

A propos de JFA Yachts et de ses infrastructures

Toutes les compétences sous un même toit

Ponton de 60m de long – 5 m Hauteur d’eau – Travellift de 400T– Syncrolift de 2000T – Cale sèche de  105m –  6 Halls de construction et de rénovation de 20 à 50m

PIRIOU LIVRE DEUX NOUVEAUX REMORQUEURS AU GROUPE BOLUDA FRANCE

Categories:

PIRIOU vient de livrer à BOLUDA FRANCE deux nouvelles unités destinées à être affectées au TIMOR oriental. Construits par PIRIOU VIETNAM, le ‘VB FADO’ et le ‘VB LIKURAI’ viennent de quitter le site de Nha Be et font route vers leur lieu d’exploitation.

Ces deux remorqueurs d’une longueur de 30,30 mètres et de 45 tonnes de bollard pull pour l’un et de 60 tonnes pour l’autre sont construits sur un design standard PIRIOU et adaptés pour répondre aux demandes spécifiques de BOLUDA FRANCE. Ils sont particulièrement manoeuvrants et répondent aux dernières exigences en matière de sécurité et de performance, apportant à nos clients les solutions adaptées à leurs impératifs opérationnels.

PIRIOU a déjà livré une première série de huit remorqueurs de 70 tonnes de traction pour le compte de BOLUDA FRANCE entre 2007 et 2009, puis une nouvelle série de six remorqueurs construits cette fois par sa filiale vietnamienne et livrés entre 2015 et 2017 et enfin une troisième série de six unités de 75 tonnes de traction entre 2019 et 2020.

Vincent Faujour, Président du Groupe PIRIOU déclare : « Nous sommes toujours satisfaits de cette nouvelle marque de confiance de BOLUDA FRANCE avec ce contrat de deux nouveaux OST30, design PIRIOU. La particularité de cette livraison réside dans le fait que c’est la première fois que nous livrons des unités à BOLUDA FRANCE pour un lieu d’exploitation autre que la métropole ou les Dom-Tom ».

Denis Monserand, Directeur Général de BOLUDA FRANCE, ajoute : « Effectivement, ces deux nouveaux remorqueurs sont destinés à notre première implantation sur le continent asiatique, au Timor oriental, fruit d’un partenariat avec le groupe BOLLORE. BOLUDA FRANCE participe au travers de ce projet à long terme à l’expansion du Groupe BOLUDA dans le monde. Nous remercions PIRIOU de nous accompagner dans cette nouvelle aventure ».

Des remorqueurs ASD polyvalents portuaires et côtiers

Ces unités sont déclinées du modèle « OST 30 » (Omni Stern Tug) de la gamme de remorqueurs conçue par PIRIOU.

L’OST 30 est un remorqueur polyvalent développé pour effectuer des opérations de remorquage et assistance portuaires de type « push pull » ainsi que des opérations de remorquage hauturier. Avec une longueur de coque de 30,30m, il peut aussi assurer l’assistance des navires en approche dans les chenaux d’accès. Il est équipé de deux propulseurs “azimutaux” placés sur l’arrière (Azimuth Stern Drive). Ces propulseurs sont entraînés par deux moteurs diesels marins rapides réfrigérés à l’eau douce via des réfrigérants de type “box cooler”. En passerelle, l’ergonomie du poste unique de commande permet au capitaine d’assurer seul l’ensemble des opérations de conduite et de manoeuvre grâce à une très bonne visibilité sur la zone de travail et son environnement tant à l’horizontal qu’en vertical.

Afin de répondre aux conditions d’exploitations spécifiques de BOLUDA, ces remorqueurs sont dotés de nombreux équipements tels que :

  • un treuil avant double
  • un propulseur d’étrave
  • un croc de remorque

Le modèle 60 T est doté en outre :

  • d’un équipement FiFi 1 afin d’assurer la lutte anti- incendie
  • d’un treuil de remorquage arrière
  • d’un pavois ouvert avec rouleau.

Ils sont prévus pour un inter carénage de 5 ans avec antifouling spécial et système de protection des prises d’eau par ultra-sons. Leurs emménagements sont conformes aux dernières normes MLC 2006 et un soin particulier a été apporté au niveau de l’isolation phonique.

Une gamme complète adaptée aux besoins des opérateurs portuaires

Fort de son expérience de 25 ans dans la construction de remorqueurs, PIRIOU a conçu une gamme complète et standardisée de remorqueurs compacts et polyvalents, de 24 à 32 mètres, développant une traction de 30 à 95 tonnes.

  • un remorqueur d’assistance portuaire : OST 24W
  • des remorqueurs portuaires et de services côtiers polyvalents : OST 24, OST 28, OST 30, OST 32
  • un remorqueur d’escorte et de services aux terminaux : OST 32 E

Mise à flot du premier des trois patrouilleurs hauturiers commandés par le Sénégal

Categories:

La mise à l’eau du ‘WALO’, le premier patrouilleur océanique destiné à la Marine nationale sénégalaise, a été effectuée ce jour à Concarneau (29), en présence de l’Amiral Oumar WADE, Chef d’Etat-major de la Marine du Sénégal. Cette nouvelle étape symbolise la poursuite du programme qui porte sur la fourniture de trois patrouilleurs océaniques.

En parallèle, la seconde unité est en cours d’armement et le flotteur du troisième est en fin d’assemblage.

Pour rappel, ce contrat avait été signé en novembre 2019 par Le Ministère des Forces Armées du Sénégal et le groupe PIRIOU.

Réalisé avec le soutien et l’expertise de sa filiale KERSHIP, le programme de construction de ces trois patrouilleurs, va s’échelonner sur une durée de 44 mois, jusqu’à l’été 2024. Il prévoit également une période de soutien de plusieurs années au Sénégal.

Vincent Faujour, Président du Groupe PIRIOU déclare : « Je suis heureux d’avoir assisté à cette étape symbolique qui s’inscrit parfaitement dans le planning initialement prévu dans de programme et démontre l’engagement du Groupe et de ses équipes ».

L’OPV 58 S : un patrouilleur hauturier de 62 m

L’OPV 58 S (Offshore Patrol Vessel) est un patrouilleur de 62 m d’une polyvalence remarquable. Robuste et endurant, il est dédié aux missions de surveillance, d’identification et d’intervention, répondant parfaitement à la variété des missions liées à l’Action de l’Etat en Mer. En complément de ses capacités de projection (embarcations commandos), il possède une capacité de dissuasion de premier rang grâce à ses systèmes d’armes de lutte anti-surface et de lutte anti-aérienne.

Parmi les innovations et capacités majeures du navire, sont à noter :

  • Une conception très polyvalente pour configurer le navire à différentes missions
  • Une vaste passerelle panoramique à 360°
  • Un système de mise à l’eau rapide / récupération par rampe AR de 2 embarcations
  • Une carène C-Sharp® : autonomie et tenue à la mer optimisées
  • Un système de veille et de combat de hautes performances

Ces OPV seront équipés de missiles anti-navire MARTE MK2/N dont la portée de plus de 30 kilomètres et la capacité tir-et-oubli permettront à la Marine sénégalaise d’assurer sa supériorité maritime. La protection immédiate des patrouilleurs sera assurée par le système SIMBAD-RC qui permet de déployer deux missiles MISTRAL, l’ensemble garantissant une excellente protection contre les missiles anti-navire, avions de combat, drones, hélicoptères et embarcations rapides telles que les FIACs. Tous ces missiles sont produits par MBDA.

Caractéristiques principales
Longueur HT 62,20 m
Largeur 9,50 m
Tirant d’eau (env.) 3,00 m
Vitesse 21 Nds
Autonomie 21 jours, 4 500 Nq à 12 Nds
Coque / superstructure : acier / aluminium
Capacité aménagements 48 personnes.
dont équipage 24
dont personnel mission 24
Intervention : 2 embarcations sur rampes AR
Capacité pour 2 conteneurs de 20’

Long Island 86’ Power

Categories:

JFA Yachts poursuit le développement de sa gamme de catamarans « Long Island ». Deux 85’ à voile et un 78’ à moteurs ont déjà été construits au sein du chantier français.

Aujourd’hui, JFA Yachts présente le Long Island 86 Power et se démarque résolument sur le marché du catamaran à moteur ; les Long Island sont les seuls à disposer d’une coque en aluminium et d’un pont en composite. Affichant des dimensions et des proportions généreuses, ce magnifique catamaran offrira un volume et luminosité, confort en navigation, fiabilité et performance pour naviguer sur de longues distances et qualité de construction exceptionnelle propre au savoir-faire de JFA Yachts.

Le Long Island 86 Power pourra être proposé avec une propulsion conventionnelle et aussi en propulsion hybride afin de pouvoir se déplacer en silence entre 2 mouillages.

Dessiné par Marc Lombard Design Group pour l’architecture navale avec le concours du Bureau d’études de JFA Yachts et Nicolas Purnu du cabinet 3 Lignes, la version présentée se caractérise par un très vaste flybridge. Avec poste de navigation, bar abrité, grand salon aux nombreuses assises, ce pont supérieur permet de créer des espaces différents et personnels et de bénéficier d’une vue inégalable. Il est également possible d’opter pour une timonerie fermée, comme réalisé sur le Long Island 78 Power. Le toit sera équipé de panneaux solaires afin de pouvoir, au mouillage, fournir de l’électricité et réduire l’utilisation du groupe électrogène.

Sur le pont avant, et accessible depuis le salon intérieur, un jacuzzi complète le confort d’un espace intimiste particulièrement adapté aux moments de détente en escale estivale ou tropicale. Le Long Island 86 Power dispose d’un vaste espace de vie extérieur/intérieur sur le pont principal, grâce à une largeur de pont exceptionnelle de plus de 11 mètres. L’espace dinatoire extérieur abrité et ombragé, le salon et les confortables bains de soleil offriront aux convives de partager des moments inoubliables en plein air.

La plateforme arrière où loge l’indispensable tender en navigation, permet aisément de créer en espace détente ou une plage, véritable mise à l’eau des multiples divertissements nautiques.

Fidèle à sa collaboration avec JFA Yachts, Darnet Design signera encore une fois un aménagement intérieur à l’ambiance personnalisée à son futur propriétaire.

Le Long Island 86 Power est conçu pour huit invités avec quatre belles cabines lumineuses dont une cabine propriétaire. Il pourra accueillir jusqu’à quatre membres d’équipage.

Marc Lombard définit ainsi cette gamme de catamarans de luxe hauturiers : « Les catamarans Long Island sont simples, efficaces, marins … et raffinés ». Gageons que le Long Island 86 Power confirmera encore une fois ces quelques mots !

Longueur HT = 26.25 m – Bau 11.35 m – Déplacement 56 T lège – T.E. 1.6 m – Moteur : 2x 600 Cv

GUYOT environnement prend le large : Un Vendée Globe avec Benjamin Dutreux pour 2024 !

Categories:

Investie depuis de nombreuses années dans le monde de la voile, l’entreprise GUYOT environnement spécialisée dans la collecte, le tri, la valorisation des ressources et demain la production d’énergie, s’engage sur le circuit IMOCA Globe Series, avec le skipper, Benjamin Dutreux.

Nouvel arrivé parmi les partenaires au sein de cette classe, GUYOT environnement souhaite aller encore plus loin, en apportant son soutien à l’association Water Family, dont Benjamin Dutreux est l’ambassadeur depuis cinq ans. Ensemble, ils vont mettre le cap sur le Vendée Globe 2024 ! Un Vendée Globe 2024 pour Benjamin Dutreux, sous les couleurs de GUYOT environnement – Water Family.

Depuis près de 40 ans, GUYOT environnement est devenu un partenaire incontournable sur son territoire pour apporter des solutions aux grands enjeux environnementaux. L’entreprise met toute son énergie au service d’une économie circulaire et produira demain l’énergie qui la rendra autonome. Cette énergie, et cette envie d’avancer se retrouvent aussi dans ses engagements dans le nautisme. Ces dernières années, ses équipes ont en effet apporté leur soutien à plusieurs déclinaisons de l’excellence maritime :  la voile olympique par le biais du Pôle France de Brest et du duo olympique Camille Lecointre et Aloïse Retornaz, la course au large avec Vincent Biarnes puis Pierre Leboucher sur le circuit Figaro Bénéteau et aussi avec Olivier Le Fichous sur la Mini-Transat. Tout récemment, GUYOT environnement est devenu partenaire officiel d’Energy Observer et de son capitaine-fondateur Victorien Erussard, autour de leurs projets de Recherche et Développement pour l’économie circulaire et la décarbonation des transports.

Un projet d’entreprise, une aventure fédératrice

Aujourd’hui, GUYOT environnement confirme son ambition et sa détermination, à jouer aux avant-postes et ouvre ce nouveau chapitre en IMOCA avec Benjamin Dutreux. Objectif : le Vendée Globe 2024. Ce partenariat constitue un vrai projet d’entreprise pour Erwan GUYOT, Président de GUYOT environnement :

« Accompagner Benjamin Dutreux sur les plus grandes courses au large et associer l’ensemble des collaborateurs du Groupe à un projet commun est fédérateur et vertueux. Nous avons suivi son dernier Vendée Globe avec son bateau d’ancienne génération, alors quand il nous a parlé de son projet d’achat de l’ancien bateau Hugo Boss (deuxième du Vendée Globe en 2016), j’ai vu une belle opportunité de construire un projet compétitif, autour de valeurs qui nous ressemblent. Entrepreneur, qui n’hésite pas à prendre des risques, Benjamin reste aussi très humain, avec la tête sur les épaules. Il a su s’entourer d’une équipe performante, très soudée. A travers la Water Family, Benjamin revendique des valeurs environnementales qui nous parlent naturellement. Il a vite coché toutes les cases ! Nous sommes très heureux d’embarquer aux côtés de Benjamin, de son équipe et de nous inscrire dans la durée dans cette aventure commune. »

Benjamin Dutreux, la révélation du dernier Vendée Globe

Révélation de la dernière édition du Vendée Globe, Benjamin Dutreux a démontré son talent et son expertise à bord d’un IMOCA ancienne génération. Le jeune skipper vendéen a terminé dans le Top 10 et remporté dans la foulée The Ocean Race Europe avec Offshore Team Germany.

« À la suite du Vendée Globe, nous avons eu très rapidement l’envie de repartir pour une nouvelle campagne avec des objectifs différents ! Pour répondre à ces attentes, nous avons fait le choix d’investir dans un bateau qui nous permettra d’élever notre niveau sportif. Nous nous sommes, par la suite, rencontrés avec GUYOT environnement, et avons trouvé rapidement des synergies. Nous avons construit ensemble un fonctionnement efficace et raisonné pour aller chercher de la performance, le tout dans un esprit familial. En plus de cela, leur souhait de s’engager pour un environnement durable va nous permettre de continuer à soutenir les actions que l’on a commencé à mettre en place il y a plus de 5 ans avec la Water Family. L’IMOCA GUYOT Environnement – Water Family, c’est donc le début d’une belle aventure commune, riche de sens, autour de la performance sportive et de l’éducation à la consommation responsable et la protection de l’eau. » explique Benjamin Dutreux.

GUYOT environnement embarque la Water Family

Dès 2016, Benjamin devient ambassadeur de la Water Family – Du Flocon à la Vague et embarque l’association sur ces projets sportifs. Sa mission ? Transmettre des valeurs éducatives environnementales grâce à des actions positives, concrètes et inspirantes à travers son projet sportif. Plus de 8 000 enfants ont été sensibilisés depuis !

« Notre mission au quotidien est d’éduquer les enfants à la préservation de l’eau, de notre santé et de l’ensemble du vivant. Avec Benjamin, notre collaboration porte tout son sens, il est en plus très pédagogue et aime transmettre son savoir aux enfants. Être associés à ce beau projet IMOCA, est une formidable opportunité pour sensibiliser un plus grand nombre ! En plus de son soutien direct à l’association, GUYOT environnement nous offre une belle visibilité sur un support très médiatisé. C’est une chance pour nos actions et nos messages d’être mis en lumière. », conclut La Water Family – Du Flocon à la Vague.

Ce projet voile, porteur de sens, de valeurs humaines et environnementales très fortes, est incarné par trois équipes ayant toutes un même objectif : performer sur l’eau en commençant par la Route du Rhum-Destination Guadeloupe en 2022, puis La Transat Jacques Vabre en 2023 et le Vendée Globe en 2024 !

Programme 2022 de l’IMOCA GUYOT environnement – Water Family

À travers ce partenariat, Benjamin DUTREUX, doté aujourd’hui d’un foiler génération 2016 bénéficiant des dernières évolutions techniques (IMOCA 11th Hour Racing, ancien Hugo Boss 2016), a plusieurs objectifs : être présent sur toutes les courses du circuit IMOCA Globe Series, de jouer aux avant-postes, et de porter haut les couleurs du Team GUYOT environnement – Water Family.

  • 2022 : Baptême de l’IMOCA à Brest – 05 mai 2022
  • 2022 : Guyader Bermudes 1000 – 08 mai 2022
  • 2022 : Vendée Arctique – 12 juin 2022
  • 2022 : Le défi Azimut – Lorient Agglomération – 13 septembre 2022
  • 2022 : La Route du Rhum – Destination Guadeloupe – le 6 novembre 2022

BRETAGNE PÔLE NAVAL (BPN) LANCE LA MARQUE « BREIZH CONTENT® »

Categories:
Le cluster industriel BPN porte déjà trois produits phares représentatifs des compétences de l’industrie bretonne des filières Naval, EMR et O&G Energies, la gamme des Shelti Breizh, le Salon de l’emploi et de la formation aux métiers de la mer PRO&MER, et les journées Business Booster.

Aujourd’hui, BPN confirme sa volonté de positionner et défendre les intérêts des industriels bretons acteurs de la filière EMR, en proposant un accompagnement aux candidats de l’appel d’offres « AO5 – Parc éolien flottant en Bretagne Sud » en créant la marque « BREIZH CONTENT et son label ».

L’énergie s’inscrit aujourd’hui dans une actualité pressante entre une recherche d’indépendance nationale devenue cruciale et une transition énergétique plus que jamais impérative.

Forte d’une façade maritime exceptionnelle de 3500km, la France comprend, certes tardivement au regard d’autres nations européennes, que l’éolien offshore présente un gisement majeur d’énergie marine renouvelable (EMR) permettant de répondre significativement aux enjeux actuels.

La Bretagne contribuera à ce déploiement de l’éolien en mer posé avec un premier parc à St Brieuc de 0,5GW, dont l’implantation sera achevée en 2023. A l’image des projets d’ampleur en cours en Grande Bretagne ou dans les pays nordiques (env. 20GW), l’éolien offshore se déploie désormais principalement avec des technologies d’éoliennes flottantes, permettant de s’affranchir de la profondeur d’eau et de s’implanter plus au large afin de limiter l’impact visuel.

Accompagnement des candidats :

Dix candidats ont été retenus par l’Etat pour répondre à l’appel d’offre « AO5 » pour 0,25GW d’éoliennes flottantes (à l’Ouest de Belle Ile). Le lauréat sera désigné début 2023 pour une mise en service de ce premier champ à la fin de la décennie. Un AO complémentaire (AO9) de 0,5GW sur le même site sera attribué en 2024. A terme, ces deux AO représenteront de l’ordre d’une cinquantaine d’éoliennes sur ce site.

Dans le contexte international, le gouvernement a compris l’urgence de développer l’éolien en mer, une planification de 40GW d’éolien en mer réparti sur 50 sites est au cœur de tous les débats. La Bretagne présente de nombreux atouts, tels que son tissu industriel agile et à forte valeur ajoutée, ses infrastructures portuaires adaptées et dimensionnées pour répondre à ces marchés très conséquents dans les eaux territoriales et à l’international sur l’arc Atlantique.

BPN porte la dynamique d’une industrie bretonne compétitive des filières du maritime. Le cluster s’investit de longue date aux cotés des entreprises pour « booster » sur le territoire breton ces nouveaux marchés.

