nos actus

PIRIOU signe avec la Région des Pays de la Loire pour la conception et la réalisation d’un navire mixte destiné à la desserte maritime de l’Ile d’Yeu

Categories:

PIRIOU vient d’enregistrer la notification officielle par la Région Pays de la Loire pour la commande d’un navire mixte destiné à la desserte maritime de l’Ile d’Yeu.
Construit sur un design PIRIOU en collaboration avec le bureau d’architecture navale nantais Stirling Design International, ce navire robuste et élégant offrira une grande capacité de transport fret et passagers pour la desserte maritime entre l’île d’Yeu et Fromentine. Piriou fera appel à plusieurs sociétés des Pays de la Loire pour mener à bien ce projet pour une livraison prévue courant du troisième trimestre 2022.

Après la construction et la livraison de l’Estuaire, du Fromveur II et du Breizh Nevez I, Piriou remporte un nouveau succès et confirme son dynamisme et sa compétitivité dans ce segment des navires mixtes. Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Avec l’obtention de ce nouveau contrat, nous sommes heureux de relever ce nouveau challenge et d’avoir gagné la confiance d’une nouvelle région, celle des Pays de la Loire, pour la réalisation d’un navire qui doit répondre à des conditions d’exploitation très exigeantes et de confort optimum pour les passagers. »

Une grande capacité de transport, un navire élégant, robuste et performant

• Une grande capacité de transport malgré une contrainte de tirant d’eau à 2,35m.

Le garage roulier offre un grand clair sous barrot (12 voitures et 4 motos) et le navire pourra transporter jusqu’à 340 palettes et 2 camions de 19t. Les zones de stockage des conteneurs ont été étudiées et optimisés pour des opérations de chargement et de déchargement aisées et rapides.
Le navire permet le transport de 391 passagers : 252 places en salon intérieur (dont 5 PMR facilement accessibles depuis l’ascenseur) et 139 places en extérieur. L’espace passagers a été conçu pour assurer une circulation fluide et en sécurité entre les zones d’embarquement/débarquement et les salons.

• Des équipements de manœuvres, un navire performant et robuste.

Comme demandé par la Région Pays de Loire et la Compagnie Yeu-Continent, le futur navire sera capable d’effectuer des rotations estivales dans un timing resserré tout en transportant un maximum de fret (40 % de plus que IO II), d’où une étude très précise de la carène et de sa propulsion. Le navire est par ailleurs équipé d’un ensemble de deux propulseurs hydrauliques et deux safrans à volets, cette combinaison lui conférant la manœuvrabilité nécessaire pour passer le chenal de Fromentine par tous temps.

• Un navire confortable à l’esthétisme soigné pour desservir une zone touristique renommée et participer à son rayonnement.

Afin d’allier l’élégance à la robustesse et la performance, les lignes du navire ont été étudiées avec attention, avec l’expertise du cabinet d’architecte naval Stirling Design International. Le résultat est un bateau moderne avec des formes empruntées aux navires anciens comme le fronton avant vertical marqué, intégrant la timonerie haute.

Pour assurer aux passagers une traversée agréable, le nombre de fenêtres a été maximisé et les salons lumineux sont organisés en plusieurs espaces de vie. Les couleurs et matériaux proposés offriront un ensemble raffiné et chaleureux reprenant les codes des anciens paquebots mixtes. Afin d’offrir un transit confortable par mer formée, le navire est équipé d’une paire de stabilisateurs.

• Un navire respectueux de l’environnement.

Equipé de moteurs IMO III, le navire répond aux dernières normes environnementales en vigueur. A quai, et pour limiter les pollutions sonores et environnementales, le navire sera raccordé au réseau électrique terrestre. La puissance disponible sera suffisante pour effectuer les opérations de chargement et déchargement sans groupe électrogène en service réduisant ainsi l’empreinte carbone du navire.

