nos actus

Mise à flot du second des trois patrouilleurs hauturiers commandés par le Sénégal

Categories:

La mise à l’eau du ‘NIANI’, le second patrouilleur océanique destiné à la Marine nationale sénégalaise, a été effectuée ce jour à Concarneau (29). Cette étape illustre la poursuite du programme qui porte sur la fourniture de trois patrouilleurs océaniques.

En parallèle, la première unité est en cours d’armement à quai avant le début de ses essais mer et le troisième est également en cours d’armement avant sa mise à l’eau. Pour rappel, ce contrat avait été signé en novembre 2019 par Le Ministère des Forces Armées du Sénégal et le groupe PIRIOU.

Réalisé avec le soutien et l’expertise de sa co-entreprise KERSHIP, le programme de construction de ces trois patrouilleurs s’échelonne sur une durée de 44 mois, jusqu’à l’été 2024. Il prévoit également une période de soutien de plusieurs années au Sénégal.

Vincent Faujour, Président du Groupe PIRIOU déclare : « C’est un rendez-vous important pour ce bateau bien sûr mais aussi, plus largement, pour le programme des OPV58 S ! Grâce à l’engagement des équipes de PIRIOU et de KERSHIP et au travail partenarial continu avec les représentants de l’Etat-major sénégalais, nous avançons selon le planning prévu. »

L’OPV 58 S : un patrouilleur hauturier de 62 m

L’OPV 58 S (Offshore Patrol Vessel) est un patrouilleur de 62 m d’une polyvalence remarquable. Robuste et endurant, il est dédié aux missions de surveillance, d’identification et d’intervention, répondant parfaitement à la variété des missions liées à l’Action de l’Etat en Mer. En complément de ses capacités de projection (embarcations commandos), il possède une capacité de dissuasion de premier rang grâce à ses systèmes d’armes de lutte anti-surface et de lutte anti-aérienne.

Parmi les innovations et capacités majeures du navire, sont à noter :

  • Une conception très polyvalente pour configurer le navire à différentes missions
  • Une vaste passerelle panoramique à 360°
  • Un système de mise à l’eau rapide / récupération par rampe AR de 2 embarcations.
  • Une carène C-Sharp® : autonomie et tenue à la mer optimisées
  • Un système de veille et de combat de hautes performances

Ces OPV seront équipés de missiles anti-navire MARTE MK2/N dont la portée de plus de 30 kilomètres et la capacité tir-et-oubli permettront à la Marine sénégalaise d’assurer sa supériorité maritime. La protection immédiate des patrouilleurs sera assurée par le système SIMBAD-RC qui permet de déployer deux missiles MISTRAL, l’ensemble garantissant une excellente protection contre les missiles anti-navire, avions de combat, drones, hélicoptères et embarcations rapides telles que les FIACs. Tous ces missiles sont produits par MBDApage2image47094336page2image47093376

Caractéristiques principales : 

  • Longueur HT : 62,20 m
  • Largeur :  9,50 m
  • Tirant d’eau (env.) :  3,00 m
  • Vitesse : 21 Nds
  • Autonomie :  21 jours, 4 500 Nq à 12 Nds
  • Coque / superstructure : acier / aluminium
  • Capacité aménagements dont équipage : 48 personnes, dont équipage 24, dont personnel mission 24
  • Intervention : 2 embarcations sur rampes AR
  • Capacité pour 2 conteneurs de 20’
Partager sur :
Breizh Content

Bretagne Pole Naval rappelle l’exigence d’une filière industrielle bretonne

Categories:

Alors que le lauréat de l’appel d’offres pour la première ferme commerciale d’éoliennes flottantes au large de la Bretagne Sud sera connu dans quelques mois, BPN (Bretagne Pôle Naval) souhaite réaffirmer avec force la nécessité pour les candidats de montrer leur volonté de mobilisation du tissu industriel breton et leur engagement à le tenir. Six mois après avoir créé son label « Breizh Content® » pour leur permettre de démontrer cette ambition de contenu local dans leurs réponses, le cluster breton estime que pour l’instant le compte n’y est pas. BPN alerte également les autorités de la Bretagne sur le risque, fort, de voir émerger cette filière industrielle dans des régions proches alors que les investissements portuaires bretons sont à la hauteur des enjeux. Et appelle à une mobilisation de tous dans la dernière ligne droite. 

