nos actus

JFA présente le Long Island Power 78’ – 4Ever

Categories:

L’ entreprise JFA débute l’année 2021 avec la livraison du Long Island Power 78’. 4Ever, le 1er catamaran à moteur de la gamme Long Island, va quitter son port d’attache. Son programme : La Méditerranée puis une traversée vers les Antilles avant de rejoindre le Pacifique, destination tant rêvée par ses propriétaires.

La coque aluminium et les superstructures en composite ont été pensées pour voyager à travers les mers et les océans. Ce yacht à déplacement rapide évolue à une vitesse de croisière de 12 nœuds, avec une vitesse maximale de 18 nœuds.

Aussi confortable en navigation côtière qu’en navigation hauturière, 4Ever affiche une autonomie transatlantique de 3 400 milles nautiques à 8 nœuds.

L’architecture de ce bateau permet de rejoindre de nombreuses destinations lointaines, tout comme les deux catamarans à voile de la gamme Long Island, Windquest et NDS Evolution l’ont prouvé. Ils ont navigué dans des endroits tels que l’Antarctique, la côte Ouest des Etats-Unis, l’Océan Pacifique, la Mer Baltique ou encore les côtes du Moyen Orient …

Naviguer sur un Long Island Power est une expérience à part entière.  

Au-delà d’une vue ininterrompue sur la mer, le catamaran présente une stabilité naturelle, aussi bien en mer qu’au mouillage, permettant de vivre confortablement et sereinement à bord. La surface supplémentaire qu’offre le pont complète les espaces de vie. Le pont avant du Long Island Power 78’ offre un espace lounge ainsi qu’un bassin d’eau de mer, permettant une baignade sécurisée. Innovant et relaxant, il est directement connecté au salon du carré, créant une continuité entre l’intérieur et l’extérieur du navire. Cette combinaison apporte une circulation fluide à bord. Les nombreux espaces peuvent être appréciés de différentes façons, proposant des moments de détente paisible ou des moments en famille ou entre amis.

Le cockpit arrière est divisé en deux espaces : d’un côté un salon, de l’autre une table pour 8 personnes et de chaque côté des bains de soleil. Une longue banquette sépare le cockpit de la plateforme hydraulique. Il peut être complétement protégé des conditions météorologiques, créant ainsi un espace intérieur supplémentaire. La plateforme hydraulique peut supporter une annexe de 15 pieds, et permettre un accès supplémentaire à la mer dans sa position la plus basse, devenant ainsi une plage de bain pour prendre le soleil ou plonger. La jupe arrière bâbord est équipée d’une passerelle hydraulique permettant de rejoindre la terre ferme.

D’autre part, le faible tirant d’eau rend possible des mouillages dans des lieux spectaculaires, et parfois reculés.

Pour la version Power, le pont supérieur a été repensé avec une timonerie fermée et un pont portugais, déclinant ainsi un espace novateur pour un bateau de ce type et de cette taille. Cet espace dédié à la navigation, avec un coin bureau et une banquette, prodigue calme et relaxation, et offre une vue à 360°.

Un bar extérieur intégré dans la superstructure arrière de la timonerie complète le salon du pont supérieur.

Cette timonerie est agréable à vivre, aussi bien pour le capitaine que pour les passagers.

Les espaces intérieurs volumineux sont inondés de lumière naturelle, et l’on ressent immédiatement le sentiment d’être chez-soi.

Les bois sélectionnés (chêne et noyer) sont riches, chaleureux, et participent à l’atmosphère sereine et accueillante. Avec ses 132 mètres carrés habitables, ce bateau a beaucoup à offrir.

Le carré est composé d’une cuisine, d’un salon, d’une salle à manger et d’un bureau. La présence d’un îlot central en granit répartit les espaces.

Afin de préserver la vue panoramique, le salon est légèrement surélevé.

Dans la coque bâbord, la magnifique suite propriétaire d’une vingtaine de mètres carrés dont le lit fait face à la mer, est impressionnante de lumière. Cette vue imprenable grâce aux larges hublots crée un sentiment de communion avec la nature.

La salle de bain ouverte sur la cabine par une porte entièrement coulissante, bénéficie de la lumière extérieure par un hublot dissimulé derrière les miroirs, eux-aussi coulissants.

Dans la même coque se trouve une cabine invités, pensée comme une cabine enfants, avec deux lits simples pouvant être transformés en un lit double.

Dans la coque tribord, trois autres cabines : 1 cabine VIP, 2 cabines invités : une avec un lit double, l’autre avec des lits superposés (le plus bas pouvant également être transformé en un lit double) et une table. Cette cabine peut également devenir une cabine équipage.