Caractéristiques principales :

Longueur : 55,00 m
Largeur : 13,00 m
Creux au PP : 3,85 m
Tirant d’eau max. : 2,35 m
Equipage : 8 p
Vitesse max. : 15 nds
Coque / superstructure : acier / aluminium
Propulsion : x 1440 kW @ 1800tr/mim
2 propulseurs d’étrave
Capacité passagers : 391 p.
Capacité emport max : 260 t
2 grues de levage p. manutention à quai 13 t à 9.5 m
Capacité plage AVT : 8 conteneurs 10 pieds
La Capacité plage AR : 12 conteneurs 10 pieds, sur 2 ét. 2 rampes plateformes élévatrices pour transbordement des véhicules et chargement
Un garage fermé p.12 VL & 4 motos et/ou palettes

Partager sur :

LES VOEUX DE L’IPC

Categories:

Chère communauté, tous les membres de l’IPC vous souhaitent de belles fêtes de fin d’année. Nous aurons plaisir à vous retrouver de plus en plus nombreux sur nos réseaux en 2021 pour partager avec nous la passion du naval !L’IPC ce sont 50 entreprises et près de 2000 hommes et femmes qui travaillent et vivent à Concarneau et dans les environs. Ils seront encore plus nombreux en 2021 ! Suivez-les !

Partager sur :

CARENCO nouveau délégataire de service public du Port de Concarneau

Categories:

Jeudi 10 décembre 2020, Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil Régional de Bretagne et Dominique Lallement, Directeur Général de CARENCO ont signé le contrat qui les lient pour les 15 prochaines années pour la délégation de service public du port de construction et de réparation navales de Concarneau. Après deux ans de négociations, cette décision est largement saluée par les élus du territoire et par les entreprises de la construction et de réparation navales fédérées au sein de l’IPC.

Jeudi 10 décembre 2020, Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil Régional de Bretagne et Dominique Lallement, Président du Directoire de Carenco, ont signé le contrat qui les lient pour les 15 prochaines années pour la délégation de service public du port de construction et de réparation navales de Concarneau. Après deux ans de négociations, cette décision est largement saluée par les élus du territoire et par les entreprises fédérées au sein de l’IPC.

A l’issue d’une consultation lancée fin 2018, la Région Bretagne, propriétaire du port de réparation et construction navales de Concarneau, a choisi CARENCO, qui associe la filiale de CCIMBO (INSFO) et SEMCAR en tant que nouveau concessionnaire du port, à compter du 1er janvier 2021 et pour les 15 prochaines années. L’offre et le projet de CARENCO « répondent aux ambitions portées par la Région, en particulier sur les volets économiques et environnementaux. »

La cérémonie, en comité restreint en raison de la crise sanitaire, a eu lieu dans les ateliers de PIRIOU NAVAL SERVICES, en présence du Président de la CCIMBO, Frank Bellion, du Président de la CCI Bretagne, Jean-François Garrec, du Maire de Concarneau, Marc Bigot, du président de CCA, Olivier Bellec, du président du Syndicat Mixte Pêche Plaisance de Cornouaille, Mickaël Quernez, des conseillers régionaux Gaël Le Meur et Rolland Jourdain, de plusieurs élus et représentants du territoire et des représentants de l’IPC. Loïg Chesnais-Girard a souligné que « Concarneau, est un port important pour la Région Bretagne dont les équipements industriels font la différence.  Des infrastructures remarquables réalisées notamment grâce à la mobilisation des acteurs économiques du port.» Il a indiqué que « la nouvelle concession assurera la remise à niveau de l’ascenseur à bateaux de 2 000 t pour les 40 ans à venir et réalisera {d’ici 5 ans} la couverture de la cale-sèche de 130 mètres après le remplacement de sa porte. » L’élévateur à sangles de 400 t  en service en 2017 complète ces infrastructures uniques en Bretagne. « Des investissements nécessaires seront réalisés et  une gestion par CARENCO qui nous permettra d’unir les forces des acteurs pour continuer de développer les emplois. 