En soutien à la Région Bretagne et à sa structure BRETAGNE OCEAN POWER (BOP qui coordonne l’action de tous les chefs de file bretons sur le sujet des énergies marines pour initier l’émergence d’une vraie filière industrielle en Bretagne), BPN propose désormais un accompagnement aux 10 candidats.

Concrètement, cette démarche d’accompagnement doit leur permettre de maximiser le recours aux PME et ETI locales, de concourir à l’accroissement de compétences et d’expertises de ces dernières par la mise en place de programmes de formation et par l’accès à des certifications métiers.

Un label validera la démarche :

Afin de ne pas se cantonner à collecter des engagements déclaratifs qui pourraient se révéler « sans suite » de la part des donneurs d’ordre sur la mobilisation future du tissu industriel local, un label délivré par BPN validera l’ensemble des engagements à l’issue de la démarche.

Le label « Breizh Content® » (pour « contenu breton »), qui est une marque déposée ce mois-ci par BPN, vise à sanctionner les bonnes pratiques des candidats en matière de retombées industrielles pour le territoire. Ce label pourra être affiché par les candidats accompagnés et qui répondront aux critères de délivrance. Il sera soumis à reconduction régulière tout au long de la réalisation du projet au vu du recours effectif aux entreprises locales lors de la construction de ces parcs d’éoliennes.

La démarche est d’ores et déjà engagée par BPN, auprès des premiers candidats qui ont contracté cet accompagnement ; jusqu’à la soumission de leur offre à l’AO5, prévue en octobre prochain. Nous suivrons lesquels se verront attribués ce précieux « Breizh Content® », synonyme d’acceptation sociale et d’une prise en compte réelle des capacités et savoir-faire de l’industrie bretonne. Demain, toutes les filières des « énergies bleues bretonnes » pourront rejoindre la marque « Breizh Content® ».

Bien qu’un seul candidat soit in fine lauréat, BPN souhaite à chacun d’eux un réel succès dans ce premier pas ouvrant vers l’émergence d’une filière industrielle pérenne dans les EMR, enjeu capital pour la Bretagne, ses emplois, ses ports et son indépendance énergétique.

UNE BRETAGNE CONTENTE AVEC « BREIZH CONTENT® » !

Barillec Marine Services finalise son partenariat avec Danfoss Drives

Categories:

Barillec Marine Services, partenaire des armateurs pour l’exploitation des navires en électricité, automatisme et électronique, signe un contrat de partenariat avec Danfoss, fabricant de variateurs et convertisseurs de puissance danois. Afin de renforcer son offre, l’électricien marine via son entité services devient partenaire de service de Danfoss Drives France.

Pour mémoire, Danfoss Drive a racheté le fabricant finlandais de variateur de fréquence Vacon en 2014, fournisseur historique de Barillec Marine.

Des produits fiables et des services performants

Dans sa démarche d’amélioration continue, Barillec Marine s’attache à proposer les technologies les plus avancées pour optimiser l’efficacité énergétique des navires. Lors de projets de maintenance et refonte d’installations, le choix de ses partenaires techniques et le développement de ses services lui permettent de répondre aux enjeux économiques et environnementaux des industries de la mer.

En tant que Partenaire de Service Danfoss Drives, Barillec Marine Services interviendra pour le diagnostic à distance et à bord, la maintenance préventive et curative ainsi que la fourniture de pièces de rechanges. Lors de refonte d’installations, elle réalise les études, le montage, la mise en service des installations et la formation des utilisateurs. Son expertise, ses moyens techniques et la réactivité de ses équipes lui permettent d’apporter les services indispensables au bon fonctionnement des navires et à l’accompagnement des équipages.

La complémentarité des deux entreprises garantit ainsi un service optimal au bénéfice des armateurs, alliant désormais support technique et accès en temps réel aux experts Danfoss et à un stock européen de pièces détachées.

Une culture commune de l’innovation

Barillec Marine et Danfoss Drives partagent les mêmes cultures de professionnalisme et de technicité. L’activité de Barillec Marine développe des applications créatives, innovantes et à la pointe de la technologie en matière de propulsion, de production et de conversion d’énergie.

Le développement des compétences participe à ces expertises et fait partie intégrante des valeurs partagées avec Danfoss Drives. L’expérience des technologies et produits de la marque est complétée par la formation régulière des équipes pour approfondir les connaissances sur ces systèmes.

Voir le site de Barillec Marine 

L’IPC se mobilise pendant la Semaine de l’emploi maritime

Categories:

Dans le cadre de la Semaine de l’emploi maritime, organisée par Pôle Emploi, l’Interprofession du Port du Concarneau (IPC) se mobilise pour la promotion des métiers et formations des industriels de la mer et pour l’emploi local. A la recherche de nouvelles opportunités, jeunes diplômés, étudiants, demandeurs d’emplois ou personnes en reconversion, sont invités du 22 au 24 mars à découvrir les métiers de l’industrie navale et à rencontrer les professionnels du secteur !

Des opportunités pour l’emploi local

Les métiers des industries de la mer peinent à recruter. Le déficit de compétences, d’après une étude réalisée par le CINav (Campus des Industries Navales) est estimé à 1000 emplois en Bretagne d’ici 2023. Rien qu’à Concarneau, les industriels regroupés au sein de l’IPC vont recruter plus de 300 personnes dans les trois années à venir, du chaudronnier à l’architecte naval.

Électricien, tuyauteur, soudeur, chaudronnier, technicien de bureau d’études, chef d’équipe, chargé d’affaires… de nombreux métiers passionnants, rémunérateurs, qualifiés et évolutifs sont à pourvoir et se conjuguent tous au masculin et au féminin, pour les jeunes et les professionnels expérimentés ou en reconversion….

Du 22 au 24 mars, 3 jours pour découvrir les industriels de la mer

Cap sur le Navire des Métiers et les centres de formations

Le Navire des Métiers Road Show du Campus des Industries Navales fait escale au Port de Concarneau, construction et réparation navales. Cet espace de découverte et d’orientation permettra au grand public de s’immerger dans le monde des industries de la mer à travers des vidéos, des bornes d’informations, des expériences en réalité virtuelle. Mécanicien, chaudronnier, préparateur méca tuyauteur, architecte naval … des professionnels viendront aussi échanger sur leur métier et leur parcours.

A proximité, les centres de formations – Pôle Formation UIMM Bretagne ; CEFCM (Centre Européen de Formation Continue Maritime) ; Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec ; Lycée Pierre Guéguin de Concarneau ; Institut Nautique de Bretagne et Licence pro mention métiers de la mer – Université Bretagne-Sud – présenteront les diplômes et les cursus possibles pour intégrer et évoluer dans le secteur maritime.

>> Du 22 au 24 mars, de 9H à 17H en accès libre pour tous. Quai pétrolier (à côté de Mer Concept)

200 scolaires, prescripteurs et demandeurs d’emploi attendus

Les entreprises du port accueilleront plusieurs groupes d’élèves des collèges et des lycées du Finistère ainsi que des prescripteurs et demandeurs d’emploi. L’occasion de découvrir l’environnement de travail et d’échanger avec des professionnels sur les métiers de la construction et de la réparation navales.

>> Les 22 et 24 mars, ces visites réservées aux scolaires et demandeurs d’emplois ont été organisées par l’IPC et Pôle Emploi Concarneau.

Une journée et des parcours découverte du port et des entreprises pour le public

Les industriels du port de Concarneau ouvrent leurs portes au public et proposent plusieurs circuits pour découvrir les entreprises, ateliers, bureaux d’études, infrastructures du port. Chaque parcours de visite, d’une durée de 2 heures permettra de découvrir 3 entreprises du port : Barillec Marine, Barillec Marine Services, Chantiers Piriou, Piriou Naval Services, Méca Diesel, Semim, SIECMI, CN Diffusion, Kaïros/Explore, le Navire des Métiers et Carenco (visite des installations portuaires).

>> Le mercredi 23 mars de 09H30 à 11H30 puis de 14H à 16H – accessible à tous à partir de 16 ans (ou dès 14 ans avec un adulte accompagnant) – sur inscription gratuite en ligne (limitées à 10 personnes par parcours / 5 participants minimum) – port du masque obligatoire

Job dating : l’industrie navale recrute

Point d’orgue de l’évènement, l’IPC organise une journée dédiée au recrutement qui réunira une dizaine d’entreprises et agence d’intérim du port. CDI, CDD, alternances, stages, intérim … de nombreux postes sont à pourvoir immédiatement à Concarneau et ailleurs, dans tous les corps de métier de la construction et la réparation navale mais pas seulement !

+ de 100 offres d’emploi à pourvoir au sein des entreprises du Port de Concarneau : APEC ; Barillec Marine ; Barillec Marine Services ; Chantiers Piriou ; Piriou Naval Services ; CDK Technologies ; Celtic Emploi Concarneau ; IPC ; Méca Diesel ; Protection Incendie Cornouaille • Pôle Emploi Concarneau ; SEMIM

>> Le jeudi 24 mars de 09H à 17H – salle de réception de PIRIOU (Entrée signalée au rez-de chaussée) – Sur inscription gratuite en ligne – port du masque obligatoire

Infos et réservation obligatoire sur : https://ipc-concarneau.com/industrie-navale-recrute/

Un événement organisé en partenariat avec Pôle Emploi Concarneau.

LA VILLE DE CONCARNEAU EN SOUTIEN AU PEUPLE UKRAINIEN

Categories:

La ville de Concarneau, sensible au drame que traverse l’Ukraine et sa population met en place un point de collecte de matériels et de denrées de première nécessité.

Afin d’aider les nombreuses collectivités qui, comme la nôtre, sont soucieuses de manifester la solidarité des Français envers le peuple ukrainien, l’Association des Maires de France a noué un partenariat logistique avec la Protection Civile pour proposer des solutions de collecte et d’acheminement des dons.

C’est dans ce cadre que la Ville de Concarneau met en place un point de collecte qui sera opérationnel dès jeudi 3 mars 2022 à 9 h – salle du jardin des mers au Pôle nautique « Espace Guy Cotten » (accès par l’arrière- Quai de la Croix).

Dates et Horaires des collectes :

Les Jeudi 3, Vendredi 4, Lundi 7 et Mardi 8 mars 2022.
– 9h à 13h,
– 13h30 à 17h30

Le Samedi 5 mars 2022 de 9h à 13h.

Les produits de première nécessité suivants peuvent être collectés en vue de leur acheminement en Ukraine :

  • Couvertures thermiques, sacs de couchage, plaids, matelas, oreillers ;
  • Gels douche, dentifrice et brosses, couches, serviettes en papier, antiseptique, alcool, pansements, masques réutilisables et jetables ;
  • Fournitures d’habillement, tentes, lits de camp, serviettes en microfibre, sets de vaisselle réutilisables ; Piles, bougies, torches ;
  • Alimentation : eau, aliments instantanés, barres énergétiques, fruits secs, noix, conserves, pâtes, céréales instantanées.

(Voir la liste complète additive en pièce jointe)

Il est important de respecter cette liste pour des besoins logistiques.

Pour celles et ceux qui souhaite manifester leur solidarité en contribuant financièrement, il est possible de faire des dons  via le site internet de la protection civile  https://don.protection-civile.org ou par virement au :

IBAN : FR76 1027 8005 9800 0201 6430 684 – BIC : CMCIFR2A
Titulaire : FNPC Tour Essor 14 Rue Scandicci 93500 Pantin

D’autres organismes et associations telle la Croix Rouge œuvrent aussi pour venir en aide à l’Ukraine et il est possible d’adresser des dons via
https://www.croix-rouge.fr

Les services de l’action sociale travaillent actuellement  à proposer des hébergements aux réfugiés ukrainiens. La ville de Concarneau est en lien avec les services de la Préfecture pour organiser un futur accueil. Une communication sera faite ultérieurement sur ce sujet.

La municipalité remercie vivement par avance tous les habitants et toutes les associations qui voudront bien participer à cette opération de solidarité et de collecte de dons.

Marc BIGOT,
Maire de Concarneau

Pôle Emploi : Semaine de l’Emploi Maritime et Fluvial du 21 au 25 mars 2022

Categories:

Pôle Emploi poursuit son engagement de promotion des métiers de la Mer, du Littoral et de la navigation fluviale, pour d’une part, faire se rencontrer entreprises et candidats et d’autre part, informer sur les formations maritimes pour faciliter l’accès à ces métiers et pour réduire les tensions de main d’œuvre.

La Semaine Maritime de l’Emploi, initiée par le Pôle emploi Bretagne en 2016 et réitérée depuis, chaque année (et au niveau national, désormais), est un succès : cela s’est traduit par une augmentation des entrées en formations maritimes  et une hausse importante des offres d’emploi  traitées par nos équipes entreprises.

La prochaine édition aura lieu du 21 mars au 25 mars 2022. Les agences Pôle Emploi se mobilisent  à nouveau pour promouvoir la filière maritime auprès des demandeurs d’emploi et du grand public. Une importante communication est mise en place via le réseau de Pôle Emploi, la presse, les réseaux sociaux ou encore par notre site dédié.

Nos partenaires (Le Secrétariat Général de la Mer, Le Cluster Maritime Français, Conseils Régionaux, CCI, Missions Locales, APEC, CEFCM, IPC-IPL, Comité Local des Pêches, Lycées Maritimes, OPCO, …) répondent, également, présents à chaque édition.La semaine de l’emploi Maritime et Fluvial met, chaque année, en valeur : les métiers du nautisme et de la plaisance ; les métiers de la construction et réparation navale ; les métiers de la pêche, de l’aquaculture, de la navigation fluviale ou encore  des Industries de transformation du poisson. Cette semaine consiste en de multiples manifestations locales à l’initiative des agences locales de Pôle Emploi par le biais de visites d’entreprises,  de rencontres auprès de professionnels, de forums ou  de Job Dating .

L’IPC se mobilise du 22 au 24 mars à Concarneau

Cette année, l’IPC (Interprofession du Port de Concarneau) s’intègre à cette semaine par le biais de son événement autour de la découverte des métiers de la construction et réparation navale. Elle ouvrira ses portes à tout public (demandeurs d’emploi, collégiens, lycéens, prescripteurs…) du 22 au 24 mars. Le Navire des Métiers Road Show sera, notamment, mis à disposition par le Campus des Industries Navales. Un Job Dating clôturera cet événement le 24 mars.

Plus d’informations et inscriptions sur : https://ipc-concarneau.com/industrie-navale-recrute/ 

grain-de-sail-2_navigation-l20naval

GRAIN DE SAIL SIGNE AVEC PIRIOU LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE SON PROCHAIN VOILIER CARGO « GRAIN DE SAIL 2 »

Categories:

À la suite d’une consultation de plusieurs mois, Grain de Sail a signé le contrat de construction de son futur voilier cargo avec Piriou à Brest le 11 février à bord du Grain de Sail 1 en marge de la semaine One Ocean Summit. Le gréement carbone sera quant à lui fourni par Lorima. La livraison du Grain de Sail 2, pur voilier de charge de plus de 350 tonnes de capacité d’emport, est prévue pour fin 2023. L’entreprise morlaisienne rajoute ainsi un deuxième navire à sa flotte de transport maritime décarboné pour augmenter sa capacité de transport et répondre à la demande croissante de ses cafés et chocolats.

Depuis novembre 2020, Grain de Sail exploite le premier voilier cargo moderne normé marine marchande internationale : un navire éponyme type goélette de 24m et 50t de capacité d’emport. L’entreprise en forte croissance a conçu cette fois un navire deux fois plus long en partenariat avec le cabinet d’architecture L20naval. Le montant de l’investissement est maintenu confidentiel mais restera sous la barre des 10M€. Pour la construction de son prochain navire de charge à propulsion vélique Grain de Sail a opté pour des acteurs reconnus : Piriou assurera la construction du flotteur (coque) sur son chantier d’Ho Chi Minh au Vietnam et Lorima fournira le gréement et complètera l’opération de mâtage à Lorient. La mise à l’eau de Grain de Sail 2 est attendue pour fin 2023.

©L20naval Image de synthèse de Grain de Sail 2

 

Grain de Sail a réussi à importer à la voile environ 55% de la masse de cacao utilisée dans sa chocolaterie en 2021 grâce à son premier voilier cargo. Ce deuxième navire permettra d’approvisionner 100% des matières premières traversant l’Atlantique pour la chocolaterie et la torréfaction situées à Morlaix.

Le navire : propulsion vélique et énergies renouvelables à bord

Grain de Sail 2, qui naviguera sous pavillon français, effectuera des routes transatlantiques depuis St Malo (son port d’attache) en exportant des vins et autres produits d’épicerie fine de France et d’Europe vers les États-Unis et en rapportant en France des matières premières d’Amérique Latine (masse de cacao, cafés verts, rhums, etc.). Il sera construit en aluminium et aura une capacité de charge de 350 tonnes, soit jusqu’à 238 palettes réparties sur deux niveaux dans deux cales. De plus, des réservoirs dédiés pourront recevoir jusqu’à 18 m3 de vrac liquide et sur le pont il y aura une capacité de chargement de 5m3 supplémentaires en fût.

Avec 1170m2 de voilure, Grain de Sail 2 sera efficace même dans des conditions de petit vent et est conçu pour être manœuvré par deux marins expérimentés. À bord, les cabines pourront accueillir les 9 membres d’équipage. La traversée de l’Atlantique en fonction des routes et des conditions météorologiques est estimée à environ deux semaines ce qui permettra de réaliser trois à quatre boucles transatlantiques par an. L’accent a donc été mis sur la sécurité, la fiabilité, la manœuvrabilité et la robustesse du voilier.

Grain de Sail 2 vise non seulement à transporter des marchandises de manière décarbonée grâce au vent mais aussi à réduire au maximum son empreinte carbone grâce à l’incorporation de systèmes de production d’énergies renouvelables pour fournir l’électricité de bord : panneaux photovoltaïques et hydroliennes. Seul un petit moteur homologué IMO TIER 3 aura recours à de l’énergie fossile uniquement afin de manœuvrer lors des entrées et sorties de ports, ainsi que des groupes électrogènes pour la sécurité et utilisés si besoin en back-up des énergies vertes.

Accompagnée par L20naval, basée à Lorient, Grain de Sail a largement incorporé les retours d’expérience de la navigation sur son premier voilier cargo et a pu ainsi aboutir à un concept design pour Grain de Sail 2 qui servira de tête de série pour la construction de futurs sister-ships. À la suite d’une phase de conception de près d’un an, Grain de Sail a lancé un appel d’offre auprès de plusieurs chantiers de construction navale et fabricants de mâts. A l’issue de plusieurs mois de délibération et négociations, les sociétés bretonnes Piriou et Lorima (en sous-traitance) ont été retenues.

Des entreprises bretonnes pour la filière vélique

Jaques BARREAU, co-Fondateur et Directeur Général de Grain de Sail déclare : « Nous sommes ravis de concrétiser ce projet avec deux experts bretons que sont Piriou et Lorima. Nous avons déjà énormément appris avec notre premier voilier cargo* mais maintenant il est temps pour Grain de Sail de démontrer l’efficacité du transport maritime décarboné à une échelle plus importante. »

*Le premier navire qui effectue depuis 2020 des transatlantiques sera destiné à du cabotage européen après la mise en service du nouveau navire. Grain de Sail travaille activement sur de nouveaux usages pour créer de nouvelles aventures gustatives et décarbonées.