A bord de 4Ever, l’association des aménagements entièrement dessinés et réalisés sur-mesure par JFA Yachts et la présence de mobilier de marques (Valdenassi, Tribu, Moroso, Poltrona Frau, Cassina, Berto Salotti) rend ce 1er Long Island Power particulièrement personnel et attachant.

Ce Long Island Power offre des possibilités illimitées…

Principales caractéristiques du Long Island 78’ Power:

Longueur totale: 23.72 m –
Longueur de flottaison: 23.06 m –
Largeur: 11.17 m – Tirant d’eau: 1.24 m –
Déplacement: 54 T lège 
Construction : Coques Aluminium, Pont cloisons et superstructure en composite
Moteurs : 2x 500 Cv Cummins – Groupes : 2x 17.5 kW Onan
Vitesse de croisière : 12 nœuds – Vitesse maximale: 18 nœuds (demi-charge)

Architecte naval: Marc Lombard Yacht Design Group – Designer intérieur: Darnet Design

Partager sur :

Le chalutier Papy Chichi mis à l’eau à Douarnenez

Categories:

Sister ship du chalutier Les Chignolles livré en octobre 2020, le Papy Chichi a été mis à l’eau ce lundi 22 janvier 2021 à Douarnenez, en présence des armateurs. Construit par le chantier naval Gléhen et conçu par COPREXMA, ce second navire est l’aboutissement du projet du nouvel armement de Saint-Gilles Croix de Vie, La Belle Alliance, pour valoriser la sardine girase.

Avec ce second navire, l’armement La Belle Alliance, qui associe le conserveur Philippe Gendreau, le pêcheur Jérémy Chagnolleau et des mareyeurs vendéens, concrétise pleinement son projet de préserver la pêche et les emplois locaux en sécurisant des apports indispensables à tous, pêcheurs, criée, mareyeurs et conserveurs. « C’est une fierté pour Coprexma et pour le chantier de contribuer à une démarche qui vise à pérenniser cette filière sardinière traditionnelle de Vendée.  Nous sommes émus et heureux de partager cet instant avec l’armateur, en particulier avec Jeremy qui a choisi de donner son nom au navire, en mémoire de son père tristement disparu voilà bientôt deux ans, » a déclaré Jean-François Ansquer, président de Coprexma.

Comme son jumeau Les Chignolles, Papy Chichi a été conçu pour assurer une pêche de qualité de sardines et anchois : Confort de travail, amélioration du triage et de la conservation à bord, avec des cuves tampon d’eau réfrigérée et un stockage en conteneur, débarque rapide. Le navire permet à l’armement de garantir l’approvisionnement régulier et le niveau de qualité exigés par la conserverie. Dès la mi-mars, Papy Chichi rejoindra son port d’attache Aux Sables d’Olonne en Vendée pour effectuer ses premières marées. La paire ainsi constituée pourra pratiquer la pêche en bœufs dans le golfe de Gascogne.

Caractéristiques du navire :

Chantier : Chantier naval Gléhen
Coque : acier
Longueur HT : 14,38m
Longuer PP : 13 m
Largeur : 7 m
Creux/quille : 3,25m
Cuve gasoil :  12 m3
Eau douce : 2,83 m3
Volume net de cale : 50 m3
Volume cuve réceptrice arrière : 6 m3
Volume cuve EDM cale : 4 m3
Puissance : 330 kW
2navigation 2èmecatégorie
Equipage : 5
Jauge : 50 TJB

Partager sur :

Barillec Marine crée une réplique hyperréaliste de salle des machines pour propulser les élèves de l’ENSM

Categories:

Tournée vers l’avenir, BARILLEC Marine s’attache à accompagner la future génération de marins en concevant une réplique hyperréaliste d’une salle des machines. Véritable concentré des technologies déployées par l’entreprise, l’ensemble simulateur de propulsion et banc de couplage de groupes électrogènes est destiné à former les futurs chefs mécaniciens à l’excellence maritime. 

Dans le cadre de ses investissements pour améliorer sa performance et la qualité de la formation des marins, l’ENSM, Ecole Nationale Supérieure Maritime a retenu l’offre proposée par BARILLEC Marine dans le cadre de sa consultation lancée en 2019 visant à réaliser « un simulateur de propulsion et un banc de couplage de groupes électrogènes », véritable « jumeau numérique » pour la formation des apprenants de son site de Saint-Malo. La demande de l’ENSM portait sur un produit industriel qui soit au plus près de la réalité du métier afin de former les futurs navigants avec les outils qu’ils utiliseront au quotidien dans l’exercice de leur profession. Les produits du marché destiné à la formation, s’ils répondent à des besoins pédagogiques n’ont pas ce réalisme.