« Si le modèle change avec la création de la société CARENCO qui aura en charge l’ensemble des missions de la future concession pour la construction et la réparation navales, il est le fruit d’un partenariat de longue date entre la CCIMBO et les professionnels du port de Concarneau » a souligné Jean-François Garrec…., Président de la CCI de Bretagne et Président du Conseil de surveillance de Carenco. « Concertation, détermination, travail et endurance ont permis de mener à bien l’ensemble des chantiers qui permettent aujourd’hui à près d’une cinquantaine d’entreprises et plus de 1 000 personnes de travailler quotidiennement sur le port. »

« Concarneau est une place majeure de la construction-réparation navale, en France et dans le monde, et elle doit le rester ! » avait-il déclaré lors de l’inauguration de la nouvelle aire technique de 22.000 m² à la pointe des normes environnementales.

« La société CARENCO poursuivra cette dynamique avec un ambitieux programme d’investissements d’un montant de 25 M€ pour les 15 prochaines années avec l’appui financier majeur de la Région Bretagne »

Marc Bigot, Maire de Concarneau a rappelé que le « le monde de la pêche puis de la réparation et construction navales ont bâti le port de Concarneau. Il est donc légitime que des acteurs locaux réunis au sein de la SEMCAR se soient engagés aux cotés de la CCI pour pérenniser son avenir » faisant remarquer que « Le projet de CARENCO répond parfaitement aux nécessaires enjeux économiques et environnementaux du port de Concarneau…” Il a souligné que les investissements prévus sur la cale sèche sont un véritable défi à quelques centaines de mètres de la Ville-Close, mais aussi une obligation, ils vont pérenniser les entreprises et les emplois qu’elles proposent… Le plan de charge des chantiers confirme ces ambitions. 

Saluant l’engagement de CARENCO qui vise une certification ISO 14001 dans les 5 années qui viennent, il conclue avec un message partagé par tous au sein de l’Interprofession du Port de Concarneau : “Soyons fiers de cette nouvelle étape qui s’engage aujourd’hui” !

Partager sur :

Lettre ouverte d’un dirigeant d’ETI de l’industrie navale française

Categories:

Lettre ouverte d’un dirigeant d’ETI de l’industrie navale française

La construction navale est un maillon essentiel de la souveraineté militaire et civile de la France. Sur la mer et sous la mer, dissuasion, protection des frontières, câbles sous-marins, énergies fossile et renouvelable, pêche, continuité territoriale et transport de marchandises, partout notre industrie oeuvre pour l’indépendance de notre pays.

Orange Marine, filiale d’Orange dont l’Etat est l’actionnaire de référence, vient de faire le choix de construire son futur navire au Sri Lanka. Au moment même où la société japonaise Bridgestone décide de fermer son usine de Béthune, une participation de l’Etat décide d’investir cinquante millions d’euros dans un chantier naval Sri Lankais à capitaux japonais. La France n’est donc pas rancunière. Mais pourquoi cette décision ?

Les chantiers français sont-ils incapables de construire ce type de navire ? Évidemment non, l’industrie navale française construit et a construit des navires bien plus complexes.

Les chantiers français sont-ils capables de construire ce type de navire, en France, au prix du marché mondial ? Malheureusement non, les coûts de main d’oeuvre sont cinq fois plus élevés en Europe de l’Ouest qu’en Asie.

Alors l’industrie française doit-elle renoncer quand la compétition mondiale fait rage et que seul le coût du travail guide les choix de certains investisseurs ? Surtout pas, et surtout pas maintenant, au moment où l’Etat prône à juste titre la résilience, c’est-à-dire la capacité à rebondir après une période difficile, au moment où la pandémie nous montre nos fragilités et prépare des drames économiques et sociaux.

Alors était-il possible d’intégrer une part française dans un tel projet, oui bien sûr, encore fallait-il le vouloir !

Quel est le prix à payer pour notre résilience et par voie de conséquence pour notre souveraineté ? Dans ce cas précis l’écart de prix était inférieur à 5%.

Comment être résilient en restant compétitif en France et en Europe ? Chez Piriou nous avons fait le choix d’ouvrir un chantier naval au Vietnam en complément de nos sites français. Cela a-t-il réduit nos emplois en France ? Au contraire, depuis 2008, date de la création de Piriou Vietnam nous avons plus que doublé nos effectifs dans l’hexagone. Nous y avons conservé notre savoir-faire et nos bureaux d’études, donc notre capacité à innover et à faire travailler des fournisseurs français et européens. Dans le cas présent, cette commande aurait représenté plus de 100.000 heures de travail et le maintien d’une compétence industrielle stratégique en France, sans compter les prestations de nos fournisseurs et sous-traitants français et européens, constituant une part de près de 25 % de la valeur du contrat. C’est vrai, 25% c’est peu, mais c’est mieux que 0%.