Loïc BRIAND, Directeur Général de Grain de Sail Shipping ajoute : « C’est un travail de longue haleine et je suis heureux aujourd’hui de signer le contrat de ce navire qui concrétise un rêve d’enfant. C’est un voilier conçu par des marins pour des marins qui sera efficace, rapide, adapté à nos besoins et capable d’affronter toutes conditions de mer en sécurité. »

Vincent FAUJOUR, Président du groupe PIRIOU déclare : « En quelques semaines, c’est le 3ème voilier signé par Piriou qui confirme ainsi son engagement et participe activement à la décarbonation du transport maritime, en proposant une nouvelle gamme de produits voilier-cargos à ses clients. Nous remercions Grain de Sail de nous avoir accordé leur confiance. »

Vincent MARSAUDON, Directeur Général Lorima déclare : « De la compétition aux bateaux de travail mais toujours autour du monde, la diversité est mon rêve d’entrepreneur. Nous nous réjouissons de travailler avec Grain de Sail et Piriou. »

Loys LECLERCQ, co-fondateur L20naval et architecte naval déclare : « Nous sommes honorés par la confiance que Grain de Sail nous a témoignée. Nous avons eu le temps nécessaire pour bien concevoir ensemble ce navire qui est en cohérence totale avec nos valeurs pour décarboner le transport maritime à un moment où il est grand temps d’agir. »

Partenaires financiers

Le navire est financé par la Caisse d’Épargne Bretagne / Pays de Loire avec FIMAR en tant qu’arrangeur en financement maritime. Bpifrance et Crédit Mutuel Equity ont également participé au financement au travers de leur récente entrée au capital du Groupe Grain de Sail.

Dimensions du navire

©L20naval - Image de synthèse Plan de Coupe de Grain de Sail 2

©L20naval – Image de synthèse Plan de Coupe de Grain de Sail 2

Longueur hors tout : 52.00 m
Largeur hors tout : 10.70 m
Tirant d’eau ballasté : 5.40 m
Tirant d’eau max : 6.00 m
Surface de voiles : 1170 m2 au près
Tirant d’air max : 51 m
Jauge brute : < 500 UMS

Plus d’informations sur :
https://www.piriou.com/
Grain de sail 

Erwan Guyot, président du groupe GUYOT environnement et Victorien Erussard, Capitaine et fondateur de Energy Observer © Guyot Environnement

GUYOT environnement devient Partenaire Officiel d’Energy Observer

Categories:

Quand la volonté d’être acteurs de la transition énergétique initie de vertueuses rencontres, c’est tout un écosystème territorial qui se mobilise pour se mettre au vert. C’est ainsi que GUYOT environnement et Energy Observer ont décidé de s’associer autour de leurs projets de Recherche et Développement, pour l’économie circulaire et la décarbonation des transports. Avec à terme l’ambition pour GUYOT environnement de décarboner son transport maritime, comme il le fait avec ses transports routiers.

GUYOT environnement a fait des énergies renouvelables son cœur de métier depuis plus de 30 ans. Leader régional et indépendant de la valorisation des déchets et des matières, la société bretonne revendique plus que jamais son rôle prépondérant de créateur de ressources. Avec 16 sites en Bretagne et en Espagne, 400 collaborateurs experts dans les métiers de l’environnement, 800 000 tonnes de déchets valorisés en 2021 et un chiffre d’affaires de 260 millions d’euros, GUYOT environnement est un partenaire incontournable de la Bretagne et de ses acteurs locaux, pour répondre aux grands enjeux environnementaux de demain. Depuis la création de sa filière, en 2016, dédiée à la fabrication d’énergie à partir des déchets bretons, GUYOT environnement va au-delà de la valorisation de matière, en transformant des déchets non recyclables en combustibles, afin d’apporter des solutions alternatives à l’utilisation d’énergies fossiles. Une activité parallèle qui a permis la construction de deux unités de production d’énergie bas-carbone, l’une sur le port de Brest dans le Finistère et l’autre à Créhen dans les Côtes-d’Armor, dans le cadre de partenariats industriels de territoire. La concrétisation de ces projets d’implantation de chaufferies biomasses au long cours, est une première étape dans la recherche d’autonomie énergétique de l’entreprise et de ses partenaires sur le territoire breton.

L’autonomie énergétique est un objectif clé d’Energy Observer : ne consommer que ce que l’on peut produire, atteindre une efficacité maximale et ainsi gagner son indépendance énergétique. Energy Observer est à la fois le nom du premier navire hydrogène autonome zéro émission et un laboratoire de la transition écologique qui explore et développe les solutions prouvant qu’un autre avenir énergétique est possible. Son projet multipartenarial fédère des entreprises engagées dans tous les secteurs de la transition écoénergétique, avec des compétences très variées : hydrogène, financement vert, assurance des risques climatiques, hospitalité, formation aux métiers de demain, mobilités durables, intelligence logicielle, économie circulaire, énergies renouvelables…

Un cargo de fret à zéro émission de gaz à effet de serre pour décarboner le transport maritime

C’est aussi autour de son nouveau projet visant à développer des solutions pour décarboner le transport maritime, qu’Energy Observer a trouvé une voie commune pour s’associer à GUYOT environnement, déjà engagé dans l’objectif « zéro émission » pour la mobilité de ses camions.

« Côté transport routier, nous avons une collecte locale sur la Bretagne en camions dont 10% du parc roulent au biogaz fabriqué à partir du gaz issu de méthaniseurs bretons. Nous avons aussi aidé à développer des stations sur le réseau. Maintenant, on aimerait participer au même travail sur le transport maritime. En travaillant globalement sur notre mobilité avec nos camions de collecte, nos véhicules de service et le transport de nos marchandises à l’exportation, nous avons rencontré les équipes d’Energy Observer. Victorien Erussard nous a parlé de son navire expérimental et a expliqué son projet de construction d’un cargo de charge industriel qui fonctionnerait à l’hydrogène et qui pourrait éventuellement transporter les matières que l’on exporte par voie maritime. » explique le Président de GUYOT environnement Erwan GUYOT.

En bureau d’études depuis déjà plusieurs mois, le projet de construction de ce navire de charge, à propulsion hydrogène liquide et vélique d’Energy Observer concorde avec la volonté de l’entreprise bretonne de s’engager dans des solutions de fret maritime décarbonées. En 2021, ce sont 215 mille tonnes de matières qui ont été transportées par bateau soit 8 600 camions évités sur les routes grâce au transport maritime.

« Aujourd’hui, 3 % des gaz à effet de serre dans le monde proviennent du transport maritimerappelle Victorien Erussard d’Energy ObserverAvec ce navire porte-conteneurs-rouliers, que nous espérons mettre à l’eau en 2025, nous pourrions démontrer qu’il est possible de répondre aux objectifs de réduire le volume total des émissions de GES annuelles d’au moins 50% en 2050 par rapport à 2008, fixés par l’Organisation Maritime Internationale. S’associer à un acteur innovant de l’économie circulaire comme GUYOT environnement, va dans le sens de l’innovation au nom de la transition énergétique ».

GUYOT environnement et le stockage hydrogène de ses énergies renouvelables sur le territoire breton

Avec ce nouveau partenariat, GUYOT environnement marque ainsi son soutien à Energy Observer, notamment dans la Recherche et le Développement de la construction de ce cargo jusquen 2024, mais s’engage également dans la filière d’hydrogène vert sur l’un des sites du groupe.

« Avec les déchets collectés, nous avons encore du potentiel et la capacité de créer d’autres projets d’unités énergétiques, notamment pour fabriquer de l’électricité verte et donc de l’hydrogène renouvelable. C’est un métier que l’on doit apprendre et monter encore en compétences dans nos équipes. Nous allons donc bénéficier du réseau de spécialistes autour d’Energy Observer pour étudier la production d’hydrogène vert sur l’un de nos sites, avec pour objectif, in fine, de contribuer à une mobilité lourde décarbonée, y compris maritime. Et pourquoi pas imaginer une ligne maritime intra-européenne au départ de Brest, avec de l’énergie produite localement ! », annonce Erwan GUYOT.

Alors qu’Energy Observer présentera son navire de charge zéro émission aux technologies de rupture, lors du One Ocean Summit la semaine prochaine, GUYOT environnement marque ici une nouvelle étape pour le développement en Bretagne d’une économie circulaire et vertueuse en terme énergétique. Explorateur d’énergies positives en France et autour du monde, Energy Observer se félicite d’un partenariat qui vient enrichir les compétences de ses partenaires, mais aussi ses valeurs et ses actions en faveur de la transition.

Plus d’informations sur : https://www.guyotenvironnement.com/

 

 

 

PIRIOU s’implante aux Seychelles

Categories:

Après la création de PIRIOU REUNION à La Réunion en janvier 2018, le groupe PIRIOU poursuit son développement dans l’Océan Indien en s’implantant aux Seychelles, à Mahé. PIRIOU s’associe avec la société UCPS, représentée par Joseph F. Albert et Grégory Albert, respectivement Président et Directeur Général, acteur industriel et économique majeur aux Seychelles depuis plus de 50 ans.

Ensemble, ils créent « PIRIOU SEYCHELLES LTd ». La nouvelle société, dont les ateliers sont situés à l’Ile du Port au Marine Engineering Center du Seychelles Port Authority (SPA), à proximité immédiate du quai IPHS et du quai de débarquement des sennes des thoniers, proposera dans un premier temps ses services de maintenance navale à flot aux armateurs civils et militaires.

La société bénéficiera de l’appui des équipes d’UCPS, de PIRIOU REUNION mais également des capacités d’engineering du Groupe PIRIOU. Ce nouvel atelier s’inscrit dans la stratégie de PIRIOU de création d’implantations régionales permettant, en association avec un partenaire local, de se rapprocher de ses clients historiques et d’apporter à tous les armateurs des services de proximité et de qualité aux standards des chantiers européens.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU, déclare : « Comme annoncé en 2017, PIRIOU se donne les moyens d’étendre son réseau international de services aux armateurs, qu’ils soient ou non clients historiques des chantiers de construction du Groupe. Après PIRIOU REUNION, la création de PIRIOU SEYCHELLES Ltd est une nouvelle étape de notre positionnement dans l’Océan indien. Cette nouvelle implantation nous permettra de renforcer les liens avec nos clients historiques de la pêche thonière océanique tels que SAPMER et CFTO mais également de développer de nouvelles relations avec les autres armateurs au thon ainsi bien évidemment qu’avec les armateurs opérant des navires de service et de grande plaisance depuis les Seychelles. Nous nous installons à Mahé, ile du Port, avec beaucoup de modestie doublée d’une grande confiance dans l’avenir de PIRIOU SEYCHELLES Ltd grâce à notre partenaire UCPS avec qui nous partageons les mêmes valeurs : engagement, audace et proximité ».

Grégory Albert, Directeur Général de UCPS, ajoute : « Notre Président Joseph F Albert a toujours été visionnaire. Il souhaitait depuis quelques années investir dans l’activité de réparation navale, étant lui-même propriétaire-armateur de navires à passagers et de barges LCT, qui desservent les iles proches et éloignées de l‘archipel des Seychelles. Concernant la flotte thonière opérant depuis Mahé, il a très tôt établi le constat d’un manque de services de proximité et de qualité, au niveau du standard des meilleurs chantiers européens.
Quand l’opportunité s’est présentée avec le groupe PIRIOU dont nous partageons les valeurs, il nous a paru évident que ce partenariat servirait notre vision initiale et représenterait le début d’une belle aventure humaine et navale. Nous mettons tout en œuvre de notre côté, localement, pour que ce nouveau projet soit une réussite. PIRIOU SEYCHELLES Ltd vient de naitre, notre objectif est d’assurer son développement avec courage, honnêteté et fierté, en coordination avec les acteurs locaux. »

Plus d’informations sur : https://www.piriou.com 

 

©PIRIOU-vue 3Ddu futur voilier-cargo TOWT’

PIRIOU signe avec TOWT pour la construction d’un premier voilier-cargo de 81m

Categories:

PIRIOU vient de signer le contrat avec TOWT pour les études et la construction d’un voilier-cargo de 81 mètres dont la capacité d’emport de marchandises sera de 1100 tonnes en une seule traversée océanique. Après la phase d’études, la construction du navire durera 18 mois. L’armement de cette unité sera réalisé à Concarneau pour une mise à l’eau prévue été 2023. Le navire est conçu pour 320 jours de mer par an, la navigation s’effectuant principalement à la voile, mais aussi en mode hybride, avec un ou deux moteurs en marche, à différents niveaux de puissance. Le navire est en effet étudié et construit pour naviguer en utilisant le vent comme énergie principale, grâce à un gréement de voiles réparties sur deux mâts. En complément de sa propulsion vélique, Il est équipé de deux moteurs diesels marins suralimentés 4 temps. En passerelle, un poste unique de commande est prévu et son ergonomie permettra à l’officier de quart d’assurer seul les opérations de conduite et de réglages en route, hors manœuvres. Le navire et tous ses équipements seront conformes sur le plan réglementaire aux besoins du service de navire de charge effectuant des voyages internationaux et sera conforme aux règlements relatifs aux navires de charge d’une jauge brute supérieure à 500 UMS.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare: «Quelques semaines après avoir annoncé la signature d’un contrat de chantier pour la construction du voilier Septième Continent de Jean-Louis Etienne, Piriou montre par ce nouveau projet remporté que ses chantiers se placent à la pointe de l’innovation pour l’essor des technologies véliques et de la décarbonation du transport maritime».

Guillaume Le Grand, Président de TOWT-Transport à la voile, ajoute:«Aujourd’hui, TOWT va plus loin en commandant à Piriou un navire permettant de massifier son impact environnemental en acheminant jusqu’à 20 000 tonnes de marchandises par an à la voile. Le voilier-cargo qui sortira des chantiers Piriou en 2023 permettra de réduire de plus de 90% les émissions de CO2 et d’économiser 20gde CO2 par tonne transportée par kilomètre. Il économisera ainsi 3000 tonnes de CO2 par an. Outre les économies carbone engendrées, la propulsion principale par le vent permettra une réduction importante de la pollution de l’air causée par le fioul lourd utilisé généralement par les navires de commerce

Caractéristiques principales

Longueur de coque 69,00 m
Longueur HT: 81,00m
Largeur: 11,90 m
Creux au PP: 8,65m Tirant d’eau max.(sous quille) 6,00m
Tirant d’air. 64,00 m Equipage: 7 à 12 p.max
Capacité accueil passagers (6 cabines doubles) 12 p.
Vitesse moyenne. : 10,5 nds
Vitesse max. à la voile Plus de 16 nds
Coque / superstructure: Acier /aluminium
Propulsion vélique:2 mâts, 4 bômes aluminium
Surface voiles(2 GV, 2 focs, 1 génois): 2500 m²
Propulsion moteur: 2x422kWm à 1790 tr/min 1 propulseur d’étrave
Groupes électrogènes 2x 250 kVA Grues p.cales à palettes2 x 7.5 t à 4.5m
Capacité emport fret (1000 à 1100tonnes en vrac palettes + 135 barriques de 225 litres de vins ou spiritueux)

La cale sèche de Concarneau a vingt ans

Categories:

Le 10 janvier 2002, la cale sèche du port de Concarneau accueillait son premier navire, le Solidor V. Ce moyen de carénage avant-gardiste, aujourd’hui exploité par la société Carenco, a largement contribué au développement de la construction et de la réparation navales à Concarneau et à la diversification des activités des entreprises du port.

Un outil visionnaire porté par les acteurs du port et le territoire

L’entrée en cale sèche du Solidor V de la compagnie Émeraude Line e le 10 janvier 2002 a marqué l’aboutissement d’un travail de longue haleine ayant mobilisé collectivement le territoire et les entreprises de la construction et de la réparation navale du port de Concarneau, dont la survie dépendait de la capacité du port à accueillir d’autres navires que la flotte locale et en particulier de plus gros.

Fédérées au sein de l’Interprofession du Port de Concarneau et avec le soutien de la collectivité, les entreprises ont lancé en 1995 le projet de la construction d’une cale sèche, 130 m de long, 27 m de large et 10,80 m de profondeur, dans le but d’accueillir des bateaux jusqu’à 110 m et de s’ouvrir à de nouveaux marchés.

Elles ont aussi créé une société de gestion et d’exploitation, la Semcar (Société d’exploitation de moyens de carénage, aujourd’hui actionnaire majoritaire de Carenco) et financé elles-mêmes 20% de la construction de la cale-sèche (2,3 millions d’euros) officiellement inaugurée le 1er février 2002. Ce partenariat public-privé (1)était le premier du genre en France qui témoigne de l’esprit pionnier et novateur de l’industrie navale concarnoise.

 

300 navires en 20 ans

 

En 20 ans d’exploitation, près de 300 navires ont été mis au sec dans la cale sèche de Concarneau, première de ce type en France qui sert toujours de référence. Cet outil précurseur et innovant, conforme aux normes environnementales les plus exigeantes (classée ICPE – Installation Classée Protection de l’Environnement) a contribué à attirer de nouveaux armateurs et une clientèle diversifiée : pêche, Marine nationale, navires de recherche scientifique, navires à passagers et de service comme les rouliers, bacs, remorqueurs, des sabliers, des pétroliers ou encore la grande plaisance et la course au large.

La cale sèche a été la première pierre indispensable au développement économique durable du port de Concarneau, devenu propriété de la Région Bretagne en 2017 et aujourd’hui unique port breton à disposer de trois moyens de mise au sec. La modernisation de l’aire de réparation navale et l’acquisition d’un élévateur à sangles de 400 t. en 2018 confortent le port de Concarneau comme un pôle industriel toujours plus compétitif au service des armateurs, qui accueille désormais 130 navires chaque année.

Cet ensemble d’outils complémentaires répond aux besoins des armements et des chantiers. Avec un plan de charge en constructions neuves très important pour les dix années à venir et des demandes croissantes en réparation navale, bateaux de travail ou yachts, les entreprises ont besoin d’infrastructures et de services répondant aux exigences et aux attentes des clients. C’est ce savoir-faire, la performance et la qualité des services que viennent chercher les armateurs à Concarneau.

 

2021, un nouveau tournant et une activité en pleine croissance

 

Carenco réalise un premier bilan d’activité avec des résultats plus que satisfaisants et des perspectives de développement importants. En 2021, le port de Concarneau a connu des arrêts techniques majeurs, comme ceux de la Frégate Mohamed V et du navire océanographique l’Atalante, ainsi que la construction de la série des OPV 87 m par Piriou ou celle du Long Island Power 78’. 4Ever livré en début d’année par JFA Yachts qui développe aussi son activité de refit et de maintenance.

Des arrêts techniques plus longs en cale sèche se sont traduits par l’accueil de moins de navires mais un taux d’occupation nettement supérieur à celui de 2019 et 2020. Constat identique pour l’élévateur de 400T qui a manutentionné autant de navires que les années précédentes en générant un taux d’occupation en hausse de 30% sur l’aire de réparation navale. Les mouvements ont été supérieurs aussi sur l’ascenseur à bateau de 200T et le plan de charge s’est traduit par une occupation permanente des quais toute l’année.

Le port de Concarneau accueille majoritairement une clientèle locale et régionale mais également des navires qui viennent de plus loin, voire de l’étranger, attirés par l’infrastructure moderne et performante. Une clientèle fidélisée par un service de qualité et de proximité : Flotte régionale de transport à passagers, de la côte nord exploitée par la compagnie Penn Ar Bed, de Bretagne Sud assurant la continuité territoriale vers Belle-Île ou Groix ; navires sabliers, bacs de Gironde, navires de recherche océanographique d’Ifremer et aussi ceux des grands armements français à la pêche tels que la Compagnie des pêches de Saint-Malo, la Scapêche ainsi que la flotte de pêche artisanale à laquelle le port et les entreprises restent attachées.

 

Investir pour l’avenir du port

 

L’amélioration des infrastructures et l’accroissement des capacités d’accueil doivent se poursuivre tout en assurant la sauvegarde de l’environnement et la diminution des pollutions. Carenco entend poursuivre cette dynamique avec un ambitieux programme d’investissements d’un montant de 25 M€ pour les 15 prochaines années, avec l’appui financier majeur de la Région Bretagne.

Des Investissements conséquents en 2021 ont été réalisés pour renforcer de la sécurisation du port avec l’éclairage des quais et la vidéosurveillance. Carenco a également mis en œuvre les outils indispensables à la communication, notamment le site Internet concarneau.port.bzh. En 2022, sont prévus des travaux de voirie, la modernisation des installations électriques des quais, la sécurisation des zones de travail ainsi que le remplacement de la porte de la cale-sèche.  Elle entrera en fabrication au second semestre et devrait être installée fin 2022, début 2023. Suivra la rénovation de l’ascenseur à bateaux de 2 000T.