Dans le contexte d’urgence climatique et de crise énergétique que nous connaissons tous et qui s’amplifient de jour en jour, nous savons que le développement du marché de l’éolien flottant sur l’arc Atlantique sera vital, essentiel et surtout synonyme d’un futur « propre et compétitif ». Première étape donc dans l’ambition nationale avec cette première ferme commerciale française d’éolien flottant qui s’installera au large des côtes de Bretagne-Sud. 

Dix consortiums ont ainsi été retenus par l’État l’an dernier pour répondre au cahier des charges de l’appel d’offres, appelé A05. Pour les accompagner et surtout leur permettre d’afficher une acceptation industrielle recevable, atout certainement considéré pour être le lauréat final qui sera sélectionné par l’État, BPN a lancé son label « Breizh Content® » en mars dernier, pour qu’ils puissent démontrer leur volonté de mobilisation du tissu industriel breton. 

Objectifs clairement affichés : 

  • Asseoir une filière industrielle mobilisatrice des entreprises et PME bretonnes, 
  • Développer un gisement d’emplois significatifs et non délocalisables, 
  • Utiliser et maximiser nos forces : les localisations stratégiques des ports de Brest et Lorient, les investissements extrêmement importants réalisés sur le polder brestois par la Région Bretagne pour accueillir cette filière. 

Concrètement, avec son label « Breizh Content® », Bretagne Pole Naval propose aux 10 candidats une démarche d’accompagnement pragmatique en 4 points : 

  1. Leur faire connaitre, sans attendre, les compétences des entreprises bretonnes et leur faciliter le contact avec le tissu industriel breton, 
  2. Les éclairer sur les besoins en formations nécessaires pour une montée en compétences des PME du territoire, 
  3. Les soutenir dans leur démarche active pour l’émergence de sociétés de rang 1 régional ou souhaitant s’implanter durablement en Bretagne, 
  4. Les motiver à être force de propositions pour intéresser les entreprises à des projets de diversification. 

La quasi-unanimité des 10 consortiums a bien compris l’intérêt d’obtenir ce label 

Six mois après le lancement du label « Breizh Content® », la quasi-unanimité des 10 consortiums a bien compris l’intérêt d’obtenir ce label et a souhaité être accompagnée par BPN pour y parvenir. 

Pour défendre les entreprises et PME bretonnes, BPN a fourni aux candidats la carte de l’offre industrielle régionale, selon les lots du projet définis par les candidats accompagnés. Le cluster est allé jusqu’à proposer des 

modes d’organisation et de partenariats regroupant les industriels régionaux. Le cluster est aussi très vigilant quant à la volonté démontrée par les candidats à faire monter en puissance des possibles rang 1 ou à chercher à implanter localement des acteurs extrarégionaux. Il scrute aussi leur curiosité à connaître les PME et leurs compétences, à comprendre leurs problématiques et à s’intéresser à leurs besoins. 

A l’issue de cette démarche qui s’achèvera à la fin de l’année, BPN évaluera les engagements formalisés des candidats sur ces différents sujets et leur attribuera, ou pas, le label « Breizh Content® ». 

Étape importante puisqu’elle interviendra avant qu’ils remettent leurs offres à l’État. Bien que non discriminant à la détermination du lauréat par les pouvoirs publics, la délivrance de ce label affichera clairement et valorisera sans ambiguïté la détermination du lauréat à avoir des réponses industrielles et sociales en Bretagne. 

« Nous sommes aussi des lanceurs d’alerte » 

A quelques semaines de cette échéance décisive, Bretagne Pôle Naval estime pourtant être « au milieu du gué. Il y a encore une belle marge de progression pour nombre de candidats accompagnés, de démontrer leurs engagements factuels s’ils ambitionnent réellement de se voir décerner le label « Breizh Content® ». 