De façon générale, les Administrations et les collectivités publiques ont bien compris les enjeux et oeuvrent dès à présent pour le maintien de l’industrie française, je les en remercie. Ces préoccupations doivent maintenant être partagées par tous et s’inscrire dans la durée.

Alors comment faire pour réconcilier la compétition mondiale et la compétitivité de nos entreprises ? En innovant bien sûr, mais ce n’est malheureusement pas suffisant. Il faut aussi que les mentalités et les usages évoluent et que l’on intègre dans les critères d’évaluation des appels d’offres et dans l’utilisation des fonds publics la notion de valeur ajoutée Française et/ou Européenne. Aujourd’hui trois éléments principaux guident les choix : le prix, la technique et la RSE. Le moment me semble opportun pour agir et faire intégrer un quatrième critère, la « part France / Européenne ».

Non, la préférence nationale ou européenne n’est pas un gros mot, c’est même la clef essentielle à la résilience de l’industrie.

Le Président de Piriou que je suis est évidement déçu, mais ce n’est pas grave. En revanche le citoyen et contribuable que je suis également est très inquiet par l’absence de vision, à moyen et à long terme, que révèlent de telles décisions.

Concarneau, le 03 décembre 2020
Vincent Faujour
Président de Piriou

www.piriou.com

Partager sur :

PIRIOU a développé un navire câblier de 100 m

Categories:

Dans sa démarche constante de pénétrer de nouveaux marchés, PIRIOU a développé un navire câblier de pose et de réparation, à la fois capable de traiter des câbles de fibre optique mais aussi des câbles énergie. Ce navire pourra aussi bien assurer la pose d’un câble sur champ éolien, tout comme réparer un câble endommagé sur le plateau continental ou en plein océan.

Comme son CTV hybride hydrogène primé récemment, ce produit ‘PIRIOU’, par sa haute technicité, s’inscrit parfaitement dans la stratégie du groupe et les attentes de nos clients afin de faciliter les opérations de maintenance, d’optimiser les charges d’exploitation et de répondre aux enjeux de sécurité ainsi qu’aux nouvelles normes environnementales.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Ce navire est le fruit d’une année intense de travail pour les équipes du bureau d’études de PIRIOU INGENIERIE et de plusieurs industriels français. Le résultat est à la mesure de leur engagement et nous permet de continuer notre diversification « produit » sur le segment des câbliers. »

Il ajoute « après l’annonce publique, la semaine passée, du prochain remplacement du câblier « Raymond Croze » par Orange Marine, nous sommes en mesure de remettre une offre compétitive qui préserverait une part française dans cet investissement porté par une grande entreprise tricolore. Chez Piriou, nous sommes prêts à relever ce nouveau défi et à participer ainsi à la souveraineté industrielle de notre pays ».

Ce projet de câblier s’inscrit ainsi dans les orientations données par Le Président de la République, lors de son discours du 24 novembre dernier au sujet de la crise économique et de notre indispensable résilience : « Nous avons identifié certaines de nos faiblesses, parfois un sens des responsabilités inégal, parfois un manque de souveraineté pour certaines de nos productions ».

Le navire est intégralement conçu et développé par les services de Piriou Ingénierie à Concarneau, avec plusieurs industriels français.

Illustration des premières esquisses ©PIRIOU

▪ L’ADN de Piriou est totalement présent dans ce projet : sa carène élancée, issue d’une version qui a largement prouvé ses performances à la mer, a été retravaillée et adaptée avec prise en compte des besoins de tenue à la mer, du confort de travail de l’équipage, des contraintes de travaux sur câble en garantissant des performances en positionnement dynamique et de vitesse avec une puissance installée et une consommation optimisée. Doté de cette carène particulièrement soignée, ce câblier consommera moins de 10t / jour de gasoil en transit à 12,5 nœuds et est d’ores et déjà conforme à la réglementation IMO III.