 

Une cale sèche couverte en 2025

 

Pour maintenir la compétitivité et conserver le tissu industriel concarnois, le port de Concarneau fait de la couverture de la cale sèche une des priorités d’ici à 2025.  Elle vise à améliorer la performance environnementale de l’outil, une préoccupation majeure et légitime pour un port dans la ville. Elle apportera également une réponse adaptée aux contraintes issues des opérations d’application de peinture, sablage ou décapage mises en œuvre en palliant notamment les aléas météo. Elle favorisera aussi une meilleure co-activité, la protection des ouvriers et la réduction des nuisances pour le voisinage.

Avec la réalisation de ce projet structurant, Concarneau deviendra la seule place de réparation navale totalement aux normes environnementales. Il participera à la pérennité et au développement des 1 500 emplois directs que représente l’industrie navale du port de Concarneau.

Note : 1  75 millions de francs au total à l’époque financé par l’État, la Région, le Département, la ville de Concarneau, l’Europe et l’interprofession concarnoise La CCI de Quimper en a été le maître d’ouvrage.

 

 

PIRIOU signe avec les Vedettes de Bréhat pour la construction de deux vedettes à passagers destinées à la desserte maritime de l’Ile de Bréhat

Categories:

PIRIOU vient d’enregistrer auprès des VEDETTES DE BREHAT la commande de deux vedettes en aluminium de 26 mètres destinées principalement à la desserte maritime de l’Ile de Bréhat. Conçues par le cabinet d’architecture navale Mer & Design et construites par PIRIOU pour une livraison prévue au 1er trimestre 2023 à Concarneau, ces vedettes à passagers sont destinées à effectuer des traversées et des excursions vers Bréhat et au départ de la pointe de l’Arcouest ou des ports de Saint Quay Portrieux, Binic ou Erquy. Elles pourront également être utilisées pour des événements au port ou en mer, jusqu’à 20 miles des côtes. La forme de la coque à bouchain vif est spécialement étudiée pour améliorer le confort à bord et le passage dans le clapot tout en limitant la consommation. Ces navires destinés à desservir une zone hautement touristique seront respectueux de l’environnement : équipés d’un moteur IMO III, ils répondront aux dernières normes environnementales en vigueur.

Pour PIRIOU, cette commande vient s’ajouter à la construction et la livraison de l’Estuaire, du Fromveur II et du Breizh Nevez I, ainsi qu’à la commande récente par la Région Pays de la Loire d’un navire mixte destiné à la desserte maritime de l’Ile d’Yeu et actuellement en construction. Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « nous sommes heureux d’avoir gagné la confiance d’un nouvel armateur. Avec l’obtention de ce contrat, Piriou confirme son dynamisme et sa compétitivité, y compris dans ce segment civil des navires à passagers. » L’armateur Didier CORLOUËR ajoute : « Nous nous réjouissons de confier la construction de nos deux nouvelles unités au chantier Piriou. Il nous tenait à cœur de travailler avec une entreprise bretonne au savoir-faire reconnu. »

Caractéristiques principales
Longueur : 25,72 m
Largeur : 7,30 m
Creux au PP : <2,50 m
Tirant d’eau max. : 1,65 m
Équipage : 3 à 5 p
Vitesse max. : 20 nds
Coque / superstructure : aluminium
Propulsion : 2 x 750 kW 1 propulseur d’étrave transversal
Capacité passagers 3 ème /4ème cat. : 238/255 p. Accès PMR
Capacité emport max : #30 t
Jauge < 200 UMS

PIRIOU s’implante en Roumanie avec la reprise du chantier naval ATG

Categories:

Au travers de PIRIOU ATG ROMANIA, filiale à 100% du groupe, PIRIOU vient de faire l’acquisition du chantier naval « ATG » située à Giurgiu, à 60 km au Sud de Bucarest en Roumanie. À l’origine exclusivement orienté vers la construction de bateaux pour la navigation commerciale fluviale, ATG s’est progressivement diversifié vers la construction de coques et de navires pour les secteurs du transport de marchandises en haute mer, de la servitude portuaire et de la pêche.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU, déclare : « Nous sommes très heureux et fiers d’intégrer au sein du groupe PIRIOU le chantier naval ATG et ses 300 salariés. Ce chantier, avec lequel nous avons eu l’occasion de travailler en sous-traitance ces dernières années, jouit d’une excellente réputation à l’échelle régionale et européenne. Nous allons donc nous appuyer sur l’équipe de direction du chantier, que nous avons déjà renforcée, pour poursuivre le développement du site qui possède un formidable potentiel. »

Avec la reprise d’ATG, l’effectif du groupe PIRIOU passe à 1300 salariés, dont 550 en France. PIRIOU est désormais implanté en Asie (Vietnam), en Afrique (Nigéria, Algérie, Maroc, Sénégal), dans l’Océan Indien (La Réunion) et en Europe (France métropolitaine, Roumanie). Et le groupe n’entend pas arrêter là son développement international. Fidèle à sa stratégie « Être là où nos clients ont besoin de nous », d’autres projets d’implantation et de développement, en France comme à l’étranger, sont en cours.

Le site de construction navale de PIRIOU ATG ROMANIA

Implanté au sein de la zone franche de Giurgiu, sur la rive roumaine du Danube, en face de la Bulgarie, PIRIOU ATG ROMANIA dispose par ailleurs d’une concession au port de Constantza, sur la Mer Noire.

Le chantier de construction de Giurgiu est situé sur un terrain de 15 Ha, doté de 30 000 m2 d’ateliers. Quatre nefs d’assemblage de 110 m de long chacune communiquent via une aire de transfert vers un synchrolift de 110 m et 3000 tonnes de capacité de levage. Ce synchrolift donne sur un bassin parfaitement protégé qui communique avec le Danube. Le chantier dispose d’un linéaire de quai d’armement de 250m env.

Répondant aux standards européens de management qualité et de respect de l’environnement, ATG est certifié ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015.

 

© DR – Vue aérienne du site de Giurgiu

 

© ATG – Vue de la zone de transfert

 

© ATG – Vue du quai d’armement


© ATG – Mise à l’eau

Plus d’informations : www.piriou.com  

 

PIRIOU signe avec Septième Continent pour la construction du futur voilier ravitailleur de Jean-Louis Etienne pour l’expédition Polar Pod

Categories:

PIRIOU vient de signer le contrat avec SEPTIEME CONTINENT pour la construction d’un voilier de 42 mètres qui aura pour mission de ravitailler la station dérivante Polar Pod, une plateforme océanographique qui réalisera des prélèvements dans le courant circumpolaire sur une durée de trois ans. Sur un design de VPLP et Olivier Petit, ce navire en aluminium sera construit par PIRIOU pour une livraison prévue début 2023.

Ce navire est prévu pour accueillir 8 marins et 12 passagers et sa coque en aluminium sera renforcée pour une navigation dans les eaux polaires. Son autonomie lui permettra d’assurer des missions de 20 jours avec 20 personnes à bord.

Ce navire sera armé au commerce et construit en tant que navire de charge et, en complément de sa propulsion vélique, sera équipé d’un moteur IMO TIER III pour répondre aux dernières normes environnementales en vigueur.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « nous sommes particulièrement fiers de participer à ce projet et avec l’obtention de ce contrat, Piriou confirme sa capacité à innover et contribue à l’essor des navires de commerce à propulsion vélique et aux exigences de décarbonisation des transports. »

L’explorateur Jean-Louis Etienne ajoute : « Oser c’est engager son imagination au-delà des certitudes »


©Nicolas Gagnon-Luxigon – vue du futur voilier ravitailleur ‘ PERSEVERANCE’

Caractéristiques principales

Longueur : 42,64 m
Largeur : 11,00 m
Tirant d’eau max. : 4,15 m
Equipage : 8
Vitesse : 10 nds
Coque / superstructure : aluminium
Propulsion : 1 x 441 kW @ 1800tr/mim
1 propulseur d’étrave : 73 kW
Capacité passagers : 12 p.
Capacité eau douce : 20 m3
Capacité emport max : 71 t

Le port de Concarneau, construction et réparation navales a son site Internet

Categories: Étiquettes : , , , , , , ,

CARENCO, nouveau concessionnaire du port de Concarneau, construction et réparation navales a mis en ligne le site Internet concarneau.port.bzh . Outil de promotion, valorisant les infrastructures et les services du port de Concarneau, il est aussi un outil à destination des armateurs, de l’industrie navale et plus largement de tous ses clients et usagers. C’est toute l’expertise navale et maritime au service des armateurs et du territoire qui est présentée au travers de ce site Internet.

Le port de Concarneau, construction et réparation navales se devait d’avoir son propre site internet qui soit la vitrine du savoir-faire de son écosystème unique, autour duquel gravitent de nombreux professionnels qualifiés et des entreprises spécialisées. Le site concarneau.port.bzh  promeut l’identité de marque du port de Concarneau en suivant les codes et la charte graphique des ports de la Région Bretagne, tout en valorisant le travail de l’exploitant, la société Carenco.

Outil de promotion accessible pour le grand public il est d’abord conçu pour mettre en avant les équipements et les services proposés aux professionnels. Concarneau dispose d’un ensemble d’outils unique en Bretagne ; il est en effet le seul port régional à disposer à la fois d’une cale sèche de 130 mètres, d’un élévateur à sangles d’une capacité de 400 tonnes et d’un ascenseur à bateaux d’une capacité de 2 000 tonnes.

Le site internet présente à la fois l’offre du port, telle que les infrastructures, les services affiliés et les tarifs mais aussi les engagements RSE que le gestionnaire Carenco et la Région Bretagne souhaitent inscrire sur le long terme. Il offre une vue d’ensemble sur le port, ses atouts, ses projets, l’actualité et les activités qui rythment son quotidien. Les prospects ont un accès simplifié aux informations qui les intéressent, notamment grâce au formulaire intégré pour les demandes d’accostage et à la grille tarifaire téléchargeable.

Le site qui utilise le CMS WordPress est facilement administrable par l’exploitant pour la mise à jour régulière des plannings et des actualités. Responsive il est adapté à tous supports – desktop, tablettes et mobiles – et répond à de nombreux critères d’accessibilité. L’accès au planning d’occupation est protégé par un mot de passe. Enfin, c’est un site bilingue français et anglais dont la traduction a été confiée à une entreprise spécialisée pour garantir sa fiabilité.

La société Carenco a confié sa réalisation à l’agence de communication concarnoise Sea to sea, spécialisée dans le maritime qui a travaillé en étroite collaboration avec les services communication de la Région Bretagne. Sea to sea a conçu le design et le développement du site, rédigé l’ensemble des contenus et travaillé sur le SEO pour optimiser son référencement dans les moteurs de recherche. L’agence a également réalisé divers supports de communication du port tels que la signalétique, une plaquette de présentation et un visuel d’exposition.

JFA Yachts dévoile l’Adventure 68’.

Categories: Étiquettes : , , ,

Renommé pour la construction de yachts «sur-mesure», JFA Yachts développe chaque année de nouveaux projets en collaboration avec des architectes et designers de renom international.Le chantier français s’est rapproché du cabinet d’architecture navale Dixon Yacht Design afin de concevoir un voilier hauturier d’un genre nouveau.

Forts de leur expertise, ils souhaitent proposer un monocoque de grand voyage en aluminium, un dériveur intégral à même de naviguer dans toutes sortes d’environnements et de taille à être mené en équipage réduit. Ainsi est né l’Adventure 68, où le confort et la performance sont réunis dans un yacht moderne, qui redéfinit le genre.

Bill Dixon explique: «La coque à grand volume, avec sa longue ligne de flottaison, reprend le design des yachts de course modernes en équipage restreint, pour offrir au propriétaire des performances exceptionnelles combinées à un aménagement qui rend la navigation en équipage réduit sûre et sécurisée. L’espace de vie unique englobant le cockpit et le salon, offre une protection étonnante à l’intérieurcomme à l’extérieur. Le bimini intégré offre un espace parfait pour de multiples panneaux solaires, donnant un véritable coup de pouce à l’énergie à bord.L’annexe peut être placée transversalement dans un garage, et sortir par un grand panneau de pont. Elle peut également être installée en toute sécurité sur le pont arrière, et être mise à l’eau à l’aide d’un bossoir en fibre de carbone.La configuration du gréement offre la flexibilité de deux voiles d’avant qui peuvent être utilisées ensemble ou séparément.Toutes les manœuvres des voiles sont réalisées en sécurité dans le cockpit, grâce au pavois haut de la coque.»

L’Adventure 68 offre un aménagement intérieur plus proche de celui d’un navire de 75 à 80’. Composé de 4 cabines conçues pour être très confortables en mer, on distingue à l’avant du voilier la cabine propriétaire, particulièrement spacieuse. Bill Dixon précise:«La triple cabine arrière dispose de sa propre salle de bain et d’un espace dédié à la machine à laver et au sèche-linge. En face, la cuisine, à un niveau intermédiaire, offre une bonne communication avec le salon et le cockpit. A l’arrière, accessible depuis la cuisine, se trouve un espace de stockage/atelier.»Puisque l’Adventure 68 est pensé pour explorer des latitudes nord comme des environnements tropicaux, le salon offre un environnement très sûr et confortable. L’excellente visibilité intérieure rend la veille facile.Les équipes qualifiées de JFA Yachts œuvrent à construire «in-house» des yachts d’exception, conjuguant efficacité technique et confort à bord. Nul doute que ce projet séduira un propriétaire soucieux de la qualité de réalisation d’un voilier authentique

La Mer vous attire, elle est votre avenir !

Categories:

PRO&MER l’embarquement Passion et Mer

PRO&MER est l’évènement incontournable de l’emploi de la filière Mer. PRO&MER est devenu en quelques années LE 1er salon de l’emploi et de la formation des métiers de la mer, organisé par BPN (Bretagne Pôle Naval) et sa commission “Emploi, Formation et Légal”. À ses côtés, de nombreux partenaires, l’association La Touline, Lorient Agglomération, Lorient Port Center, le GICAN, le Cluster Maritime Français, l’UIMM 35-56, Breizhmer, le Campus des métiers et des Qualifications des Industries de la Mer, l’IPL (Interprofession du Port de Lorient), le Campus des Industries Navales, la mission locale réseaux pour l’emploi du pays de Lorient, la région Bretagne.

Avec le soutien d’IDEO service public d’information et d’aide à l’orientation en Bretagne, fédérant l’ensemble des réseaux d’accompagnement à l’emploi (Réseaux des Missions Locales, Pôle emploi Marine…).

Demandeurs d’emploi, étudiants, jeunes en recherche de formation, salariés ayant un projet d’évolution professionnelle… PRO&MER est un salon pour tous. Durant une journée, tous les publics pourront découvrir les métiers passionnants de la mer : Naval, Energies Marines Renouvelables, Oïl & Gas offshore-Energies, Marine Marchande, Pêche, Nautisme, Course au large, Marine…

A son bord pas moins de 105 exposants et déjà plus de 1700 offres d’emploi et de formations.

De très nombreux employeurs (industriels, compagnies / armateurs, bureaux d’études, société de services, société de travail temporaire…) tous mobilisés pour présenter les opportunités d’emplois.
– Des professionnels de la formation et l’orientation, qui guideront le public dans la recherche de formations initiales et continues en correspondance avec leurs attentes et souhaits de carrière.
– Des professionnels de l’accompagnement à l’emploi qui soutiendront les visiteurs dans leurs démarches.

Le 14 octobre tous les espoirs sont permis, le compteur des offres d’emplois progresse de jour en jour et d’heure en heure avec un recueil couvrant tous les métiers du maritime : de la conception, à la production, de la conduite de navire, à l’embarquement des navigants. Cet indicateur positif confirme l’intérêt des entreprises pour ce rendez-vous unique de l’emploi et de la formation des métiers de la mer, PRO&MER.

Fidèle à son concept PRO&MER 2021 proposera un parcours vers l’emploi toujours plus attractif, les participants pourront découvrir en toute sécurité et dans le respect des normes sanitaires les outils de réalité virtuelle augmentée appliqués à la navale, aux activités portuaires, se tester aux nouvelles technologies, d’élargir leur champ de recherches vers les métiers des Energies Marines Renouvelables, de la transition énergétique, et du traitement des algues ainsi que d’échanger avec les acteurs investis dans les projets les plus innovants en France et à l’international.

Les nouveautés 2021

L’édition toujours très attendue du livret
LA MER, DES MÉTIERS DE PASSIONN ET D’AVENIR
65 Fiches Métiers
Une table ronde d’exception 10H30

“Les nouveaux entrepreneurs : Envie de mer, Sociale et Solidaire”
Des Ateliers « hors du commun » 15h30 -17H

Le défi à relever “le métier de demain !” et l’initiation au BIMER !
Des espaces attractivités et découverte

Innovation & haute-technologie naval maritime, EMR, Energies, Les métiers de la Mer à l’assiette…

PRO&MER est placé sous les hauts patronages de :
Madame Annick GIRARDIN, Ministre de la Mer, marraine de PRO&MER 2021
Monsieur Frédéric MONCANY DE SAINT-AIGNAN, Président du Cluster Maritime Français et parrain de l’édition.

LE MOROS, nouveau remorqueur du port de Concarneau est arrivé !

Categories:

Le port de Concarneau accueille aujourd’hui son nouveau remorqueur, dont la construction a été confiée par La Société Coopérative des Lamaneurs au groupe PIRIOU.  Une arrivée saluée par CARENCO, nouveau concessionnaire du port de Concarneau, construction et réparation navales. 

LE MOROS vient renforcer les moyens nautiques alloués aux services de remorquage pour satisfaire aux exigences des clients du port de Concarneau. Sa conception permet de répondre aux exigences spécifiques de l’exploitation et d’assurer toutes les prestations de remorquage, en toute sécurité et dans le respect des normes environnementales. Ce navire, d’une puissance de traction de 15t assurera les mouvements portuaires de tous types de navires jusqu’à 115 mètres, la sécurisation des manœuvres d’accostage à quai, l’entrée en forme et toutes opérations de poussage ou de remorquage en haute mer. Il est équipé d’un moteur de propulsion de nouvelle génération répondant à la réglementation IMO Tier III limitant les émissions polluantes. 

La société CARENCO, nouveau délégataire de service public du port de construction et de réparation navales de Concarneau, a fait le choix de subdéléguer l’activité de remorquage à la Société Coopérative des Lamaneurs (SCL), dès la notification du contrat d’exploitation en janvier 2021 par la Région Bretagne, propriétaire du port. Avec LE MOROS, la SCL a mis à disposition deux autres remorqueurs : l’Elorn et le Portzic. Deux navires restent désormais disponibles 24h/24 à Concarneau. 

Dominique Lallement, président de CARENCO déclare : « Notre choix s’est porté vers la SCL pour maintenir et conforter la réactivité et le professionnalisme que nous devons à nos clients. Après la modernisation des outils sur l’aire de réparation navale, ce nouveau moyen nautique complète les services de tous les usagers du port et renforce notre compétitivité. Un navire qui répond en outre parfaitement aux nécessaires enjeux économiques et environnementaux du port de Concarneau. »

Gilles Tréanton, dirigeant de la SCL « Nous nous félicitons d’avoir été retenus pour ce nouveau marché qui est d’une part, une reconnaissance de notre savoir-faire dans les opérations portuaires et qui d’autre part, va nous permettre de développer nos activités.  Nous avons été très bien accueillis dès notre arrivée et c’est pour nous un réel plaisir de travailler à Concarneau. »

JFA Yachts dévoile le nouveau projet Aluminium Explorer de 50 m.

Categories:

Le célèbre constructeur naval français annonce la construction d’un yacht Explorer personnalisé de 50 mètres. Ce projet confirme une fois de plus la capacité de JFA Yachts à s’adapter aux besoins uniques de clients exigeants.