Le cluster BPN, qui fait également l’interface avec l’ensemble des acteurs institutionnels, souhaite aussi rappeler, voire marteler, qu’« à quelques mois de la décision finale, c’est toute la Bretagne qui doit pleinement se mobiliser pour voir s’implanter ce nouveau bassin industriel autour des énergies marines ! Car le risque est fort, et véritable, de le voir s’installer dans des régions limitrophes et de ne pouvoir pleinement optimiser les infrastructures industrielles et portuaires existantes de premier plan en Bretagne. A Bretagne Pôle Naval, nous sommes des facilitateurs, des accompagnateurs, mais aussi quand c’est nécessaire, et c’est le cas, des lanceurs d’alerte ». 

Partager sur :

L’IPC a fait sa rentrée à bord du Santa Maria à Concarneau !

Categories:

Jeudi 15 septembre, les entreprises adhérentes à l’Interprofession du Port de Concarneau se sont retrouvées pour un moment convivial, à bord du « Santa Maria », un ancien sardinier en bois, long de 15m.

Pour bien démarrer la rentrée, l’IPC a organisé une sortie en mer à bord du Santa Maria, pour une soirée de retrouvailles. Plus d’une vingtaine de personnes a embarqué pour une navigation conviviale en baie de Concarneau. Avec le beau temps en prime, les échanges entre dirigeants et collaborateurs des industries navales concarnoises ont vite laissé la place au chant autour d’un bon plat de langoustines et un barbecue.  Ce moment d’échanges a été particulièrement apprécié par les adhérents de l’Interprofession du Port de Concarneau qui n’ont pas manqué d’idées pour les rencontres à venir !

Le prochain rendez-vous prendra la forme d’un déjeuner discussion avec un représentant de la technopole de Quimper et du Pôle Mer Bretagne.

Partager sur :

PIRIOU livre à la Côte d’Ivoire le P400 ‘Contre-Amiral Fadika’

Categories:

Aujourd’hui s’est déroulée à Concarneau (France) la cérémonie de transfert de pavillon du CONTRE-AMIRAL FADIKA. Ce patrouilleur doit son nom au Contre-Amiral Lamine FADIKA qui est le premier officier ivoirien de la Marine nationale en juillet 1967, après son admission en 1964 au concours d’entrée à l’École navale de Brest. Nommé commandant de la Marine Nationale en 1970, il est promu contre-amiral en mars 1993. 

La livraison de ce bâtiment intervient suite à la signature par Le Ministère de la Défense de Côte d’Ivoire d’un contrat portant sur l’acquisition d’un patrouilleur hauturier type P400 destiné à la Marine ivoirienne. La refonte de ce patrouilleur a été assurée par la filiale PIRIOU NAVAL SERVICES (PNS) avec l’appui des équipes de KERSHIP. Ce contrat comprend également une session de formation de l’équipage à la prise en main du navire à Concarneau avant son départ ainsi qu’un contrat de Maintien en Condition Opérationnelle d’une durée de deux ans. 

Vincent FAUJOUR déclare : « Cette livraison est le fruit d’un travail engagé voilà plusieurs années entre PIRIOU et les autorités de Côte d’Ivoire. Au-delà de la refonte du navire, c’est une relation de coopération et de confiance qui s’est nouée et que nous avons à coeur de cultiver. » 

Un patrouilleur P400 entièrement modernisé 

PIRIOU NAVAL SERVICES (PNS), filiale du groupe PIRIOU spécialisée dans la réparation navale, a acquis auprès de la Marine Nationale française le patrouilleur de 54m de la classe P.400, ex. « La Tapageuse ». 