Etudes de carène ©PIRIOU

▪ Equipé de deux cuves de stockage, il peut embarquer et traiter jusqu’à 1000 tonnes de câbles (puissance ou fibre optique), l’une de ses deux cuves étant dotée d’un carrousel pour déployer le câble énergie.

▪ Le hangar R.O.V qui est intégré dans les superstructures, le protège des intempéries et permet un déploiement dans de très bonnes conditions de sécurité.

▪ L’architecture propulsive a été pensée et développée spécifiquement pour ce navire afin d’optimiser la consommation de carburant en fonction du profil d’utilisation, tout en réduisant les coûts de maintenance et en assurant les besoins de redondance inhérents à cette activité.

▪ L’aménagement général a été conçu afin d’obtenir un navire au profil aérodynamique abaissé, tout en offrant les capacités opérationnelles d’un câblier de réparation. Le résultat est un navire présentant un volume de superstructures réduit et des espaces intérieurs fonctionnels et optimisés.

Modélisation

▪ De même, les emménagements sont pensés pour rendre la vie à bord plus agréable, en jouant avec les couleurs et matières, ainsi qu’en imaginant des aménagements astucieux.

Vues d’une cabine officier et du salon officier

Caractéristiques principales

Longueur hors tout ………………………… 100 m
Largeur hors tout ………………………….. 18 m
Vitesse max…………………………………….. 14,5 nds
Port en lourd max………………………….. 2100 t
Puissance ……………………………………….. 3 200 kW
Autonomie……………………………………… 35 jours ou 10 000 miles @ 12 noeuds
Equipage ……………………………………….. 49 pers
Personnels spéciaux……………………… 27 pers

En savoir plus

Partager sur :

PIRIOU développe un Crew Transfer Vessel (CTV) à propulsion hybride hydrogène

Categories:

L’annonce a été faite lundi 16 novembre : PIRIOU est l’un des trois lauréats de l’Appel à Manifestation d’Intérêts (AMI) Challenge Innovation – éolien en mer, porté par WPD et le Pôle Mer Bretagne Atlantique, pour son Crew Transfer Vessel (CTV) à propulsion hybride hydrogène.

Suite à l’appel à candidature lancé fin 2019, PIRIOU avait décidé de relever ce défi. Fort de son expérience dans le transfert de personnel sur les champs pétroliers, avec plus de 100 crew boats de 18m à 55 m livrés à ce jour et la construction d’une dizaine de CTV de 27m et 22m pour les champs éoliens, Piriou élargit sa gamme avec un CTV H2 à faible émission.

Ce projet s’inscrit dans la démarche de réduction des émissions de gaz à effets de serre demandés par l’OMI (Organisation Maritime Internationale) et nos clients armateurs.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Nous remercions vivement WPD et le Pôle Mer pour l’attribution de ce prix qui salue la pertinence du dossier présenté et la qualité du travail fourni par les équipes du bureau d’études Piriou. Cette distinction nous permet de bénéficier de l’accompagnement et de l’expérience de WPD, acteur majeur de l’éolien en mer, pour mener notre projet à terme, soit jusqu’à la commercialisation. »

Caractéristiques principales

Longueur hors tout …………………………27,00 m
Largeur hors tout …………………………….9,70 m
Vitesse max………………………………… 25 nds
Cargo ………………………………….. 5 t
Puissance MPx …………………… 2 x 1000 kW
Puissance PAC…………………….. 2 x 140 kW 3
Equipage …………………………….. 3 per
Passagers…………………………….. 24 pers

Stockage de l’hydrogène dans un conteneur 20’
Réglementation : Bureau Veritas / Pavillon France

Partager sur :

PIRIOU livre à NAVIMON trois nouveaux palangriers pour le renouvellement complet de sa flotte

Categories:

PIRIOU vient de livrer à Nouméa trois nouveaux palangriers de 21m, correspondant à la troisième et dernière tranche de la commande initiale enregistrée en octobre 2017. NAVIMON, filiale de la SEM SODIL et premier armateur de pêche en Nouvelle-Calédonie, avait commandé à PIRIOU une série de huit palangriers de 20,70 mètres destinés à la pêche au thon à la palangre dans la Zone Economique Exclusive de Nouvelle Calédonie.