L’architecture navale et le style extérieur sont confiés à Humphreys Yacht Design, le studio de renommée mondiale basé à Lymington, au Royaume-Uni. “Le design a bénéficié d’une approche hautement intégrée pour combiner toutes les exigences techniques, fonctionnelles et spécifiques du client, et a été soutenu par un effort rigoureux d’architecture navale où un travail intensif de CFD a été finalement validé par l’un des programmes d’essais de modèles les plus complets”, explique Tom Humphreys.
Ce nouveau yacht à moteur aura un déplacement léger, des ailerons stabilisateurs associés à un grand gyroscope, la capacité de transporter des annexes de taille importante et de multiples jouets. La vie à l’intérieur sera ouverte sur l’extérieur avec beaucoup de verre et de grands espaces extérieurs. La propulsion hybride est une caractéristique notable de ce nouveau yacht, bien qu’il soit construit pour des croisières familiales dans le monde entier, aucun compromis n’a été fait entre le haut niveau d’autonomie et la durabilité.

Le design intérieur est issu des planches à dessin de m2 atelier, le studio international basé à Milan et fondé par les architectes Marijana Radovic et Marco Bonneli.

A2B Marine Projects dirige l’équipe du client et Christian Poorte, le chef de projet du client, remarque : “Travailler si étroitement avec le client et comprendre ses souhaits, la recherche de la bonne équipe et du bon chantier naval est un voyage très important. Construire un yacht ne consiste pas simplement à demander un créneau de construction, mais nécessite une base solide pour une collaboration pluriannuelle à tous les niveaux de l’organisation d’un chantier naval. Les exigences et les besoins particuliers d’un client à satisfaire diffèrent pour chaque projet. Il est devenu évident pour moi que JFA Yachts pouvait offrir l’approche dévouée et la polyvalence nécessaires à la construction de ce navire unique. Le mélange de l’ADN de JFA sur l’aluminium, les matériaux composites et légers, ainsi que les départements de production internes et la passion de l’équipe pour la mer ont fait de JFA le bon choix.” Il travaille avec le chef de projet de JFA Yachts, Michel Siou.

L’Aluminium Explorer de 50 m est le premier yacht à moteur du chantier JFA construit avec une coque en aluminium et une superstructure partiellement en composite verre-époxy. La construction de la coque doit commencer cet automne 2021 et la fin de la construction est prévue pour 2024.

” Depuis 1993, l’expertise de JFA Yachts basée sur des constructions ou des rénovations, toutes différentes les unes des autres, nous permet d’aller plus loin. Nous voyons dans ce projet unique à la fois une grande confiance et une reconnaissance de toutes ces années au service de nos clients”.

Frédéric Jaouen – PDG de JFA Yachts.

Longueur : 50 m
Largeur : 9.1m
Tirant d’eau : 2m
Matériaux : Coque en aluminium et superstructures en composite
Propulsion : 2 x MTU + Système hybride

En savoir plus

PIRIOU prépare la livraison du remorqueur de 16,50 m LE MOROS à la Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF

Categories:

La Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF avait confié la construction d’un remorqueur portuaire au groupe PIRIOU. LE MOROS vient d’être débarqué au port de Brest et sera livré dans les prochaines semaines.

Construit par PIRIOU VIETNAM, sur un design standard PIRIOU, sa conception a été adaptée pour répondre aux demandes spécifiques de l’armateur. Il est destiné à effectuer des opérations de remorquage portuaire par l’arrière et à couple, des opérations de poussage et des opérations de remorquage hauturier par l’arrière.

Ce remorqueur d’une longueur de 16,50 m et de 15 tonnes de traction est équipé d’une motorisation nouvelle génération qui répond à la norme IMO III et aura comme port d’attache Concarneau.

Caractéristiques principalespage2image53078720

Longueur hors tout ……………………….. 16,50 m
Largeur hors tout …………………………….6,56 m
Creux au PP ………………………………………2.55 m
Tirant d’eau max……………………………….2,50 m
Traction ……………………………………………..15 t

Combustible …………………………………….. 15,00 m3 
Eau douce…………………………………………. 1,60 m3 
Propulsion………………………………………… 2 x 440 kW
Equipage…………………………………………… 4 p. 1
propulseur d’étrave
Coque/superstructure……………………….acier

* © PIRIOU_ débarquement du remorqueur LE MOROS à Brest ce jour

PIRIOU enregistre la commande d’un fileyeur/palangrier de 21m pour l’ACAV

Categories:

L’Armement Coopératif Artisanal Vendéen (ACAV) renouvelle sa confiance à PIRIOU avec la commande d’un nouveau navire pour sa flotte artisanale : un fileyeur/palangrier de 21 m destiné à être exploité prioritairement dans le Golfe de Gascogne et accessoirement en Manche.

Après les chalutiers ‘CAYOLA‘ et ‘MABON 3’ livrés par PIRIOU en 2013 et 2014, l’Armement Coopératif Artisanal Vendéen (ACAV) sera associé à Mr Adrien DELAVAUD pour cette nouvelle unité dont le port d’attache sera Port Joinville (Ile d’Yeu), et la livraison est prévue pour fin 2022.

Ce nouveau projet est le résultat d’une collaboration étroite entre l’ACAV et PIRIOU INGENIERIE. Une attention particulière sera donnée au confort et à la sécurité de l’équipage ainsi qu’à l’accessibilité, la manœuvrabilité, l’intégration des équipements et des systèmes pour faciliter la maintenance. Ce fileyeur sera équipé d’un moteur de propulsion IMO TIER III, ce qui permet une réduction de l’empreinte environnementale du navire.

A ce jour, PIRIOU a construit plus de 250 navires de pêche de 14 à 90m, dont 168 chalutiers, une quarantaine de palangriers, une trentaine de thoniers auxquels s’ajoutent des fileyeurs et des crevettiers.

Vincent FAUJOUR, Président du Groupe PIRIOU déclare : « Cette nouvelle commande confirme notre positionnement sur le marché de la pêche artisanale, un secteur d’activité qui constitue l’ADN de notre Groupe. Nous sommes toujours compétitifs sur ce type de navire, et acteur du renouvellement de la flotte de ce secteur. Avec onze navires -chalutiers ou fileyeurs- déjà construits par PIRIOU pour le compte de larmateur vendéen, nous sommes fiers de participer à l’évolution de la flotte de ce client historique une nouvelle fois. »

Emmanuel HUBE, PDG de l’ACAV précise : « L’armement continue la diversification de sa flotte de pêche, engagée depuis 1967, en se positionnant sur les métiers des arts dormants et trainants. L’ACAV vise ainsi une exploitation artisanale, durable et maitrisée de la ressource, objectif partagé par les marins de l’armement et le groupe PIRIOU ».

Caractéristiques principales

Longueur hors tout …………………………….. 21,00 m
Largeur hors tout ……………………………….. 7,00 m
Creux au PP ……………………………………… 3.50 m
Propulsion / 1 ligne d’arbre – hélice à 4 pales fixes
Moteur diesel IMO TIER III………………………400Kw
1 propulseur d’étrave
Equipage…………………………………… 8 p.
Coque / superstructure……… acier/aluminium
Capacité stockage cale : 60 m3 (500 caisses) à 0°C 1 mât de débarque

PIRIOU enregistre la commande d’un nouveau remorqueur pour CARAIBES REMORQUAGE

Categories:

PIRIOU vient d’enregistrer une nouvelle commande pour le modèle OST 30 de sa gamme dédiée au remorquage.

Opérateur du port de Pointe-à-Pitre, CARAIBES REMORQUAGE vient de lui confirmer la construction de son prochain remorqueur de 30,30 m affichant 60 tonnes de traction et doté de deux propulseurs azimutaux. Construit au Vietnam, sa livraison est prévue au 3ème trimestre 2022. Ce nouveau remorqueur viendra renforcer la flotte opérée en Guadeloupe, et rejoindra le POINTE TALI, OST 30 de 55 tonnes de traction livré par PIRIOU en 2018.Plus puissant, ce remorqueur est également doté d’embrayages glissants intégrés pour un fonctionnement optimisé.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Après la livraison du ‘Pointe Tali’ fin 2018, nous sommes heureux de poursuivre notre relation avec un des opérateurs principaux des Antilles. Avec près de 20 ans d’expérience dans le secteur du remorquage, des designs éprouvés et une forte capacité d’adaptation de nos navires afin de répondre aux demandes spécifiques de nos clients, nous continuons de renforcer notre positionnement comme acteur significatif de ce segment ».

Felix RAMAYE, gérant de CARAIBES REMORQUAGE ajoute : « Nous sommes très satisfaits du remorqueur Pointe-Tali que nous opérons depuis deux ans. C’est donc très naturellement que nous nous sommes à nouveau tournés vers Piriou pour ce nouveau remorqueur, plus puissant et plus équipé pour répondre à la demande des armateurs, des agents maritimes et du Grand Port Maritime de Guadeloupe. Il viendra compléter notre flotte pour assister notamment les porte-conteneurs de taille toujours plus grande qui escalent sur les ports de Guadeloupe : Basse-Terre, Marie-Galante et Pointe-à-Pitre ». Nous effectuons également des assistances et des sauvetages en haute mer.Le nom du navire sera POINTE VIGIE 2. C’est un hommage au premier remorqueur de notre flotte qui a permis à la société de démarrer et qui, à ce jour, continue d’assurer le service.

Un remorqueur ASD polyvalent portuaire et côtier

L’OST 30 est un remorqueur polyvalent développé pour effectuer des opérations de remorquage et d’assistance portuaires de type « push pull » ainsi que des opérations de remorquage hauturier. Avec une longueur de coque de 30,30m, il peut aussi assurer l’assistance des navires en approche dans les chenaux d’accès.

Il est équipé de deux propulseurs “azimutaux” (Azimuth Stern Drive) avec embrayages hydrauliques intégrés. Ces propulseurs sont entraînés par 2 moteurs diesels marins rapides.
En passerelle, l’ergonomie du poste unique de commande permet au capitaine d’assurer seul l’ensemble des opérations de conduite et de manœuvre grâce à une très bonne visibilité sur les zones de travail avant et arrière, et son environnement tant à l’horizontal qu’en vertical.

Afin de répondre aux conditions d’exploitations spécifiques de CARAIBES REMORQUAGE, ce remorqueur est doté :

  • d’un système pneumatique de démarrage afin de limiter le nombre de batteries à bord,
  • de circuits permettant l’avitaillement des navires en gasoil et en eau douce,
  • d’un équipement FiFi 1/2 afin d’assurer la lutte anti- incendie,
  • d’un treuil arrière et d’un croc pour remorquage hauturier,
  • d’une grue pour la manutention de colis,
  • de défenses adaptées au poussage de barges de faible franc-bord,
  • d’un système de réfrigération indirect par box coolers, adapté aux conditions tropicales, couvrant l’ensemble des équipements du bord sans circulation d’eau de mer. Il est conçu pour un inter carénage de trois ans avec anti-fouling spécial et système ICAF.
    Les emménagements sont conformes aux dernières normes ILO 2006 et un soin particulier a été apporté au niveau de l’isolation phonique et à la climatisation.

Caractéristiques principales

Longueur hors tout …………………………….. 30,30 m
Largeur hors tout ……………………………….. 10,40 m
Creux au PP ……………………………………… 4,45 m
Tirant d’eau max………………………………….. 5,00 m
Traction au point fixe à 100 % PMR ………………. 60 t
Combustible ………………………………. 87 m3
Eau douce…………………………………. 26 m3
Vitesse………………………………….. 12,5 nds
Propulsion…………………………. 2 x 1902 kW
Équipage……………………………………… 6 p.
Coque / superstructure ……………………. acier

PIRIOU relance une FORMATION pour 30 ALTERNANT(E)S -session 2021/2022

Categories:

Pour accompagner son développement en France et à l’international, PIRIOU recrute régulièrement des hommes et des femmes et les programmes de construction significatifs les conduisent à anticiper et à embaucher les ressources indispensables en production.

Depuis 2017, ce sont plus de 50 alternants, dont 10% de femmes, au sein de trois promotions, qui ont préparé des Certificats de Qualification Professionnelle de la Métallurgie (CQPM) en chaudronnerie, soudage, tuyauterie et mécanique. Chaque année, à l’issue de cette formation, Piriou propose des CDI aux plus performants et motivés d’entre eux.

Le Groupe Piriou poursuit cette démarche et ouvre cette année, 30 places sur ces 4 métiers, sur les sites de Concarneau, Lorient et Brest, en construction ou en réparation navale.

Vincent FAUJOUR, Président du groupe PIRIOU déclare : « Chez PIRIOU, forts de nos valeurs que sont l’engagement, la proximité et l’audace, nos métiers sont synonymes de polyvalence, d’implication, de travail d’équipe et d’autonomie. Malgré l’impact de la crise sanitaire COVID19, PIRIOU assure la continuité de son engagement et se mobilise en interne de façon conséquente pour la formation, dans la perspective d’embauches valorisantes et pérennes. Nous souhaitons continuer à susciter des vocations pour ce secteur passionnant de la construction et de la réparation navale, et surtout recruter du personnel formé et qualifié ».

Les formations théoriques seront réalisées à Quimper et Lorient avec une alternance pratique au sein de PIRIOU qui se déroulera d’octobre 2021 à décembre 2022.

Les candidats et candidates seront engagés dans une « POEC » (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Collective) de 6 semaines puis, à l’issue, intégreront PIRIOU en contrat de professionnalisation. Ils seront accompagnés par des tuteurs dédiés et passionnés, qui leur transmettront leur savoir-faire et partageront leur savoir-être afin de les « navaliser », c’est à dire leur apporter toutes les compétences spécifiques qui caractérisent l’industrie navale.

Florian, chaudronnier, ex-CQPM, témoigne: “Issu de formation BTS construction métallique avec quelques expériences professionnelles en conception dans l’industrie ou le bâtiment, j’ai toujours été intéressé par les bateaux et le secteur maritime. Informé via la presse, j’ai participé à une réunion d’information collective dans l’entreprise avec visite des ateliers de construction. J’ai été impressionné par la taille des navires, et cela m’a vraiment conforté dans mon projet. J’avais déjà des bases en dessin, le CQPM m’a apporté les bases du métier de chaudronnier naval. Il faut tenter, tout ce qu’on fait est intéressant, aucune journée ne se ressemble, on peut évoluer assez vite dans l’entreprise et l’ambiance est bonne.”

La campagne de recrutement vient de démarrer et la réception des candidatures se terminera le 20 août 2021.

La sélection des 30 candidat(e)s de la promotion 2021-2022 se déroulera sur le mois de septembre avec une répartition des places disponibles en fonction des métiers : 8 tuyauteurs, 8 chaudronniers, 8 soudeurs, 6 mécaniciens.

Le secteur naval et ses métiers vous attirent, femmes et hommes de défi, postulez sur le site du groupe.

PIRIOU signe avec la Région Occitanie pour la conception et la réalisation d’une drague aspiratrice équipée d’une pile à hydrogène

Categories:

PIRIOU vient de se voir notifier officiellement par la Région Occitanie la commande d’une drague aspiratrice en marche de 70m, destinée à l’entretien des ports du Golfe du Lion.

Conçue en collaboration avec le bureau d’architecture navale toulousain LMG Marin, cette drague moderne et performante offrira une capacité de transport de 1500 m3 de sédiments. Elle sera également dotée d’une élinde permettant de prélever du sable jusqu’à 32 m de profondeur et d’un dispositif de déchargement par l’avant utilisé pour le regarnissage des plages.

L’intégration d’une pile à hydrogène permettra d’économiser jusqu’à 20% de la consommation en gas-oil du navire.
Attribué à l’issue de plus d’un an et demi de compétition internationale, le marché prévoit la livraison de la drague à Sète courant du troisième trimestre 2023.

Après les livraisons de l’Estuaire, du Fromveur II, du Breizh Nevez I et la commande récente de l’Insula Oya III, Piriou remporte un nouveau succès et confirme son dynamisme et sa compétitivité dans ce segment des navires de Service Public.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Avec l’obtention de ce nouveau contrat, nous sommes heureux d’avoir gagné la confiance d’une nouvelle région, celle de l’Occitanie, pour la réalisation d’un navire innovant et complexe, qui doit répondre à des conditions d’exploitation très exigeantes et de confort optimum pour son équipage. L’intégration d’une pile à combustible, de batteries et de conteneurs de stockage d’hydrogène sur une drague, est, au-delà du bénéfice environnemental, un défi technologique que nous relevons, en tant qu’acteur de la filière marine hydrogène française. De par son faible impact environnemental, cette future drague participera à la transition énergétique engagée dans le secteur de la marine marchande ».

Un navire moderne, performant et respectueux de l’environnement

Une drague polyvalente et performante

La drague est dotée d’une élinde de 500 mm de diamètre pour aspirer les sédiments et d’une pompe de 6000 m3/heure entrainée par un moteur électrique à vitesse variable. Sa capacité de pompage permet de remplir le puits en moins de 20 minutes. Le rejet des sédiments enlevés des ports se fait par clapage par l’intermédiaire de portes situées en fond de coque. La drague est également équipée d’une rallonge d’élinde pour atteindre des profondeurs de 32 m afin de prélever du sable pour regarnir les plages du littoral. Cette opération se fait par l’avant du navire en connectant la drague à une tuyauterie de refoulement flottante de 500 m de longueur et plus.

Des équipements de manœuvre optimisés

La future drague sera capable d’effectuer des rotations dans un timing resserré tout en transportant un maximum de sédiments (50 % de plus que l’ancienne drague Cap Croisette), d’où une étude très précise de la carène et de sa propulsion. Le navire est équipé d’un ensemble de trois propulseurs électriques à vitesse variable –deux propulseurs orientables sur 360° à l’arrière et un propulseur d’étrave de forte puissance–, cette combinaison lui conférant la manœuvrabilité indispensable pour effectuer le dragage des chenaux portuaires.

Un navire confortable à l’esthétisme soigné

Les logements pour l’équipage comprennent dix cabines individuelles de taille respectable, insonorisées, climatisées, avec la capacité d’accueillir quatre personnes supplémentaires. Les emménagements sont disposés sur trois niveaux et la timonerie en position surélevée et avancée permet une vision à 360 ° sur le plan d’eau et sur les équipements de dragage.

Les lignes du navire sont épurées, afin d’allier l’élégance à la robustesse et aux contraintes d’un navire de travail. La drague portera la livrée de la Région, avec un marquage H2 pour rappel de ses capacités hydrogène.

Une drague respectueuse de l’environnement

Équipée de moteurs IMO 3, la drague répond aux dernières normes environnementales en vigueur. À quai ou au mouillage, et pour limiter les pollutions sonores et environnementales, le navire pourra être entièrement alimenté par sa pile à combustible. La puissance disponible sera suffisante pour permettre à l’équipage de rester à bord sans aucun groupe électrogène en service. Que ce soit à quai ou en opération, une attention particulière a été apportée afin de réduire les nuisances sonores aériennes et aquatiques.

Caractéristiques principales

Longueur : 70,00 m
Largeur : 13,60 m
Creux au PP : 5,30 m
Tirant d’eau max : 4,45 m
Logements équipage : 14 p
Vitesse max. :11 nds
Coque / superstructure : Acier
Propulseurs orientables : 2 x 700 kW
1 propulseur d’étrave : 480 kW

Usine électrique (4 GE + pile H2) : 2 500 kW
Port en lourd : 2 110 T
Capacité du puits : 1 500 m3
Capacité plage AVT : 4 conteneurs H2 20 pieds
Profondeur de dragage : 32m
Pompe de dragage : 6 000 m3/h / 700 kW

KERSHIP LORIENT effectue la mise à l’eau d’un OPV, et confirme la vague de recrutement en cours

Categories:

KERSHIP LORIENT a effectué la mise à l’eau de la coque d’un nouvel OPV* qui va être convoyé à Concarneau, comme pour le précédent, pour armement.

