Bureau d’architecture et d’études navales breton, leader dans le domaine de la construction navale professionnelle pour le secteur de la pêche, Coprexma est aussi l’un des seuls ayant l’expertise de la construction bois. Un savoir-faire sur lequel s’appuient plusieurs chantiers français. Loin d’une vague nostalgique, la construction bois, qui ose l’innovation, est aujourd’hui plébiscitée par les professionnels. Une dynamique porteuse d’avenir pour la construction navale et encourageante en matière de réduction d’impact environnemental.

Un matériau aux caractéristiques éprouvées et propices à l’innovation

Utilisé depuis l’Antiquité dans la construction navale, le bois est le premier matériau composite existant dans la nature. Les fibres et la résine naturelles possèdent des caractéristiques idéales de souplesse et de robustesse permettant de réaliser les bordées et on constate aujourd’hui une recrudescence du nombre de constructions neuves de navires en bois à la pêche.  Le bois a fait ses preuves sur toutes les mers du monde et présente de nombreux avantages. Naturellement isolant et sans conductivité thermique, il est chaleureux et plus confortable pour la vie à bord.  Aujourd’hui, des formes de carènes innovantes offrent davantage de stabilité et de sécurité et de meilleures performances.

Les charpentiers ont su évoluer dans leurs process de construction et avec l’expertise des architectes sont aujourd’hui capables de fabriquer des bulbes sur les navires en bois, comme le chantier Tanguy par exemple avec qui Coprexma a réalisé la refonte du bolincheur concarnois Vag à Lamm.

 

Économique et écologique

Le bois offre aussi des coûts de construction avantageux, ceci malgré une augmentation des cours due, notamment, à la concurrence de la Chine. Les chantiers français utilisent exclusivement du chêne issu des forêts françaises, exploitées durablement. Pour les plus grosses pièces, il s’agit d’arbres coupés uniquement sur commande et en fin de cycle. Ces vieux chênes ont ainsi une seconde vie de 50 à 60 ans pour un navire de pêche. C’est aujourd’hui le matériau le moins impactant pour l’environnement – une ressource renouvelable, abondante et disponible localement – et ceci sur tout le cycle de vie du navire.

Un matériau d’avenir pour la construction neuve et les refontes de navires

Si son entretien est exigeant, particulièrement en ce qui concerne les revêtements de surface, le bois est aussi finalement plus facile à réparer. Le savoir-faire et les connaissances des charpentiers permettent de réaliser des travaux de réparation parfois complexes. Le bois étant composite, il permet également de transformer des navires et de les adapter pour en optimiser l’exploitation et apporter plus de confort.

Le Goemonier STELLACH II lors de sa construction au chantier HENAFF

Le Goémonier STELLAC’H II lors de sa construction 

La construction bois a donc de l’avenir et les professionnels ont compris son intérêt. De nouveaux projets pour des navires neufs ou des refontes sont à l’étude avec l’appui et l’expertise de Coprexma, qui maîtrise parfaitement les caractéristiques et les possibilités qu’offrent ce matériau noble pour répondre aux enjeux économiques, environnementaux et sociétaux de la pêche.

Partager sur :