La modernisation du navire comprend notamment : 

  • les deux ensembles propulsifs 
  • les groupes électrogènes 
  • le remplacement des systèmes secondaires machine (osmoseur, séparateur d’eau mazouteuse, pompes incendies, groupe frigo-air et groupe frigo-vivres, système d’extinction fixe, etc…) 
  • les emménagements équipage et personnel missions 
  • les équipements électroniques de navigation et de communication 
  • le système d’arme 
  • les embarcations d’intervention (RHIB) 

Capable de conserver une vitesse élevée par mer formée et d’une forte endurance, ce patrouilleur dispose d’une grande capacité de transport avec un poste de 18 passagers. Sa vaste plage arrière permet des hélitreuillages ou des embarquements de matériels et son armement est adapté à ses missions de patrouille et surveillance 

Caractéristiques principales du patrouilleur P400 :

Longueur 54,50 m ;Largeur 8,00 m ; Tirant d’eau max. 2,54 m ; Vitesse 21 Nds 

Autonomie 5 000 Nq à 13 Nds 

Coque / superstructure acier 

Capacité aménagements 43 pers. dont officiers et équipages 25 pers. dont personnel de mission 18 pers. 

Armement : 1 canon de 40 mm Bofors en plage avant et 1 canon de 20 mm GIAT F2 en plage arrière 

Partager sur :

PIRIOU signe avec TOWT pour la construction d’un second voilier-cargo de 81m !

Categories:

PIRIOU vient de signer un nouveau contrat avec TOWT pour la construction dun second voiliercargo de 81m, sistership du premier commandé début 2022. La livraison du premier navire est prévue à la fin 2023, à Concarneau, tandis que celle du second est programmée au printemps 2024. Dans les semaines qui viennent, la construction de la première unité débutera sur le site PIRIOU de Giurgiu (Roumanie) pour une arrivée du navire à Concarneau
à l’été prochain pour armement. La construction du second débutera également dans quelques mois.

Avec une capacité d’emport de marchandises de 1 100 tonnes, ces navires sont conçus pour 320 jours de mer par an, la navigation s’effectuant principalement à la voile. En complément de sa propulsion vélique, Il est équipé de deux moteurs diesels marins suralimentés 4 temps. En passerelle, un poste unique de commande est prévu et son ergonomie permettra à l’officier de quart d’assurer seul les opérations de conduite et de réglages en route, hors
manœuvres.

Le navire et tous ses équipements seront conformes sur le plan réglementaire aux besoins du service de navire de charge effectuant des voyages internationaux et sera conforme aux règlements relatifs aux navires de charge d’une jauge brute supérieure à 500 UMS.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Quelques mois après avoir annoncé la signature d’un contrat avec PIRIOU pour la construction du premier voiliercargo pour TOWT, cette nouvelle commande démontre que le client réitère sa confiance et confirme que nos chantiers se placent à la pointe de l’innovation pour l’essor des technologies véliques et de la décarbonation du transport maritime ».

Caractéristiques principales

Longueur de coque 69,00 m

Longueur HT: 81,00 m

Largeur : 11,90 m

Creux au PP : 8,65 m

Tirant d’eau max. (sous quille) 6,00 m

Tirant dair . 64,00 m

Equipage : 7 à 12 p. max

Capacité accueil passagers (6 cabines doubles) 12 p.

Vitesse moyenne. : 10,5 nds

Vitesse max.à la voile Plus de 16 nds

Coque / superstructure : Acier /aluminium

Propulsion vélique : 2 mâts, 4 bômes aluminium

Surface voiles (2 GV, 2 focs, 1 génois) : 2 200

Propulsion moteur : 2 x 422 kWm à 1790 tr/min

1 propulseur d’étrave

Groupes électrogènes 2 x 250 kVA

Grues p. cales à palettes 2 x 7.5 t à 4.5m

Capacité emport fret (1 000 à 1 100 tonnes en vrac
palettes + 135 barriques de 225 litres de vins ou
spiritueux)

 

Lu sur Groupe Piriou

Partager sur :
Public de la conférence

L’IPC a animé une conférence aux Filets Bleus !

Categories:

La centième édition du Festival des Filets Bleus s’est tenue du 11 au 15 août 2022 à Concarneau. Cet événement culturel et festif est aussi une occasion d’ouvrir d’autres horizons aux visiteurs avec, notamment, le Village de la mer qui invite le public à la découverte des activités économiques du port comme la pêche, les sciences marines, l’industrie navale et leurs métiers.   