Le plan de charge important de KERSHIP LORIENT, actuellement alimenté par les programmes de construction significatifs de KERSHIP, PIRIOU et NAVAL GROUP engrangés récemment, a conduit le site basé à Lanester à anticiper en lançant une vague de recrutement afin de répondre, dans l’immédiat comme à moyen terme, à sa volonté de renforcer ses équipes en production. KERSHIP LORIENT était présent la semaine dernière au Job dating local organisé à Lorient par l’UIMM.

KERSHIP recrute dans son cœur de métier des hommes et des femmes pour accompagner son développement pour ce secteur passionnant de la construction navale et ce recrutement d’une douzaine de postes en CDI pour KERSHIP LORIENT concerne des chaudronniers, des charpentiers, des tuyauteurs et des soudeurs.

« Malgré l’impact de la crise sanitaire COVID19 sur l’organisation industrielle, KERSHIP assure la continuité de son engagement sur les contrats en cours et à venir. Nous souhaitons renforcer KERSHIP LORIENT et surtout recruter du personnel motivé et jeune ou qualifié Chez nous, ces métiers sont synonymes de polyvalence, d’engagement, de travail d’équipe et d’autonomie. »

Déclaration de Patrick de Leffe, Président de KERSHIP LORIENT

*Offshore Patrol Vessel / Patrouilleur hauturier

Depuis Concarneau, Sevenstar pilote le convoyage des bateaux de courses et des navires de travail

Categories:

Matthieu Le Bihan, agent de la société Sevenstar Yacht Transport, s’est installé à Concarneau et a rejoint l’IPC en 2020. La société organise la logistique et le transport maritime de yachts et de bateaux à bord de navires spécialisés. Installé dans la ville bleue depuis janvier 2020, Matthieu nous dévoile les dessous de son activité.

Sevenstar est la division transport de yachts de l’armement hollandais Spliethoff. Armateur de navires conventionnels et de Project Cargo, Spliethoff possède une flotte d’environ 125 navires dont la pontée est réservée entre autres au transport de yachts.

Sevenstar Yacht Transport est le premier opérateur mondial de transport de yachts, desservant un important réseau de destinations, des plus familières aux plus exotiques, sur tous les continents.  Sevenstar offre une solution de transport pour tout type d’engin flottant, permettant de s’affranchir des contraintes liées aux gabarits routiers. Forte de 30 ans d’expérience, mais surtout, comptant des professionnels passionnés par leur travail, la société s’assure aussi de la maintenance des superyachts en circuit quand cela est nécessaire, un rinçage à l’eau douce pouvant être effectué périodiquement sur les longues traversées.

Aujourd’hui, des lignes régulières sont dédiées au transport de yachts au départ de la France, depuis La Rochelle où la société a fait son principal port de départ et où sont concentrés les industries nautiques et les chantiers qui construisent les bateaux de plaisance, multicoques, motor-yachts et voiliers de luxe.

3 000 bateaux transportés chaque année

L’armement Spliethoff opère deux catégories de navires grées. Des navires jusqu’à 160 mètres de long et 2000 m2 de pontée disponible, offrant une capacité de levage allant jusqu’à 250 tonnes en combiné. D’autres navires opérés par la division BIGLIFT, mesurant jusqu’à 200 mètres de long, sont équipés pour des charges lourdes et permettent le levage jusqu’à 2000 tonnes.

Splietoff possède aussi deux navires semi-submersibles opérés par sa division DYT (Dock Yacht Transport). Ces moyens nautiques permettent d’opérer des chargements selon la méthode « Float-on Float-off ». Contrairement au grutage (Lift-on Lift-off) il s’agit d’une technique permettant d’immerger la barge, de rentrer les bateaux à l’intérieur, d’assécher le dock et de transporter les yachts et superyachts au sec. « L’intérêt de cette technique est d’éviter à la coque le stress lié au levage. Certains bateaux comme les bateaux fluviaux de croisière à passagers, se casseraient en deux si ils étaient levés à la grue ».

En résumé l’activité du Groupe ce sont 3 000 bateaux transportés par an, les plus petits de 10 mètres et jusqu’à 100 mètres pour les plus grands. 20 agents Sevenstar sont répartis dans le monde, ce qui confère au groupe une parfaite maitrise des transports de bout en bout qui fait sa force sur ce marché.  Les différentes antennes interviennent aussi dans la préparation des escales des navires. En France, l’activité est répartie entre l’agence de Concarneau (qui supervise les activités de la façade Atlantique et de la Manche), celle de La Rochelle et une agence basée à Monaco pour la Méditerranée.

Une démarche RSE

L’armement Spliethoff, exploite une flotte maritime importante et moderne avec des navires récents (moins de 15 ans pour la majorité d’entre eux) et en conformité avec les réglementations de l’OMI (Organisation Maritime Internationale), notamment en matière d’émissions polluantes. Au 1er janvier 2020 est entré en vigueur la norme Low Sulphur de l’OMI. Cette réglementation mondiale vise à réduire les émissions soufrées des navires de -85% et cela sur toutes les mers et océans du globe. Un objectif qui est un élément fondamental pour le groupe qui souhaite se diriger vers un avenir durable et minimiser son empreinte environnementale.

Les navires de la flotte sont équipés pour réduire les émissions desoufre et de particules polluantes et le groupe Spliethoff a fait du  transport durable et efficace une de ses priorités en intégrant une véritable démarche écoresponsable dans ses process depuis de nombreuses années.

Pourquoi s’être implanté à Concarneau ?

Matthieu qui est basé depuis 4 ans sur la façade Atlantique, s’est installé à Concarneau début 2020. « Si le choix de Concarneau était au départ un moyen de me rapprocher de mon domicile, ma proximité avec l’équipe de JFA Yachts que je connais depuis plusieurs années et l’opportunité de m’installer dans leur chantier à Concarneau. Qui plus est, cela s’est fait simplement et facilement. C’est également une chance de pouvoir bénéficier de l’aura du chantier.

Aujourd’hui la taille des navires que nous exploitons, ne nous permet pas d’accèder au port au port, car ils ont une longueur hors tout de plus de 130 mètres.  Nous réalisons des opérations dans un rayon proche, notamment à Lorient. Le territoire est un pôle important pour la course au large et compte de nombreux Teams.  Nous sommes régulièrement sollicités pour le transport des bateaux entre les Antilles ou le Brésil et la Bretagne pour le rapatriement des navires à l’occasion des Transats comme la Jacques Vabre, la route du Rhum ou encore l’AG2R. Nous avons par exemple assuré le transport du trimaran Macif, basé à Concarneau lors de la dernière Route du Rhum. »

Des interventions depuis plusieurs ports de l’hexagone

Sevenstar opère depuis plusieurs ports en fonction du type de navire à transporter et du bassin d’activité.  Les bateaux de plaisance, bateaux de course, bâtiments militaires ou navires de travail n’ont pas les mêmes contraintes ni besoins.  Sevenstar intervient notamment à Brest, un port depuis lequel la société développe des opérations de transport de yachts et où elle a déjà réalisé plusieurs escales. « A Brest nous avons principalement une activité avec des navires pour l’action de l’État en mer et des navires de travail. Nous avons assuré le transport d’une série de pousseurs destinés à la base navale de Toulon et avons transporté également des navires de travail et barges de servitude jusqu’à Brest ».

Sevenstar Yacht Transport opère également depuis La Rochelle, où la société a ouvert une antenne. Elle réalise plus d’une dizaine d’escales par an principalement à l’export, avec des chargements opérés depuis le port de la Pallice. « On embarque une centaine de bateaux par an au départ de la Rochelle, principalement des unités de plaisance (catamarans neufs pour la plupart) à destination des Caraïbes, de la Méditerranée, de la côte est des États-Unis et de l’Asie. Ce sont des destinations régulières pour le transport de marchandises pour lesquelles nos navires réservent la pontée à notre activité, explique Matthieu. »

Des collaborations en bonne intelligence

« A Concarneau, nous développons des synergies avec JFA Yachts, pour le transport de certains bateaux construits par le chantier ou des unités qui viennent en refit. C’est le cas pour le sloop Louise 72’, actuellement au ponton du chantier où il est venu réaliser un hivernage et des travaux de maintenance. « En mai prochain, nous allons également charger à Papeete un Long Island LI 85’ construit par JFA Yachts.  Il fera route vers Southampton et sera convoyé jusqu’à Concarneau pour des travaux au chantier. Le chantier JFA Yachts et moi nous connaissons depuis des années. Nous fréquentons les mêmes salons à Monaco, Cannes ou Paris et savons répondre aux besoins d’une clientèle exigeante. Nous nous comprenons et trouvons rapidement les meilleures solutions et collaborons en bonne intelligence sur les projets ».

Technicité et exigence

« On ne transporte pas des bateaux comme n’importe quelle marchandise. »

Chez Sevenstar, la technicité est au cœur de notre métier, explique Matthieu. « Nous adaptons et développons des solutions de transport de bout en bout basées sur un savoir-faire et une longue expérience. La division Sevenstar Yacht Transport basée à Amsterdam, intervient avec une équipe opérationnelle et un design office d’une dizaine de personnes qui dessinent les plans de chargement et de déchargement, des plans de levage et de calage des bateaux. Ils sont bâtis à partir des plans techniques que les chantiers nous fournissent ».

L’un des principaux intérêts de notre solution est ainsi de pouvoir transporter des bateaux dans des conditions optimales : nous sommes capables d’aller chercher un bateau à flot en Polynésie par exemple, de le charger mâté à bord à l’aide des grues du navire et d’assurer ainsi son transport jusqu’ à destination avant de le remettre à l’eau maté et prêt à naviguer.  Cela requiert une grande précision et commence par l’élaboration de plans complexes, ajoute Matthieu qui précise aussi que, pour chaque opération, au port de départ et d’arrivée, des techniciens sont présents avec une équipe de douze ou quinze professionnels pour les diverses manutentions, saisie, calage et travaux de soudure sur la pontée du navire. Des équipes d’intervention de manœuvres portuaires, viennent également apporter leur soutien. »

Développer le réseau au sein de l’Interprofession du port de Concarneau 

« Tout d’abord, je suis ravi d’être à Concarneau. C’est un port super-actif où coexistent des multiples activités industrielles : construction navale et nautique, réparation et maintenance navale, activités portuaires… et qui a une longue histoire maritime. C’est important pour moi d’être en contact avec les entreprises de l’écosystème portuaire et de connaître les gens qui y travaillent. De ces rencontres peuvent aussi naître des opportunités de travailler ensemble et je souhaite pouvoir apporter des solutions aux besoins du tissu économique local qui compte des acteurs majeurs de l’industrie navale et nautique ».

Retours de Transat

« Actuellement nous sommes en plein dans la saison des retours de bateaux depuis les Caraïbes vers l’Europe, principalement sur la côte atlantique et en Méditerranée. L’activité va s’accélérer alors que la France vient d’annoncer que le mouillage des yachts étrangers étaient à nouveau autorisé en Méditerranée… » En lien avec l’activité industrielle du territoire, Sevenstar va aussi transporter deux navires militaires qui vont être déconstruits au Havre. « Nous avons monté une opération avec une société de remorquage et projets maritimes basée sur le port de Brest », explique Matthieu Le Bihan.  Sevenstar prévoit des escales régulières à La Rochelle avec une à deux liaisons par mois pour le chargement de bateaux neufs à destination des États-Unis, de l’Asie et du bassin Méditerranéen. À Concarneau, l’arrivée du Long Island est attendue début juillet.


En savoir plus sur Sevenstar

Attractivité des industries de la mer

Categories:

Sea to sea collabore avec le CINav pour la valorisation du Navire des Métiers – l’Expo

Le Campus des Industries Navales, CINav a confié à Sea to sea la réalisation d’une étude d’ingénierie destinée à construire la valorisation du Navire des Métiers – l’Expo. Cette mission s’est poursuivie par la réalisation d’un dispositif d’animation co-construit avec l’agence MTW-Factory

Situé au cœur du nouveau quartier d’affaires des Capucins, à Brest, le Navire des Métiers – l’Expo est un lieu d’incarnation, de rassemblement et d’échanges. Vitrine de l’excellence française des industries de la mer, c’est aussi un centre de ressources opérationnel sur les métiers et les formations qui y mènent. Ce dispositif mis en œuvre par CINav a vocation à sensibiliser et informer les publics sur les métiers et les formations. Ceci dans le but de promouvoir une filière française d’excellence pérenne des industries de la mer, pour construire le maritime de demain.

Cet équipement reçoit les opérateurs de formation et leurs élèves, les partenaires, les structures dédiées à l’emploi et leur public.  Le parcours de découverte est conçu pour comprendre l’univers des industriels de la mer et la diversité de ses métiers et de ses formations et permettre d’élaborer son projet d’orientation scolaire et professionnel, en se cultivant, en jouant et en s’informant.  

Aménagé sur 250 m², l’espace présente les différents métiers des industries de la mer et les formations associées, et plus largement la richesse et la diversité de la filière. Cette vitrine pédagogique et ludique des activités s’appuie sur des outils innovants animés par des médiateurs : réalité virtuelle, espaces immersifs et interactifs, clips vidéo, espace game…

Avec la French Nav, par exemple, ils voyagent d’un port à l’autre et explorent la filière française qui rayonne à travers le monde. Avec la Galerie des Métiers, ils explorent le champ des possibles et se projettent dans l’univers professionnel pour découvrir quel métier est fait pour eux…

Les visites s’organisent sur rendez-vous en attendant une ouverture à un plus large public dès que les conditions sanitaires le permettront.

Visite virtuelle

Plus d’infos : https://www.cinav.fr
Crédit photo – CInav

Sur le port de Concarneau, Entrepose échafaude des chantiers hors normes

Categories:

Le second des trois OPV argentins est sur les rails et le plan de charge de la construction navale s’accélère à Concarneau. Une activité croissante qui mobilise des spécialistes dans tous les métiers. L’entreprise Entrepose Échafaudages, membre de l’IPC est l’une d’entre elles. Elle réalise pour le compte de Piriou, un chantier d’ampleur avec l’échafaudage de l’impressionnant navire de 87 m de long et 14 m de large.

Zoom sur l’agence finistérienne

Entrepose Échafaudages Quimper, ouverte en 1971 fait partie du réseau des 16 agences françaises du groupe qui dispose aussi de 2 usines de fabrication. Entrepose s’exporte aussi dans le monde comme au Brésil, en Angleterre ou en Algérie. L’agence de Quimper est spécialisée dans les secteurs industriels et plus spécifiquement dans l’industrie navale qui représente plus de 25% de son chiffre d’affaires. À l’occasion du montage de l’échafaudage de l’OPV 87, Stéphane Radenac, chef d’agence s’est exprimé sur la position de l’entreprise, « aujourd’hui leader dans le domaine de l’échafaudage.  Un savoir-faire made in France unique dont on ne soupçonne pas toujours l’existence ».

Le chantier de Concarneau en chiffres

Pour mesurer la dimension d’un tel chantier, Stéphane Radenac nous donne des chiffres impressionnants :
15 kilomètres
 : c’est la longueur de tubes nécessaires pour le montage de la structure ; soit plus de 150 OPV du genre mis bout à bout. L’échafaudage mesure 97 mètres de long hors tout, 18 mètres de large, sans les contreforts lestés et a une hauteur de 12 mètres. La structure compte 80 mètres d’escaliers bout à bout, 1 000m2 de plancher et plus de 4 000 m2 de filet. Le record de l’agence de Quimper est un chantier de 380 tonnes (c’est généralement ainsi que se mesure le volume d’un échafaudage) ; il s’agit du Pont de Recouvrance.  Celui de l’OPV 87 est à 90 tonnes.

Le montage a nécessité 1 mois de travail avec l’intervention de 8 personnes au plus fort de l’action et 3 en continuité.

Navire rentré – crédit photo Entrepose Échafaudages

Des contraintes propres à l’industrie navale

Dans ce secteur, la rapidité d’exécution est primordiale. Cela ne doit pas se faire au détriment de la précision. Aux talents des monteurs, s’ajoutent ceux des géomètres. « On a construit l’échafaudage en U dans le vide, sans support et sans repère visuel du navire. Au final, il n’y a que 10 à 20 cm de battement autour du navire. On travaille parfois au millimètre près. C’est un travail d’une très grande précision. »

Montage en U – crédit Entrepose Echafaudages

L’ouvrage doit être parfaitement stable avec un minimum d’appui sur le navire pour éviter les retouches de peinture. « Il s’agit de trouver un mixte entre auto-stabilité, bridage et lestage. On ne peut pas s’ancrer, comme on le ferait sur un bâtiment. Dans la navale, on utilise parfois le bateau comme lest en soudant des brides sur les bordés pour y fixer l’échafaudage avec une structure stable et légère. Pour ce chantier seules quelques bridages en partie haute de la structure ont été nécessaires, » détaille le directeur d’agence.

Étrave sous cocon – crédit Entrepose Échafaudages

« L’autre complexité du chantier, ajoute-t-il, a consisté à réaliser un plafond pour les plages avant et arrière en épousant les formes du navire. Pour cela, nous avons utilisé un filet spécifique semblable à un tissu pour que les peintres puissent décaper et peindre sans projection. Ce filet permet d’arrêter les projections tout en assurant une bonne ventilation et en limitant la prise au vent. Plus qu’un filet anti-projection classique, cette toile de 130 g au m2 empêche de passer environ 80% de l’air contre 20 % pour un filet classique (de type filet à fraises de 50 g au m2). »

Navire sous cocon – crédit Entrepose Échafaudages

Un savoir-faire unique

« C’est parce qu’on sait faire ce genre de chantier dans les règles de l’art que nos clients se tournent vers nous, » se félicite-t-il.  « Entrepose est dans la navale depuis toujours. À l’agence on se plait à comparer les bateaux aux monuments historiques, car selon nos techniciens, il n’y a jamais rien de droit ! Notre savoir-faire est d’ailleurs similaire et s’appuie aussi sur notre expérience des décapages et rénovations des monuments historiques, que nous avons adaptée à l’industrie navale et vice versa. Entrepose Échafaudages réalise des installations sur mesure avec du matériel adapté. Nous sommes présents sur tous les chantiers de construction, de réparation et de démantèlement des navires : frégates, sous-marins ou plus petites unités avec nos agences réparties sur tout le littoral. L’activité navale qui va croissante à Concarneau cela signifie des marchés à long terme pour nous et l’assurance de continuer à travailler avec des professionnels rodés, formés aux installations propres aux navires. J’ai repris l’agence de Quimper il y a 15 ans et mon prédécesseur travaillait déjà avec PIRIOU et les entreprises locales.  Nous avons construit un véritable partenariat entre acteurs de proximité. »

Un métier où la sécurité est une priorité

« La sécurité, c’est l’essence même de notre métier. Il implique la mise en sécurité de nos compagnons et des utilisateurs de nos matériels. En tant que fabricant d’échafaudage, nous sommes une tête de file dans le métier que nous considérons dans sa globalité : fabrication, études, formation, développement de la performance « made in France ».

« Depuis 2004, les contraintes réglementaires sont directement liées au processus de livraison de nos chantiers. Un process que nous avons toujours intégré, allant bien au-delà de la réglementation. Un « monteur » doit toujours être au top. Si certaines qualifications, une fois obtenues sont valables à vie, nous considérons qu’il faut au moins 4 ans d’expérience pour connaître le métier. Un savoir-faire qui se transmet de génération en génération et à travers les stages que nous organisons en interne.  Une façon de maintenir à niveau les monteurs, chefs d’équipes et de chantiers sur les normes de sécurité, les techniques… cela permet d’échanger les savoirs et compétences entre les différentes activités et expertises des sociétés du groupe »

« Par ailleurs, explique-t-il, nous disposons de notre propre « école SCAFF » agréée par le Syndicat Français de l’échafaudage, interne à Entrepose pour former nos personnels, nos futures recrues et aussi nos partenaires et nos clients : vérification, réception, etc. »

Un processus qualité et sécurité

« La plupart du temps, nous montons les échafaudages. Ensuite, la réception de l’échafaudage est faite selon les plans réalisés par notre bureau d’études et on s’assure de sa conformité selon les règles de l’art et de sécurité. Ensuite, après réception, nous vérifions l’adéquation avec le besoin du client et enfin nous établissons un PV de vérification qui engendre un transfert de responsabilité de l’échafaudage ».