Les deux premiers navires de la série livrés fin 2018, suivis de trois unités fin 2019 sont en exploitation et répondent parfaitement aux attentes de l’armateur.

La commande ferme de cette troisième tranche, à savoir trois sisterships, avait été confirmée fin 2019 et, comme prévu, cette livraison vient d’être effectuée à Nouméa en novembre 2020.

Par ce renouvellement complet de sa flotte avec ces nouvelles unités nouvelle génération, l’armateur dispose de palangriers conçus pour améliorer le confort des marins, faciliter les opérations de maintenance, optimiser les charges d’exploitation et répondre aux enjeux de sécurité ainsi qu’aux nouvelles normes environnementales.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Au travers de cette commande d’une série de huit palangriers, nous sommes très heureux d’avoir conservé la confiance de NAVIMON, client historique du groupe et d’avoir participé activement au renouvellement complet de sa flotte, près de 20 ans après la livraison de leurs premiers navires ». Il précise : « Dans la continuité des commandes en cours et livraisons récentes de chalutiers pour la Métropole, de palangriers pour La Réunion, d’un thonier senneur de 67m, ce contrat mené à terme démontre notre maintien dans le secteur de la pêche artisanale et industrielle dans les collectivités et territoires d’outre-mer comme en métropole »

Florent Pithon, Directeur Général de NAVIMON déclare : « Je félicite le chantier pour avoir livré les bateaux à temps malgré le contexte et les contraintes sanitaires » et il ajoute : « le détachement de personnel Piriou sur place à Nouméa nous a permis de présenter les palangriers aux Affaires maritimes dans les délais pour leur visite de mise en service ».

Vues de la passerelle, d’une cabine équipage, du local machine et de la cale ‘négative’

Caractéristiques principales

Longueur hors tout ………………………… 20,70 m

Largeur hors tout ……………………………. 6,90 m

Capacité cales…………………………………. 75 m3

  • ·  1 cale réfrigérée à 0°C (50m3)
  • ·  1 cale réfrigérée à -20°C (25 m3) A propos de PIRIOU

Propulsion ………………………………… Diesel

Puissance ……………………………………. 340 Kw

Partager sur :

L’IPC se mobilise à l’occasion du salon Pro&Mer

Categories:

L’Interprofession du port de Concarneau y sera présente sous la bannière IBS (Interprofession Bretagne Sud), sur un stand dédié à l’emploi en Bretagne Sud, afin de répondre au mieux aux besoins en recrutement de nos entreprises.

En participant à cette 7ème édition en association avec l’Interprofession du port de Lorient sous les mêmes couleurs, nous entendons ainsi contribuer à la promotion des métiers et de l’emploi pour favoriser le développement des activités de construction et de réparation navales en Bretagne Sud tout en promouvant les entreprises du groupement. Dynamiques et innovantes, elles représentent plus de 1 200 emplois directs à Concarneau. Dans le cadre de leur développement, elles sont constamment à la recherche de collaborateurs motivés, attirés par le secteur passionnant de l’industrie navale. Une trentaines d’offres d’emploi proposées par les entreprise de l’IPC sera relayée sur le salon par l’IPC. Venez à notre rencontre et rencontrez aussi nos entreprises venues directement présenter leurs métiers et recruter de nouveaux talents au salon : Barillec Marine, Piriou et aussi Marinelec Technologies

>> Site salon PRO&MER

PRO&MER est un salon‐forum de l’emploi et de la formation des métiers de la mer, avec une vision très opérationnelle, à l’écoute des professionnels et du public. Pro&Mer, est le carrefour de toutes les diversités des filières Navale, Energies Marines Renouvelables, Oil and Gas et Marine Marchande.