A cette occasion, l’Interprofession du Port de Concarneau se mobilise pour promouvoir ses activités et l’industrie navale concarnoise. Stéphanie Roos-Faujour, Vice-Présidente de l’IPC a animé une conférence, dans le cadre du programme du village de la mer.  Cette conférence qui a eu lieu le vendredi 12 août au Village de la mer était intitulée « Concarneau, un port industriel dans la ville » ou comment concilier activités industrielles et contraintes urbaines et environnementales.

L’IPC est revenu sur l’histoire de Concarneau, le développement du port et le rôle majeur de l’industrie navale pour notre territoire. C’était aussi l’occasion de mettre en avant le dynamisme des entreprises de l’IPC, les projets d’aménagement du port et les métiers qui recrutent. 

Un moment d’échanges avec les Concarnois et les vacanciers sur les interactions ville-port

En parallèle, Carenco, exploitant du Port de Concarneau construction et réparation navales, a ouvert ses portes au public, le temps du weekend pour faire découvrir les infrastructures et les engins de carénages. 

Partager sur :

Un nouveau dirigeant pour MARINELEC Technologies, concepteur et fabricant d’équipements électroniques de surveillance et d’alarme pour la marine, à Quimper.

Categories:

Geoffroy Lacoin rachète l’entreprise dirigée depuis 25 ans par Pascal Citeau.

À la faveur de son départ en retraite, après 25 ans à la tête de l’entreprise MARINELEC Technologies, Pascal Citeau a choisi de céder la totalité du capital de la société MARINELEC Technologies à Geoffroy Lacoin, actionnaire majoritaire et à Jean Brossollet. Le rachat a été officialisé lundi 04 juillet 2022.

« Je suis arrivé il y a déjà 25 ans, mais j’ai l’impression que c’était hier. »

Depuis qu’il a acquis la société en 1997, Pascal Citeau n’a cessé d’innover pour proposer une large gamme de produits techniques et modernes et répondant avec efficacité aux besoins du marché et aux enjeux de l’industrie maritime. Il a fait de l’entreprise créée il y a 47 ans, un leader dans la détection incendie à bord des navires et la gestion des alarmes et diversifié l’activité avec des solutions de gestion de l’énergie. Pascal Citeau a également su positionner MARINELEC Technologies sur le marché international et faire rayonner l’entreprise cornouaillaise sur tous les continents.

Pascal Citeau déclare : « Aujourd’hui, l’industrie navale et maritime doit faire face à de nouveaux challenges. MARINELEC Technologies apporte des réponses aux enjeux de sécurité mais également de transition énergétique du secteur. Je suis certain qu’à la tête de l’entreprise Geoffroy saura faire avancer MARINELEC Technologies et accompagner nos clients pour relever ces défis ».
Geoffroy Lacoin déclare : « MARINELEC Technologies, c’est avant tout une société 100% finistérienne reconnue sur son secteur en France et à l’international. C’est aussi une équipe avec de belles compétences et des valeurs fortes sur lesquelles je vais pouvoir m’appuyer. » De son côté, Jean Brosselet apporte à MARINELEC Technologies son expertise maritime et son expérience entrepreneuriale.
Partager sur :

Retour sur Euromaritime

Categories:

L’Interprofession du Port de Concarneau s’est rendue au salon Euromaritime 2022 à Marseille. Une dizaine d’entreprises adhérentes sont venues exposer sous le Pavillon IPC, du 28 au 30 juin 2022. Retour sur ces trois jours de salon !

Euromaritime, le salon euro-méditerranéen des industries de la mer et de la croissance bleue

La deuxième édition marseillaise d’Euromaritime a fermé ses portes sur un bilan positif après trois jours d’échanges riches et fructueux. Exposants et visiteurs étaient au rendez-vous malgré le retour de l’épidémie de covid-19 et le report du salon, initialement prévu en février. Innovation, emploi et décarbonation ont été au cœur de ce temps fort incontournable des industries de la mer et de l’économie bleue. (Lire le communiqué de presse bilan). Cette dernière édition a rassemblé plus de 300 exposants et 4000 visiteurs.