Plus vrai que nature

BARILLEC Marine a proposé de « miniaturiser » une installation existante avec toutes ses fonctionnalités. L’entreprise a travaillé sur trois composantes pour un outil complet et réaliste :

  • Un tableau principal d’une installation diesel-électrique et ses deux groupes électrogènes (simulateurs)
  • Un PMS « Power Management System » et sa supervision, pour la gestion de l’énergie à bord et les interfaces associées, intégrant les sous-systèmes (gros consommateurs : propulsion, froid/climatisation)
  • Un simulateur de propulsion électrique.

Cet ensemble représente un concentré du savoir-faire de BARILLEC Marine qui, rappelons-le, a développé ses premiers systèmes de propulsion diesel-électrique il y a plus de 20 ans.

Miniaturisation 

Concrètement, le système est en tous points identique à une installation d’une puissance type de production de 3 000 kVA qui a été ramenée à environnement 20 kVA. Il s’agit d’une puissance adaptée à tous types de navires marchands. Le système propulsif de référence, d’une puissance de 2 000 kW a lui été ramené à environ 6 kW. C’est cet abaissement des puissances de produits industriels habituellement utilisés à bord et conçus par des fabricants de renom – depuis les systèmes de propulsion et de production à la gestion de l’énergie – qui représentait un véritable défi.

Un enjeu pour aujourd’hui et pour demain

Pari réussi pour BARILLEC Marine qui est très fière d’accompagner l’engagement des enseignants de l’ENSM et la jeune génération dans le déploiement de technologies d’avenir. Les étudiants de l’ENSM sont les navigants et futurs chefs mécaniciens qui demain seront aussi les clients-utilisateurs des technologies et des produits développés et intégrés par BARILLEC Marine.

L’utilisation de ce système permettra aux apprenants d’acquérir les compétences en électrotechnique et automatismes indispensables à la conduite des machines des navires de nouvelle génération :  synchro-couplage (fonctionnement en parallèle des groupes électrogènes) ; conduite économe des machines et du navire ( au travers des outils de gestion de l’énergie « Power Management System » ) ; propulsion électrique ; supervision de l’ensemble des systèmes ; systèmes de sécurité et tous les automatismes associés…

La conception et la fourniture de l’équipement sont assortis d’une prestation de services. Les ingénieurs de BARILLEC Marine vont aussi former les enseignants à la conduite et à la surveillance de cette réplique hyperréaliste de salle des machines.  Cette nouvelle acquisition combinant un outil de pointe et le savoir-faire pour l’utiliser confère à l’ENSM un atout de plus pour propulser ses formations machine vers l’excellence maritime.

Partager sur :

PIRIOU livre le VIA ALIZE, un thonier senneur congélateur de 67 m à VIA Océan

Categories:

PIRIOU vient de livrer à la société VIA Océan (ex-Armement Saupiquet) un thonier de 67 m destiné à la pêche thonière océanique. Le VIA ALIZE va venir renforcer la flottille actuelle de trois thoniers de l’Armement et représente le neuvième thonier construit par le chantier vietnamien de PIRIOU depuis 2010, en complément des réalisations du site historique de Concarneau en France.

Le design ‘sea proven’ de PIRIOU INGENIERIE a pris en compte les évolutions réglementaires et contribue à améliorer les conditions de travail, de repos et de sécurité de l’équipage à bord, conformément à la réglementation MLC 2006 (Maritime Labor convention).

Il est équipé d’une propulsion optimisée avec hélice à pales orientables et alternateur attelé pour une meilleure utilisation de l’énergie bord.

Avec cette première commande, la société VIA Océan a rejoint les armateurs qui ont déjà fait confiance à PIRIOU pour l’évolution de leurs flottilles de thoniers. PIRIOU confirme ainsi sa présence toujours effective dans le secteur de la pêche à la fois côtière et hauturière : depuis 2018, PIRIOU a livré un palangrier de 63m pour la Réunion, huit palangriers 21m pour la Nouvelle Calédonie, deux chalutiers de pêche artisanale pour la Bretagne.