Évènement unique organisé sous une forme originale de « Parcours vers l’emploi »

Pro & Mer En chiffres :
98 entreprises présentes
1200 offres d’emploi
2000 à 3000 offres dans le secteur de la Marine

PRO&MER – 3 NOVEMBRE 2020 – Palais des Congrès Lorient à partir de 9h
Partager sur :

PIRIOU lance la construction du premier des trois patrouilleurs hauturiers commandés par le Sénégal

Categories:

PIRIOU lance la construction du premier des trois patrouilleurs hauturiers commandés par le Sénégal Aujourd’hui, une cérémonie de découpe de 1èretôle s’est déroulée chez PIRIOU à Concarneau (29), en présence du Général Birame DIOP, Chef d’Etat-major Général des Armées du Sénégal et de l’Amiral Oumar WADE, Chef d’Etat-major de la Marine du Sénégal. Elle symbolise le démarrage de la construction du premier patrouilleur hauturier du type OPV 58S.Destiné à la Marine nationale sénégalaise, ce navire correspond à la première unité du contrat portant sur la fourniture de trois patrouilleurs océaniques. Ce contrat avait été signé en novembre 2019 par Le Ministère des Forces Armées du Sénégal et le groupe PIRIOU, en présence du Président de la République du Sénégal et de la délégation ministérielle française.

Réalisé avec le soutien et l’expertise de sa filiale KERSHIP, le programme de construction de ces trois patrouilleurs, va s’échelonner sur une durée de 44 mois, jusqu’à l’été 2024. Il prévoit également une période de soutien de plusieurs années au Sénégal. Vincent Faujour, Président du Groupe PIRIOU déclare: « Ce contrat est le fruit de quatre années de travail conjoint entre les équipes de PIRIOU et celle de l’Etat Major de la Marine du Sénégal, qui nous ont permis de concevoir des Patrouilleurs de nouvelle génération, parfaitement adaptés aux besoins de la marine sénégalaise. Je remercie l’Etat sénégalais pour sa confiance, qui évidement nous honore, mais surtout qui nous oblige. Le Sénégal peut compter sur notre total engagement. » Il ajoute : « Ce projet est aussi un vrai succès pour le « Pass Export », initiative du Ministère de l’Economie et des Finances français, dont PIRIOU fût le premier signataire le 23 février 2018. Ce dispositif favorise et accélère notre capacité à proposer des financements et des garanties à l’export. »

L’OPV58S : un patrouilleur hauturier de 62m

L’OPV58S (Offshore Patrol Vessel) est un patrouilleur de 62 m d’une polyvalence remarquable. Robuste et endurant, il est dédié aux missions de surveillance, d’identification et d’intervention, répondant parfaitement à la variété des missions liées à l’Action de l’Etat en Mer. En complément de ses capacités de projection (embarcations commandos), il possède une capacité de dissuasion de premier rang grâce à ses systèmes d’armes de lutte anti-surface et de lutte anti-aérienne. Parmi les innovations et capacités majeures du navire, sont à noter :

  • Une conception très polyvalente pour configurer le navire à différentes missions
  • Une vaste passerelle panoramique à 360°
  • Un système de mise à l’eau rapide/ récupération par rampe AR de 2 embarcations.
  • Une carène C-Sharp® : autonomie et tenue à la mer optimisées
  • Un système de veille et de combat de hautes performances

Ces OPV seront équipés de missiles anti-navire MARTE MK2/N dont la portée de plus de 30 kilomètres et la capacité tir-et-oubli permettront à la Marine sénégalaise d’assurer sa supériorité maritime. La protection immédiate des patrouilleurs sera assurée par le système SIMBAD-RC qui permet de déployer deux missiles MISTRAL, l’ensemble garantissant une excellente protection contre les missiles anti-navire, avions de combat, drones, hélicoptères et embarcations rapides telles que les FIACs. Tous ces missiles sont produits par MBDA.