L’IPC en escale à Marseille

Dix entreprises adhérentes de l’IPC ont exposé sous le Pavillon IPC : Barillec Marine, Carenco – Port de Concarneau, construction et réparation navales, Coprexma, Eolaz, Marinelec Technologies, Meca Diesel, Paumier, Protection Incendie Cornouaille, Naos Ingénierie, SEMIM mais aussi Piriou, Bretagne Pôle Naval et l’agence Sea to sea. Euromaritime est une belle vitrine pour promouvoir le savoir-faire et l’expertise des acteurs du monde maritime concarnois. La complémentarité de nos métiers réunis sur le site de Concarneau, permet de répondre à l’ensemble des besoins des clients, pour tous types de navires : pêche, militaire, scientifique, transport de passagers ainsi que la grande plaisance.

Ce salon est également une occasion supplémentaire pour rassembler les membres adhérents de l’IPC afin de créer des synergies, développer le réseau mais aussi partager des moments de convivialité tous ensemble !

Merci à tous pour votre mobilisation !

 

 

Partager sur :
vedettes de paris

Barillec Marine va équiper les bateaux de croisière fluviale des Vedettes de Paris en moteur à propulsion 100% électrique, un dispositif inédit par son ampleur et les technologies employées

Categories:

Barillec Marine va équiper les bateaux de croisière fluviale des Vedettes de Paris en moteur à propulsion 100% électrique, un dispositif inédit par son ampleur et les technologies employées

Vedettes de Paris, opérateur majeur de croisières touristiques situé au pied de la Tour Eiffel, et Barillec Marine, intégrateur français de systèmes de propulsion électrique et hybride pour le transport maritime et fluvial, s’engagent vers la décarbonation des bateaux de tourisme fluvial. Barillec Marine, va fournir le package complet pour la conversion en 100% électrique des bateaux Paris Trocadéro et Paris Iéna, deux des cinq unités constituant la flotte de la compagnie.

UNE PREMIÈRE MISE A L’EAU DÈS LA FIN 2022

Barillec Marine a souhaité accompagner Vedettes de Paris qui s’est engagé à l’automne 2021 dans une politique responsable et volontariste face aux enjeux du changement climatique avec la volonté de diminuer de plus de 50% son impact carbone d’ici 2024 grâce à l’électrification de sa flotte.

Le package du premier bateau sera livré à l’automne 2022 à l’armateur et sera composé des armoires électriques de conversion d’énergie, des batteries, des moteurs électriques ainsi que du contrôle- commande complet de l’ensemble.

UNE PROUESSE TECHNOLOGIQUE POUR TOUTE UNE FILIÈRE

Suite aux études techniques et réglementaires de transformation et d’intégration réalisées par le Bureau d’architecture navale Ship-ST, le dimensionnement des équipements électriques, tel que défini par Ship-ST et Barillec Marine, doit permettre de s’adapter au profil opérationnel du bateau, à sa stabilité, et à ses contraintes d’exploitation, qui comptent en moyenne 8 croisières d’une heure par jour, mais aussi au fort courant de la Seine lors des crues.

« Concrètement, la totalité de l’énergie nécessaire à la propulsion de chacun des bateaux sera fournie par deux parcs de batteries de 550 kWh chacun. L’autonomie d’exploitation sur une journée sera assurée par des superchargeurs installés sur les pontons permettant de réaliser des micro-recharges de 15 minutes lors des escales.

Pour ce projet, qui fait partie de l’un des plus importants parcs de batteries installés sur un bateau fluvial en France, et le premier avec une telle puissance installée pour un bateau de croisière- promenade, nous travaillons en partenariat avec E4V, fabricant français de batteries certifiées marine », précise Bruno Libert, chef d’entreprise de Barillec Marine.

« Pendant toute la phase d’appel d’offres, nous avons été séduits par les compétences mais surtout par la force de proposition de Barillec Marine pour la réalisation de ce projet qui s’est positionné en véritable partenaire technique », précise Vincent Delteil, Directeur de Site de Vedettes de Paris.