« Nous souhaitons à la fois faire progresser le métier et protéger les utilisateurs. Nous sommes engagés dans une démarche qualité et l’entreprise est certifiée ISO 9001. Nous développons nos outils en interne, notamment en matière de plans avec notre logiciel NOEMI plus, par exemple. Cela nous donne des informations précieuses pour le processus d’un projet : monter, transporter, démonter, vérifier, trier, éliminer et gérer les stocks. D’autres logiciels permettent de dessiner en 2D et 3D les échafaudages ».

Qu’il s’agisse des échafaudeurs, des monteurs, des chefs d’équipes, nous exerçons un métier passionnant avec des compétences rares pour lesquelles nous sommes toujours à la recherche de nouveaux talents que nous formons et accompagnons. Nous recherchons aussi de manière urgente un assistant commercial H/F expérimenté pour l’agence de Quimper. Un poste ouvert aussi aux femmes qui ont toute leur place dans cet univers, » conclue Stéphane Radenac.

JFA présente le Long Island Power 78’ – 4Ever

Categories:

L’ entreprise JFA débute l’année 2021 avec la livraison du Long Island Power 78’. 4Ever, le 1er catamaran à moteur de la gamme Long Island, va quitter son port d’attache. Son programme : La Méditerranée puis une traversée vers les Antilles avant de rejoindre le Pacifique, destination tant rêvée par ses propriétaires.

La coque aluminium et les superstructures en composite ont été pensées pour voyager à travers les mers et les océans. Ce yacht à déplacement rapide évolue à une vitesse de croisière de 12 nœuds, avec une vitesse maximale de 18 nœuds.

Aussi confortable en navigation côtière qu’en navigation hauturière, 4Ever affiche une autonomie transatlantique de 3 400 milles nautiques à 8 nœuds.

L’architecture de ce bateau permet de rejoindre de nombreuses destinations lointaines, tout comme les deux catamarans à voile de la gamme Long Island, Windquest et NDS Evolution l’ont prouvé. Ils ont navigué dans des endroits tels que l’Antarctique, la côte Ouest des Etats-Unis, l’Océan Pacifique, la Mer Baltique ou encore les côtes du Moyen Orient …

Naviguer sur un Long Island Power est une expérience à part entière.  

Au-delà d’une vue ininterrompue sur la mer, le catamaran présente une stabilité naturelle, aussi bien en mer qu’au mouillage, permettant de vivre confortablement et sereinement à bord. La surface supplémentaire qu’offre le pont complète les espaces de vie. Le pont avant du Long Island Power 78’ offre un espace lounge ainsi qu’un bassin d’eau de mer, permettant une baignade sécurisée. Innovant et relaxant, il est directement connecté au salon du carré, créant une continuité entre l’intérieur et l’extérieur du navire. Cette combinaison apporte une circulation fluide à bord. Les nombreux espaces peuvent être appréciés de différentes façons, proposant des moments de détente paisible ou des moments en famille ou entre amis.

Le cockpit arrière est divisé en deux espaces : d’un côté un salon, de l’autre une table pour 8 personnes et de chaque côté des bains de soleil. Une longue banquette sépare le cockpit de la plateforme hydraulique. Il peut être complétement protégé des conditions météorologiques, créant ainsi un espace intérieur supplémentaire. La plateforme hydraulique peut supporter une annexe de 15 pieds, et permettre un accès supplémentaire à la mer dans sa position la plus basse, devenant ainsi une plage de bain pour prendre le soleil ou plonger. La jupe arrière bâbord est équipée d’une passerelle hydraulique permettant de rejoindre la terre ferme.

D’autre part, le faible tirant d’eau rend possible des mouillages dans des lieux spectaculaires, et parfois reculés.

Pour la version Power, le pont supérieur a été repensé avec une timonerie fermée et un pont portugais, déclinant ainsi un espace novateur pour un bateau de ce type et de cette taille. Cet espace dédié à la navigation, avec un coin bureau et une banquette, prodigue calme et relaxation, et offre une vue à 360°.

Un bar extérieur intégré dans la superstructure arrière de la timonerie complète le salon du pont supérieur.

Cette timonerie est agréable à vivre, aussi bien pour le capitaine que pour les passagers.

Les espaces intérieurs volumineux sont inondés de lumière naturelle, et l’on ressent immédiatement le sentiment d’être chez-soi.

Les bois sélectionnés (chêne et noyer) sont riches, chaleureux, et participent à l’atmosphère sereine et accueillante. Avec ses 132 mètres carrés habitables, ce bateau a beaucoup à offrir.

Le carré est composé d’une cuisine, d’un salon, d’une salle à manger et d’un bureau. La présence d’un îlot central en granit répartit les espaces.

Afin de préserver la vue panoramique, le salon est légèrement surélevé.

Dans la coque bâbord, la magnifique suite propriétaire d’une vingtaine de mètres carrés dont le lit fait face à la mer, est impressionnante de lumière. Cette vue imprenable grâce aux larges hublots crée un sentiment de communion avec la nature.

La salle de bain ouverte sur la cabine par une porte entièrement coulissante, bénéficie de la lumière extérieure par un hublot dissimulé derrière les miroirs, eux-aussi coulissants.

Dans la même coque se trouve une cabine invités, pensée comme une cabine enfants, avec deux lits simples pouvant être transformés en un lit double.

Dans la coque tribord, trois autres cabines : 1 cabine VIP, 2 cabines invités : une avec un lit double, l’autre avec des lits superposés (le plus bas pouvant également être transformé en un lit double) et une table. Cette cabine peut également devenir une cabine équipage.

A bord de 4Ever, l’association des aménagements entièrement dessinés et réalisés sur-mesure par JFA Yachts et la présence de mobilier de marques (Valdenassi, Tribu, Moroso, Poltrona Frau, Cassina, Berto Salotti) rend ce 1er Long Island Power particulièrement personnel et attachant.

Ce Long Island Power offre des possibilités illimitées…

Principales caractéristiques du Long Island 78’ Power:

Longueur totale: 23.72 m –
Longueur de flottaison: 23.06 m –
Largeur: 11.17 m – Tirant d’eau: 1.24 m –
Déplacement: 54 T lège 
Construction : Coques Aluminium, Pont cloisons et superstructure en composite
Moteurs : 2x 500 Cv Cummins – Groupes : 2x 17.5 kW Onan
Vitesse de croisière : 12 nœuds – Vitesse maximale: 18 nœuds (demi-charge)

Architecte naval: Marc Lombard Yacht Design Group – Designer intérieur: Darnet Design

Le chalutier Papy Chichi mis à l’eau à Douarnenez

Categories:

Sister ship du chalutier Les Chignolles livré en octobre 2020, le Papy Chichi a été mis à l’eau ce lundi 22 janvier 2021 à Douarnenez, en présence des armateurs. Construit par le chantier naval Gléhen et conçu par COPREXMA, ce second navire est l’aboutissement du projet du nouvel armement de Saint-Gilles Croix de Vie, La Belle Alliance, pour valoriser la sardine girase.

Avec ce second navire, l’armement La Belle Alliance, qui associe le conserveur Philippe Gendreau, le pêcheur Jérémy Chagnolleau et des mareyeurs vendéens, concrétise pleinement son projet de préserver la pêche et les emplois locaux en sécurisant des apports indispensables à tous, pêcheurs, criée, mareyeurs et conserveurs. « C’est une fierté pour Coprexma et pour le chantier de contribuer à une démarche qui vise à pérenniser cette filière sardinière traditionnelle de Vendée.  Nous sommes émus et heureux de partager cet instant avec l’armateur, en particulier avec Jeremy qui a choisi de donner son nom au navire, en mémoire de son père tristement disparu voilà bientôt deux ans, » a déclaré Jean-François Ansquer, président de Coprexma.

Comme son jumeau Les Chignolles, Papy Chichi a été conçu pour assurer une pêche de qualité de sardines et anchois : Confort de travail, amélioration du triage et de la conservation à bord, avec des cuves tampon d’eau réfrigérée et un stockage en conteneur, débarque rapide. Le navire permet à l’armement de garantir l’approvisionnement régulier et le niveau de qualité exigés par la conserverie. Dès la mi-mars, Papy Chichi rejoindra son port d’attache Aux Sables d’Olonne en Vendée pour effectuer ses premières marées. La paire ainsi constituée pourra pratiquer la pêche en bœufs dans le golfe de Gascogne.

Caractéristiques du navire :

Chantier : Chantier naval Gléhen
Coque : acier
Longueur HT : 14,38m
Longuer PP : 13 m
Largeur : 7 m
Creux/quille : 3,25m
Cuve gasoil :  12 m3
Eau douce : 2,83 m3
Volume net de cale : 50 m3
Volume cuve réceptrice arrière : 6 m3
Volume cuve EDM cale : 4 m3
Puissance : 330 kW
2navigation 2èmecatégorie
Equipage : 5
Jauge : 50 TJB

Barillec Marine crée une réplique hyperréaliste de salle des machines pour propulser les élèves de l’ENSM

Categories:

Tournée vers l’avenir, BARILLEC Marine s’attache à accompagner la future génération de marins en concevant une réplique hyperréaliste d’une salle des machines. Véritable concentré des technologies déployées par l’entreprise, l’ensemble simulateur de propulsion et banc de couplage de groupes électrogènes est destiné à former les futurs chefs mécaniciens à l’excellence maritime. 

Dans le cadre de ses investissements pour améliorer sa performance et la qualité de la formation des marins, l’ENSM, Ecole Nationale Supérieure Maritime a retenu l’offre proposée par BARILLEC Marine dans le cadre de sa consultation lancée en 2019 visant à réaliser « un simulateur de propulsion et un banc de couplage de groupes électrogènes », véritable « jumeau numérique » pour la formation des apprenants de son site de Saint-Malo. La demande de l’ENSM portait sur un produit industriel qui soit au plus près de la réalité du métier afin de former les futurs navigants avec les outils qu’ils utiliseront au quotidien dans l’exercice de leur profession. Les produits du marché destiné à la formation, s’ils répondent à des besoins pédagogiques n’ont pas ce réalisme.

Plus vrai que nature

BARILLEC Marine a proposé de « miniaturiser » une installation existante avec toutes ses fonctionnalités. L’entreprise a travaillé sur trois composantes pour un outil complet et réaliste :

  • Un tableau principal d’une installation diesel-électrique et ses deux groupes électrogènes (simulateurs)
  • Un PMS « Power Management System » et sa supervision, pour la gestion de l’énergie à bord et les interfaces associées, intégrant les sous-systèmes (gros consommateurs : propulsion, froid/climatisation)
  • Un simulateur de propulsion électrique.

Cet ensemble représente un concentré du savoir-faire de BARILLEC Marine qui, rappelons-le, a développé ses premiers systèmes de propulsion diesel-électrique il y a plus de 20 ans.

Miniaturisation 

Concrètement, le système est en tous points identique à une installation d’une puissance type de production de 3 000 kVA qui a été ramenée à environnement 20 kVA. Il s’agit d’une puissance adaptée à tous types de navires marchands. Le système propulsif de référence, d’une puissance de 2 000 kW a lui été ramené à environ 6 kW. C’est cet abaissement des puissances de produits industriels habituellement utilisés à bord et conçus par des fabricants de renom – depuis les systèmes de propulsion et de production à la gestion de l’énergie – qui représentait un véritable défi.

Un enjeu pour aujourd’hui et pour demain

Pari réussi pour BARILLEC Marine qui est très fière d’accompagner l’engagement des enseignants de l’ENSM et la jeune génération dans le déploiement de technologies d’avenir. Les étudiants de l’ENSM sont les navigants et futurs chefs mécaniciens qui demain seront aussi les clients-utilisateurs des technologies et des produits développés et intégrés par BARILLEC Marine.

L’utilisation de ce système permettra aux apprenants d’acquérir les compétences en électrotechnique et automatismes indispensables à la conduite des machines des navires de nouvelle génération :  synchro-couplage (fonctionnement en parallèle des groupes électrogènes) ; conduite économe des machines et du navire ( au travers des outils de gestion de l’énergie « Power Management System » ) ; propulsion électrique ; supervision de l’ensemble des systèmes ; systèmes de sécurité et tous les automatismes associés…

La conception et la fourniture de l’équipement sont assortis d’une prestation de services. Les ingénieurs de BARILLEC Marine vont aussi former les enseignants à la conduite et à la surveillance de cette réplique hyperréaliste de salle des machines.  Cette nouvelle acquisition combinant un outil de pointe et le savoir-faire pour l’utiliser confère à l’ENSM un atout de plus pour propulser ses formations machine vers l’excellence maritime.

PIRIOU livre le VIA ALIZE, un thonier senneur congélateur de 67 m à VIA Océan

Categories:

PIRIOU vient de livrer à la société VIA Océan (ex-Armement Saupiquet) un thonier de 67 m destiné à la pêche thonière océanique. Le VIA ALIZE va venir renforcer la flottille actuelle de trois thoniers de l’Armement et représente le neuvième thonier construit par le chantier vietnamien de PIRIOU depuis 2010, en complément des réalisations du site historique de Concarneau en France.

Le design ‘sea proven’ de PIRIOU INGENIERIE a pris en compte les évolutions réglementaires et contribue à améliorer les conditions de travail, de repos et de sécurité de l’équipage à bord, conformément à la réglementation MLC 2006 (Maritime Labor convention).

Il est équipé d’une propulsion optimisée avec hélice à pales orientables et alternateur attelé pour une meilleure utilisation de l’énergie bord.

Avec cette première commande, la société VIA Océan a rejoint les armateurs qui ont déjà fait confiance à PIRIOU pour l’évolution de leurs flottilles de thoniers. PIRIOU confirme ainsi sa présence toujours effective dans le secteur de la pêche à la fois côtière et hauturière : depuis 2018, PIRIOU a livré un palangrier de 63m pour la Réunion, huit palangriers 21m pour la Nouvelle Calédonie, deux chalutiers de pêche artisanale pour la Bretagne.

M. Vincent FAUJOUR, Président du groupe PIRIOU, déclare : « En cette période si particulière de pandémie, nous avons réussi à livrer ce navire dans les délais. Nous tenons à remercier tout particulièrement la société VIA Océan, tout d’abord pour nous avoir accorder leur confiance mais également pour le suivi du chantier de la construction mené conjointement par les équipes de l’armement et du chantier dans des conditions parfois rendues difficiles par ce contexte sanitaire. Nous sommes heureux et fiers de compter VIA Océan et plus largement le Groupe BOLTON parmi nos clients. Ce nouveau thonier s’inscrit dans le cadre d’une démarche de pêche responsable et durable et contribuera aussi au respect de l’environnement et au bien-être des équipages. Nous continuons ainsi à accompagner les armateurs dans le renouvellement nécessaire de leurs flottes de navires de pêche »

M. Pierre PALUD, Directeur armement de VIA Océan, ajoute : « Ce choix de partenariat avec les chantiers Piriou pour la construction d’un navire de série et moderne présente l’avantage considérable d’une réalisation conforme aux réglementations et normes du pavillon français tout en intégrant les technologies de pêche et de congélation de poisson les plus modernes. Ce navire est équipé des dernières technologies environnementales et d’efficacité énergétique, qui marquent également une étape importante dans le renouvellement des flottes de pêche traditionnelles. L’hébergement est conçu pour un équipage de 23 personnes selon les normes les plus élevées et comprend également une infirmerie à bord.

Ce type de navire est un atout important pour l’avenir de l’armement VIA Océan. Nous rajeunissons ainsi notre flotte qui passe donc à quatre navires, avec un concept de thonier plus modeste en taille, mais qui est le bon outil pour l’évolution de la pêche responsable que s’impose le groupe Bolton, une pêche plus exigeante et respectueuse des ressources, une pêche garante de qualité et de traçabilité. Cet investissement important signifie aussi notre engagement en faveur de l’avenir du secteur du thon sauvage, en tant que base pour l’un des meilleurs aliments naturels et sains du monde ».

Caractéristiques principales

Longueur : …………………………………………………….67,30 m
Largeur : ……………………………………………………….12.40 m
Creux au PP : …………………………………………………6.10 m
Capacité Gasoil :…………………………………………….350 m3
Capacité eau douce :……………………………………..30 m3
Équipage :………………………………………………………23 personnes
Vitesse : …………………………………………………………14 nds
Coque / superstructure : ………………………………acier / aluminium
Autonomie : …………………………………………………..55 j

Manutention : ………………………………………..1 grue AVT et 1 grue AR
Annexes : ………………………………………………1 skiff acier 10m et 1 speed boat

Propulsion :
propulsion diesel : …………………………………..3000 kW
groupes électrogènes principaux 2 x 800kVA
alternateur attelé au réducteur 1 x 1500 kWA

Stockage :
Capacité totale stockage du poisson (14 cuves)………………………………….1 200 m3

PIRIOU construit un remorqueur de 16,50 m pour la Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF

Categories:

La Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF a confié la construction d’un remorqueur portuaire au groupe PIRIOU pour une livraison prévue en août 2021.

Construit par PIRIOU VIETNAM, sur un design standard PIRIOU, sa conception a été adaptée pour répondre aux demandes spécifiques de l’armateur. Il est destiné à effectuer des opérations de remorquage portuaire par l’arrière et à couple, des opérations de poussage et des opérations de remorquage hauturier par l’arrière.

Ce remorqueur d’une longueur de 16,50 m et de 15 tonnes de traction sera équipé d’un moteur nouvelle génération qui répond à la norme IMO III et aura comme port d’attache Concarneau.

Longueur hors tout : ………………………….16,50 m
Largeur hors tout : ……………………………..6,56 m
Creux au PP: ………………………………………..2.55 m
Tirant d’eau max : ……………………………….2,50 m
Traction : ………………………………………………15 t
Combustible : ………………………………………..15,00 m3
Eau douce : ……………………………………………1,60 m3
Propulsion : …………………………………………..2 x 440 kW
Equipage : ……………………………………………..4 p.
Coque/superstructure : …………………………acier

PIRIOU livre son 250 ème navire en aluminium

Categories:

Un FPSV de 55 m pour JANA MARINE SERVICES

PIRIOU vient de livrer le JANA 21, un FPSV de 55 m, à JANA MARINE SERVICES’, fournisseur saoudien de services maritimes intégrés de premier rang pour l’industrie pétrolière et gazière offshore. Construit par PIRIOU VIETNAM sur un design PIRIOU ‘sea proven’, une dizaine d’unités de ce modèle ont déjà été livrés précédemment à différents opérateurs dans le secteur de l’offshore pétrolier. Certaines modifications ont été apportées à ce navire afin de répondre aux demandes spécifiques de l’armateur, en particulier une vitesse accrue grâce à un nouvel ensemble propulsif, qui lui permet d’atteindre des performances uniques pour sa catégorie.

La livraison officielle s’est déroulée le 25 janvier 2021 sur le site de PIRIOU VIETNAM, notre chantier implanté au Vietnam. Le ‘JANA 21’ est prévu pour une exploitation dans les eaux du Golfe Persique. Cette commande de JANA MARINE SERVICES est intervenue après la livraison de deux FPSV de 41m, le JANA 17’ et le ‘JANA 18’ en 2017.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « nous sommes heureux d’avoir réussi à livrer ce navire très technique comme prévu, malgré toutes les complications rencontrées pendant toute cette période de pandémie de COVID 19 avec ses contraintes sanitaires, comme les confinements ou les fermetures de frontières… Nous sommes fiers d’avoir répondu à toutes les attentes de notre client pendant cette période difficile et inédite. L’équipe de PIRIOU VIETNAM démontre encore une fois ses compétences et son engagement auprès de JANA Marine. Nous apprécions la relation établie avec JANA MARINE, et la fidélisation de ce client est une confirmation de notre capacité à répondre avec nos navires et notre SAV à leurs exigences opérationnelles.