Caractéristiques principales

Longueur HT : 62,20 m
Largeur : 9,50 m
Tirant d’eau (env.) : 3,00 m
Vitesse : 21 Nds
Autonomie : 21jours, 4500 Nq à 12 Nds
Coque / superstructure : acier / aluminium
Capacité aménagements : 48 personnes (dont équipage 24, dont personnel mission 24)
Intervention : 2 embarcations sur rampes AR
Capacité : pour 2 conteneurs de 20’

Partager sur :

EURONAVAL 2020

Categories:
L’ÉDITION 2020 SERA DIGITALE

Face aux nouvelles règles sanitaires, le GICAN et sa filiale la SOGENA réorientent l’édition 2020 du salon EURONAVAL vers un format entièrement numérique.

Du 19 au 25 octobre, les exposants, délégations officielles et visiteurs se donnent désormais rendez-vous sur la plateforme EURONAVAL-ONLINE. 
Le Conseil d’Administration du GICAN avait pris la décision courageuse, et nécessaire pour la relance de l’activité navale, de maintenir l’édition 2020 du salon EURONAVAL. Les préparatifs, en lien avec les services de l’Etat concernés et notamment la Préfecture, permettaient jusqu’ici d’envisager un salon réussi dans le strict respect des règles sanitaires. 

Le Conseil d’Administration du GICAN a pris acte des annonces du ministre de la Santé du mercredi 23 septembre : la baisse de la jauge maximale autorisée pour les grands évènements, de 5 000 à 1 000 personnes, ainsi que la reprise désormais établie de l’épidémie, ne permettent plus de garantir un salon « en présentiel » satisfaisant, tant pour les 300 exposants que pour les 70 délégations officielles étrangères qui avaient déjà formulé le souhait de se rendre à Paris-Le Bourget. 

Dans ce contexte, le GICAN et la SOGENA font le choix de réorienter EURONAVAL 2020 vers une solution entièrement digitale. 
Avec le soutien de ses partenaires, l’édition 2020 du salon EURONAVAL se tiendra uniquement en ligne, grâce à la nouvelle plateforme EURONAVAL- ONLINE. Jusqu’ici réservé aux délégations officielles et aux exposants ne pouvant se rendre à Paris-Le Bourget, EURONAVAL-ONLINE sera désormais ouvert à l’ensemble des visiteurs et exposants qui le souhaitent. 
Du 19 au 25 octobre, les délégations et visiteurs du monde entier pourront ainsi retrouver les exposants d’EURONAVAL 2020 sur le salon numérique EURONAVAL- ONLINE. 

Ils pourront également organiser sur le site d’Euronaval leurs rendez-vous BtoB en visio et suivre les workshops thématiques afin de mettre en valeur tout le savoir-faire des industriels navals. 

Le cycle de web-conférences en ligne, piloté par la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS) est également maintenu. 

Hervé GUILLOU, Président du GICAN, déclare : « Dans notre secteur d’activité, rien ne vaut un événement physique et des rencontres. Ce salon Euronaval 2020 était ardemment souhaité par les exposants et nos visiteurs internationaux après plusieurs mois d’interruption des salons partout dans le monde. La reprise des contacts commerciaux est plus que jamais primordiale. Responsables face à la reprise de l’épidémie mais déterminés à soutenir l’activité des industriels en France, en Europe et dans le monde, le GICAN et la SOGENA proposent une solution innovante à l’ensemble des acteurs du secteur, pour accompagner la relance du marché naval. J’adresse également mes vifs remerciements au Ministère des Armées pour son soutien indéfectible tout au long de la longue et périlleuse préparation d’Euronaval ».

Hugues d’ARGENTRÉ, Directeur Général de la SOGENA, ajoute :
« J’adresse mes plus chaleureux remerciements à l’ensemble de nos exposants, agents, partenaires et prestataires. Ils nous ont fait confiance et nous ont accompagnés avec courage et bienveillance dans la préparation difficile et risquée de ce salon. Je remercie également les membres des 70 premières délégations étrangères de 46 pays qui avaient déjà accepté de participer à Euronaval. Je partage leur déception de ne pouvoir se retrouver en présentiel à Paris-Le Bourget. Je me réjouis de pouvoir proposer le salon numérique Euronaval-Online qui accompagnera la relance de l’industrie navale en France et dans le monde ».


Assistez à la web-conférence
Visitez le site

Partager sur :