VEDETTES DE PARIS, UN ACTEUR ENGAGÉ

Forte de ses cinq unités naviguant à Paris depuis le pied de la Tour Eiffel, la compagnie Vedettes de Paris se veut responsable et engagée face aux enjeux du changement climatique et de la transition énergétique. Ainsi, le passage du thermique vers l’électrique va permettre de naviguer en zéro émission de gaz à effet de serre et respecter les engagements tenus par Vedettes de Paris en faveur de l’environnement, conformément aux accords de Paris.

« Cela constitue une étape majeure dans la concrétisation de notre engagement pour la planète. Ce projet est tout à la fois novateur, ambitieux mais aussi audacieux. Face à l’enjeu, nous n’avons pas hésité un seul instant à remettre en cause nos modes d’exploitation. Avec Barillec Marine mais aussi Communauté Portuaire de Paris, Voies Navigables de France et l’ADEME qui ont rendu ce projet possible, nous espérons ainsi embarquer tous les acteurs du secteur dans cette nécessaire transformation », souligne Marie Bozzoni, Directrice Générale des Vedettes de Paris.

©Crédit photos : Vedette de Paris – Droits réservés
Partager sur :

Signature d’un contrat pour la construction d’un tender de 5.6m

Categories:

JFA Yachts annonce la signature d’un tender pour superyacht, le LuXplorer 560.

JFA Yachts débute la construction, en collaboration avec SPARK Marine Projects, d’une coque open de 5,6m nommée LuXplorer 560, commandée en tant que tender pour un superyacht de 50m. Le tender est actuellement en construction dans le chantier français  qui bénéficie du savoir-faire de compagnons hautement qualifiés.

La concrétisation de ce nouveau projet de construction résulte d’une collaboration avec SPARK Marine Projects, un cabinet de design et d’architecture navale multidisciplinaire basé à Monaco. Le LuXplorer 560  alliera lignes épurées, élégance et minimalisme, principales caractéristiques de ce navire construit en infusion verre-époxy.

Plus spacieux qu’un tender de type RIB de cette taille, le LuXplorer 560 répond aux exigences de son armateur pour y embarquer avec aisance et sécurité, simplifier les opérations et la manœuvre de l’équipage ainsi que pour pratiquer des sports nautiques. Grâce à sa coque en V profond, le tender  offre un confort pour 8 invités et membres d’équipage lors de la navigation. Un moteur inboard de 170 CV lui confèrera une vitesse maximale de 30 nœuds.

En 2021, JFA Yachts a annoncé l’expansion de ses infrastructures, avec 1300m2 d’ateliers, dédiés à la construction en composite en réponse à une forte demande de la part des propriétaires de superyachts pour son expertise en construction neuve et en refit. Actuellement, le chantier naval peut produire des pièces, des ponts et des superstructures navales sur place et sous la supervision d’une équipe spécialisée. JFA Yachts fabrique actuellement des pièces en composite pour un moteur yacht explorer en construction dans ses locaux et dont la livraison est prévue pour 2024.

En accord avec sa progression sur des projets de construction de navires en composite, JFA Yachts a livré en 2021 un bateau électrique de haute performance, construit en infusion carbone avec résine époxy. La première unité d’une série de navires, construite pour Vita Yachts, qui affiche une qualité de haut niveau ayant reçu des éloges lors des salons et évènements dans le domaine maritime.

JFA Yachts continue son développement en tant qu’acteur clé sur le marché des tenders de superyachts en plus de son activité consacrée à la construction et réparation de yachts de plus de 20m. Ce positionnement requiert des critères de qualité et de savoir-faire de même niveau que ceux des  navires construits par JFA Yachts ces dernières années. 

A propos du LuXplorer 560

LHT : 5.6m – Bau : 2.07 m – Déplacement : 1500 kg – Tirant d’eau : 0.42m

Moteur : Yanmar 170 Cv – Vitesse max : 30 nds – Capacité : 9 invités + 1 membre d’équipage

Matériau : Verre époxy en infusion – Architecte : Spark Marine Projects

Plus d’informationswww.jfa-yachts.com

Partager sur :