Avec cette nouvelle livraison, PIRIOU confirme son positionnement de leader français de la construction de navires rapides en aluminium. Notre polyvalence de construction, conjuguée aux impératifs de l’armateur et au profil d’utilisation du navire, nous permet de proposer au client le meilleur compromis sur le choix de la construction en acier et/ou en aluminium. »

Mohammed AlSubaie, D.G de Jana Marine ajoute : “En dépit des soucis de décalages liés à la crise sanitaire COVID-19 avec ses confinements et les restrictions de déplacement sur le plan international, nous avons apprécié les efforts déployés par PIRIOU afin de respecter au mieux le délai de livraison.

Les capacités de ce navire ont dépassé nos attentes en matière de vitesse et de performance pendant les essais mer et ce constat renforce notre confiance dans les compétences de PIRIOU et du haut niveau de qualité et de fiabilité de leurs navires. Nous sommes certains que l’arrivée de cette unité en renforcement de notre flotte va augmenter notre notoriété en tant que l’un des meilleurs prestataires de services maritimes de la région et au-delà et nous sommes prêts à travailler à nouveau ensemble sur un nouveau projet dans le futur quand l’opportunité se présentera. »

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU

« FPSV 55w : un navire polyvalent et performant »

Navire en aluminium très polyvalent, le FPSV 55w assure des missions multiples pour l’industrie offshore, notamment le transport de personnel et de fret en pontée.

Grâce à un design ‘sea proven’ développé par PIRIOU INGENIERIE et identifiable par une étrave droite améliorant les performances et le confort des personnels, ce FPSV 55w offre une série d’avantages :

  • une vitesse de navire à lège et en charge améliorées à consommation constante,
  • une consommation en régime économique largement diminuée,
  • un confort maximum avec un salon équipé de 60 sièges
  • Il dispose également d’une grande autonomie (139m3 de gazole) et d’une importante capacité d’emport de 226 t en pontée. Grâce à sa propulsion par hydrojets, il possède une manœuvrabilité exceptionnelle et offre également une sécurité accrue grâce au système de positionnement dynamique de classe 2 (DP2) dont il est équipé.

Caractéristiques principales

Longueur : 55,10 m
Largeur : 10,00 m
Creux au PP : 4,40 m
Tirant d’eau max. : 2,28 m
Equipage : 20 p.

Vitesse max. : 34 nds
Coque / superstructure : aluminium

Propulsion : 4 x 2000 kW – 4 hydrojets
Capacité passagers : 60 p.
Capacité fret : 226 t / 250 m2

Pour en savoir plus : https://www.piriou.com/piriou-livre-son-250eme-navire-en-aluminium/

PIRIOU signe avec la Région des Pays de la Loire pour la conception et la réalisation d’un navire mixte destiné à la desserte maritime de l’Ile d’Yeu

Categories:

PIRIOU vient d’enregistrer la notification officielle par la Région Pays de la Loire pour la commande d’un navire mixte destiné à la desserte maritime de l’Ile d’Yeu.
Construit sur un design PIRIOU en collaboration avec le bureau d’architecture navale nantais Stirling Design International, ce navire robuste et élégant offrira une grande capacité de transport fret et passagers pour la desserte maritime entre l’île d’Yeu et Fromentine. Piriou fera appel à plusieurs sociétés des Pays de la Loire pour mener à bien ce projet pour une livraison prévue courant du troisième trimestre 2022.

Après la construction et la livraison de l’Estuaire, du Fromveur II et du Breizh Nevez I, Piriou remporte un nouveau succès et confirme son dynamisme et sa compétitivité dans ce segment des navires mixtes. Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Avec l’obtention de ce nouveau contrat, nous sommes heureux de relever ce nouveau challenge et d’avoir gagné la confiance d’une nouvelle région, celle des Pays de la Loire, pour la réalisation d’un navire qui doit répondre à des conditions d’exploitation très exigeantes et de confort optimum pour les passagers. »

Une grande capacité de transport, un navire élégant, robuste et performant

• Une grande capacité de transport malgré une contrainte de tirant d’eau à 2,35m.

Le garage roulier offre un grand clair sous barrot (12 voitures et 4 motos) et le navire pourra transporter jusqu’à 340 palettes et 2 camions de 19t. Les zones de stockage des conteneurs ont été étudiées et optimisés pour des opérations de chargement et de déchargement aisées et rapides.
Le navire permet le transport de 391 passagers : 252 places en salon intérieur (dont 5 PMR facilement accessibles depuis l’ascenseur) et 139 places en extérieur. L’espace passagers a été conçu pour assurer une circulation fluide et en sécurité entre les zones d’embarquement/débarquement et les salons.

• Des équipements de manœuvres, un navire performant et robuste.

Comme demandé par la Région Pays de Loire et la Compagnie Yeu-Continent, le futur navire sera capable d’effectuer des rotations estivales dans un timing resserré tout en transportant un maximum de fret (40 % de plus que IO II), d’où une étude très précise de la carène et de sa propulsion. Le navire est par ailleurs équipé d’un ensemble de deux propulseurs hydrauliques et deux safrans à volets, cette combinaison lui conférant la manœuvrabilité nécessaire pour passer le chenal de Fromentine par tous temps.

• Un navire confortable à l’esthétisme soigné pour desservir une zone touristique renommée et participer à son rayonnement.

Afin d’allier l’élégance à la robustesse et la performance, les lignes du navire ont été étudiées avec attention, avec l’expertise du cabinet d’architecte naval Stirling Design International. Le résultat est un bateau moderne avec des formes empruntées aux navires anciens comme le fronton avant vertical marqué, intégrant la timonerie haute.

Pour assurer aux passagers une traversée agréable, le nombre de fenêtres a été maximisé et les salons lumineux sont organisés en plusieurs espaces de vie. Les couleurs et matériaux proposés offriront un ensemble raffiné et chaleureux reprenant les codes des anciens paquebots mixtes. Afin d’offrir un transit confortable par mer formée, le navire est équipé d’une paire de stabilisateurs.

• Un navire respectueux de l’environnement.

Equipé de moteurs IMO III, le navire répond aux dernières normes environnementales en vigueur. A quai, et pour limiter les pollutions sonores et environnementales, le navire sera raccordé au réseau électrique terrestre. La puissance disponible sera suffisante pour effectuer les opérations de chargement et déchargement sans groupe électrogène en service réduisant ainsi l’empreinte carbone du navire.

Caractéristiques principales :

Longueur : 55,00 m
Largeur : 13,00 m
Creux au PP : 3,85 m
Tirant d’eau max. : 2,35 m
Equipage : 8 p
Vitesse max. : 15 nds
Coque / superstructure : acier / aluminium
Propulsion : x 1440 kW @ 1800tr/mim
2 propulseurs d’étrave
Capacité passagers : 391 p.
Capacité emport max : 260 t
2 grues de levage p. manutention à quai 13 t à 9.5 m
Capacité plage AVT : 8 conteneurs 10 pieds
La Capacité plage AR : 12 conteneurs 10 pieds, sur 2 ét. 2 rampes plateformes élévatrices pour transbordement des véhicules et chargement
Un garage fermé p.12 VL & 4 motos et/ou palettes

CARENCO nouveau délégataire de service public du Port de Concarneau

Categories:

Jeudi 10 décembre 2020, Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil Régional de Bretagne et Dominique Lallement, Directeur Général de CARENCO ont signé le contrat qui les lient pour les 15 prochaines années pour la délégation de service public du port de construction et de réparation navales de Concarneau. Après deux ans de négociations, cette décision est largement saluée par les élus du territoire et par les entreprises de la construction et de réparation navales fédérées au sein de l’IPC.

Jeudi 10 décembre 2020, Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil Régional de Bretagne et Dominique Lallement, Président du Directoire de Carenco, ont signé le contrat qui les lient pour les 15 prochaines années pour la délégation de service public du port de construction et de réparation navales de Concarneau. Après deux ans de négociations, cette décision est largement saluée par les élus du territoire et par les entreprises fédérées au sein de l’IPC.

A l’issue d’une consultation lancée fin 2018, la Région Bretagne, propriétaire du port de réparation et construction navales de Concarneau, a choisi CARENCO, qui associe la filiale de CCIMBO (INSFO) et SEMCAR en tant que nouveau concessionnaire du port, à compter du 1er janvier 2021 et pour les 15 prochaines années. L’offre et le projet de CARENCO « répondent aux ambitions portées par la Région, en particulier sur les volets économiques et environnementaux. »

La cérémonie, en comité restreint en raison de la crise sanitaire, a eu lieu dans les ateliers de PIRIOU NAVAL SERVICES, en présence du Président de la CCIMBO, Frank Bellion, du Président de la CCI Bretagne, Jean-François Garrec, du Maire de Concarneau, Marc Bigot, du président de CCA, Olivier Bellec, du président du Syndicat Mixte Pêche Plaisance de Cornouaille, Mickaël Quernez, des conseillers régionaux Gaël Le Meur et Rolland Jourdain, de plusieurs élus et représentants du territoire et des représentants de l’IPC. Loïg Chesnais-Girard a souligné que « Concarneau, est un port important pour la Région Bretagne dont les équipements industriels font la différence.  Des infrastructures remarquables réalisées notamment grâce à la mobilisation des acteurs économiques du port.» Il a indiqué que « la nouvelle concession assurera la remise à niveau de l’ascenseur à bateaux de 2 000 t pour les 40 ans à venir et réalisera {d’ici 5 ans} la couverture de la cale-sèche de 130 mètres après le remplacement de sa porte. » L’élévateur à sangles de 400 t  en service en 2017 complète ces infrastructures uniques en Bretagne. « Des investissements nécessaires seront réalisés et  une gestion par CARENCO qui nous permettra d’unir les forces des acteurs pour continuer de développer les emplois. 

« Si le modèle change avec la création de la société CARENCO qui aura en charge l’ensemble des missions de la future concession pour la construction et la réparation navales, il est le fruit d’un partenariat de longue date entre la CCIMBO et les professionnels du port de Concarneau » a souligné Jean-François Garrec…., Président de la CCI de Bretagne et Président du Conseil de surveillance de Carenco. « Concertation, détermination, travail et endurance ont permis de mener à bien l’ensemble des chantiers qui permettent aujourd’hui à près d’une cinquantaine d’entreprises et plus de 1 000 personnes de travailler quotidiennement sur le port. »

« Concarneau est une place majeure de la construction-réparation navale, en France et dans le monde, et elle doit le rester ! » avait-il déclaré lors de l’inauguration de la nouvelle aire technique de 22.000 m² à la pointe des normes environnementales.

« La société CARENCO poursuivra cette dynamique avec un ambitieux programme d’investissements d’un montant de 25 M€ pour les 15 prochaines années avec l’appui financier majeur de la Région Bretagne »

Marc Bigot, Maire de Concarneau a rappelé que le « le monde de la pêche puis de la réparation et construction navales ont bâti le port de Concarneau. Il est donc légitime que des acteurs locaux réunis au sein de la SEMCAR se soient engagés aux cotés de la CCI pour pérenniser son avenir » faisant remarquer que « Le projet de CARENCO répond parfaitement aux nécessaires enjeux économiques et environnementaux du port de Concarneau…” Il a souligné que les investissements prévus sur la cale sèche sont un véritable défi à quelques centaines de mètres de la Ville-Close, mais aussi une obligation, ils vont pérenniser les entreprises et les emplois qu’elles proposent… Le plan de charge des chantiers confirme ces ambitions. 

Saluant l’engagement de CARENCO qui vise une certification ISO 14001 dans les 5 années qui viennent, il conclue avec un message partagé par tous au sein de l’Interprofession du Port de Concarneau : “Soyons fiers de cette nouvelle étape qui s’engage aujourd’hui” !

Lettre ouverte d’un dirigeant d’ETI de l’industrie navale française

Categories:

Lettre ouverte d’un dirigeant d’ETI de l’industrie navale française

La construction navale est un maillon essentiel de la souveraineté militaire et civile de la France. Sur la mer et sous la mer, dissuasion, protection des frontières, câbles sous-marins, énergies fossile et renouvelable, pêche, continuité territoriale et transport de marchandises, partout notre industrie oeuvre pour l’indépendance de notre pays.

Orange Marine, filiale d’Orange dont l’Etat est l’actionnaire de référence, vient de faire le choix de construire son futur navire au Sri Lanka. Au moment même où la société japonaise Bridgestone décide de fermer son usine de Béthune, une participation de l’Etat décide d’investir cinquante millions d’euros dans un chantier naval Sri Lankais à capitaux japonais. La France n’est donc pas rancunière. Mais pourquoi cette décision ?

Les chantiers français sont-ils incapables de construire ce type de navire ? Évidemment non, l’industrie navale française construit et a construit des navires bien plus complexes.

Les chantiers français sont-ils capables de construire ce type de navire, en France, au prix du marché mondial ? Malheureusement non, les coûts de main d’oeuvre sont cinq fois plus élevés en Europe de l’Ouest qu’en Asie.

Alors l’industrie française doit-elle renoncer quand la compétition mondiale fait rage et que seul le coût du travail guide les choix de certains investisseurs ? Surtout pas, et surtout pas maintenant, au moment où l’Etat prône à juste titre la résilience, c’est-à-dire la capacité à rebondir après une période difficile, au moment où la pandémie nous montre nos fragilités et prépare des drames économiques et sociaux.

Alors était-il possible d’intégrer une part française dans un tel projet, oui bien sûr, encore fallait-il le vouloir !

Quel est le prix à payer pour notre résilience et par voie de conséquence pour notre souveraineté ? Dans ce cas précis l’écart de prix était inférieur à 5%.

Comment être résilient en restant compétitif en France et en Europe ? Chez Piriou nous avons fait le choix d’ouvrir un chantier naval au Vietnam en complément de nos sites français. Cela a-t-il réduit nos emplois en France ? Au contraire, depuis 2008, date de la création de Piriou Vietnam nous avons plus que doublé nos effectifs dans l’hexagone. Nous y avons conservé notre savoir-faire et nos bureaux d’études, donc notre capacité à innover et à faire travailler des fournisseurs français et européens. Dans le cas présent, cette commande aurait représenté plus de 100.000 heures de travail et le maintien d’une compétence industrielle stratégique en France, sans compter les prestations de nos fournisseurs et sous-traitants français et européens, constituant une part de près de 25 % de la valeur du contrat. C’est vrai, 25% c’est peu, mais c’est mieux que 0%.

De façon générale, les Administrations et les collectivités publiques ont bien compris les enjeux et oeuvrent dès à présent pour le maintien de l’industrie française, je les en remercie. Ces préoccupations doivent maintenant être partagées par tous et s’inscrire dans la durée.

Alors comment faire pour réconcilier la compétition mondiale et la compétitivité de nos entreprises ? En innovant bien sûr, mais ce n’est malheureusement pas suffisant. Il faut aussi que les mentalités et les usages évoluent et que l’on intègre dans les critères d’évaluation des appels d’offres et dans l’utilisation des fonds publics la notion de valeur ajoutée Française et/ou Européenne. Aujourd’hui trois éléments principaux guident les choix : le prix, la technique et la RSE. Le moment me semble opportun pour agir et faire intégrer un quatrième critère, la « part France / Européenne ».

Non, la préférence nationale ou européenne n’est pas un gros mot, c’est même la clef essentielle à la résilience de l’industrie.

Le Président de Piriou que je suis est évidement déçu, mais ce n’est pas grave. En revanche le citoyen et contribuable que je suis également est très inquiet par l’absence de vision, à moyen et à long terme, que révèlent de telles décisions.

Concarneau, le 03 décembre 2020
Vincent Faujour
Président de Piriou

www.piriou.com

PIRIOU a développé un navire câblier de 100 m

Categories:

Dans sa démarche constante de pénétrer de nouveaux marchés, PIRIOU a développé un navire câblier de pose et de réparation, à la fois capable de traiter des câbles de fibre optique mais aussi des câbles énergie. Ce navire pourra aussi bien assurer la pose d’un câble sur champ éolien, tout comme réparer un câble endommagé sur le plateau continental ou en plein océan.

Comme son CTV hybride hydrogène primé récemment, ce produit ‘PIRIOU’, par sa haute technicité, s’inscrit parfaitement dans la stratégie du groupe et les attentes de nos clients afin de faciliter les opérations de maintenance, d’optimiser les charges d’exploitation et de répondre aux enjeux de sécurité ainsi qu’aux nouvelles normes environnementales.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Ce navire est le fruit d’une année intense de travail pour les équipes du bureau d’études de PIRIOU INGENIERIE et de plusieurs industriels français. Le résultat est à la mesure de leur engagement et nous permet de continuer notre diversification « produit » sur le segment des câbliers. »

Il ajoute « après l’annonce publique, la semaine passée, du prochain remplacement du câblier « Raymond Croze » par Orange Marine, nous sommes en mesure de remettre une offre compétitive qui préserverait une part française dans cet investissement porté par une grande entreprise tricolore. Chez Piriou, nous sommes prêts à relever ce nouveau défi et à participer ainsi à la souveraineté industrielle de notre pays ».

Ce projet de câblier s’inscrit ainsi dans les orientations données par Le Président de la République, lors de son discours du 24 novembre dernier au sujet de la crise économique et de notre indispensable résilience : « Nous avons identifié certaines de nos faiblesses, parfois un sens des responsabilités inégal, parfois un manque de souveraineté pour certaines de nos productions ».

Le navire est intégralement conçu et développé par les services de Piriou Ingénierie à Concarneau, avec plusieurs industriels français.

Illustration des premières esquisses ©PIRIOU

▪ L’ADN de Piriou est totalement présent dans ce projet : sa carène élancée, issue d’une version qui a largement prouvé ses performances à la mer, a été retravaillée et adaptée avec prise en compte des besoins de tenue à la mer, du confort de travail de l’équipage, des contraintes de travaux sur câble en garantissant des performances en positionnement dynamique et de vitesse avec une puissance installée et une consommation optimisée. Doté de cette carène particulièrement soignée, ce câblier consommera moins de 10t / jour de gasoil en transit à 12,5 nœuds et est d’ores et déjà conforme à la réglementation IMO III.

Etudes de carène ©PIRIOU

▪ Equipé de deux cuves de stockage, il peut embarquer et traiter jusqu’à 1000 tonnes de câbles (puissance ou fibre optique), l’une de ses deux cuves étant dotée d’un carrousel pour déployer le câble énergie.

▪ Le hangar R.O.V qui est intégré dans les superstructures, le protège des intempéries et permet un déploiement dans de très bonnes conditions de sécurité.

▪ L’architecture propulsive a été pensée et développée spécifiquement pour ce navire afin d’optimiser la consommation de carburant en fonction du profil d’utilisation, tout en réduisant les coûts de maintenance et en assurant les besoins de redondance inhérents à cette activité.

▪ L’aménagement général a été conçu afin d’obtenir un navire au profil aérodynamique abaissé, tout en offrant les capacités opérationnelles d’un câblier de réparation. Le résultat est un navire présentant un volume de superstructures réduit et des espaces intérieurs fonctionnels et optimisés.

Modélisation

▪ De même, les emménagements sont pensés pour rendre la vie à bord plus agréable, en jouant avec les couleurs et matières, ainsi qu’en imaginant des aménagements astucieux.

Vues d’une cabine officier et du salon officier

Caractéristiques principales

Longueur hors tout ………………………… 100 m
Largeur hors tout ………………………….. 18 m
Vitesse max…………………………………….. 14,5 nds
Port en lourd max………………………….. 2100 t
Puissance ……………………………………….. 3 200 kW
Autonomie……………………………………… 35 jours ou 10 000 miles @ 12 noeuds
Equipage ……………………………………….. 49 pers
Personnels spéciaux……………………… 27 pers

En savoir plus