M. Vincent FAUJOUR, Président du groupe PIRIOU, déclare : « En cette période si particulière de pandémie, nous avons réussi à livrer ce navire dans les délais. Nous tenons à remercier tout particulièrement la société VIA Océan, tout d’abord pour nous avoir accorder leur confiance mais également pour le suivi du chantier de la construction mené conjointement par les équipes de l’armement et du chantier dans des conditions parfois rendues difficiles par ce contexte sanitaire. Nous sommes heureux et fiers de compter VIA Océan et plus largement le Groupe BOLTON parmi nos clients. Ce nouveau thonier s’inscrit dans le cadre d’une démarche de pêche responsable et durable et contribuera aussi au respect de l’environnement et au bien-être des équipages. Nous continuons ainsi à accompagner les armateurs dans le renouvellement nécessaire de leurs flottes de navires de pêche »

M. Pierre PALUD, Directeur armement de VIA Océan, ajoute : « Ce choix de partenariat avec les chantiers Piriou pour la construction d’un navire de série et moderne présente l’avantage considérable d’une réalisation conforme aux réglementations et normes du pavillon français tout en intégrant les technologies de pêche et de congélation de poisson les plus modernes. Ce navire est équipé des dernières technologies environnementales et d’efficacité énergétique, qui marquent également une étape importante dans le renouvellement des flottes de pêche traditionnelles. L’hébergement est conçu pour un équipage de 23 personnes selon les normes les plus élevées et comprend également une infirmerie à bord.

Ce type de navire est un atout important pour l’avenir de l’armement VIA Océan. Nous rajeunissons ainsi notre flotte qui passe donc à quatre navires, avec un concept de thonier plus modeste en taille, mais qui est le bon outil pour l’évolution de la pêche responsable que s’impose le groupe Bolton, une pêche plus exigeante et respectueuse des ressources, une pêche garante de qualité et de traçabilité. Cet investissement important signifie aussi notre engagement en faveur de l’avenir du secteur du thon sauvage, en tant que base pour l’un des meilleurs aliments naturels et sains du monde ».

Caractéristiques principales

Longueur : …………………………………………………….67,30 m
Largeur : ……………………………………………………….12.40 m
Creux au PP : …………………………………………………6.10 m
Capacité Gasoil :…………………………………………….350 m3
Capacité eau douce :……………………………………..30 m3
Équipage :………………………………………………………23 personnes
Vitesse : …………………………………………………………14 nds
Coque / superstructure : ………………………………acier / aluminium
Autonomie : …………………………………………………..55 j

Manutention : ………………………………………..1 grue AVT et 1 grue AR
Annexes : ………………………………………………1 skiff acier 10m et 1 speed boat

Propulsion :
propulsion diesel : …………………………………..3000 kW
groupes électrogènes principaux 2 x 800kVA
alternateur attelé au réducteur 1 x 1500 kWA

Stockage :
Capacité totale stockage du poisson (14 cuves)………………………………….1 200 m3

Partager sur :

PIRIOU construit un remorqueur de 16,50 m pour la Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF

Categories:

La Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF a confié la construction d’un remorqueur portuaire au groupe PIRIOU pour une livraison prévue en août 2021.

Construit par PIRIOU VIETNAM, sur un design standard PIRIOU, sa conception a été adaptée pour répondre aux demandes spécifiques de l’armateur. Il est destiné à effectuer des opérations de remorquage portuaire par l’arrière et à couple, des opérations de poussage et des opérations de remorquage hauturier par l’arrière.

Ce remorqueur d’une longueur de 16,50 m et de 15 tonnes de traction sera équipé d’un moteur nouvelle génération qui répond à la norme IMO III et aura comme port d’attache Concarneau.

Longueur hors tout : ………………………….16,50 m
Largeur hors tout : ……………………………..6,56 m
Creux au PP: ………………………………………..2.55 m
Tirant d’eau max : ……………………………….2,50 m
Traction : ………………………………………………15 t
Combustible : ………………………………………..15,00 m3
Eau douce : ……………………………………………1,60 m3
Propulsion : …………………………………………..2 x 440 kW
Equipage : ……………………………………………..4 p.
Coque/superstructure : …………………………acier

Partager sur :

PIRIOU livre son 250 ème navire en aluminium

Categories:

Un FPSV de 55 m pour JANA MARINE SERVICES

PIRIOU vient de livrer le JANA 21, un FPSV de 55 m, à JANA MARINE SERVICES’, fournisseur saoudien de services maritimes intégrés de premier rang pour l’industrie pétrolière et gazière offshore. Construit par PIRIOU VIETNAM sur un design PIRIOU ‘sea proven’, une dizaine d’unités de ce modèle ont déjà été livrés précédemment à différents opérateurs dans le secteur de l’offshore pétrolier. Certaines modifications ont été apportées à ce navire afin de répondre aux demandes spécifiques de l’armateur, en particulier une vitesse accrue grâce à un nouvel ensemble propulsif, qui lui permet d’atteindre des performances uniques pour sa catégorie.

La livraison officielle s’est déroulée le 25 janvier 2021 sur le site de PIRIOU VIETNAM, notre chantier implanté au Vietnam. Le ‘JANA 21’ est prévu pour une exploitation dans les eaux du Golfe Persique. Cette commande de JANA MARINE SERVICES est intervenue après la livraison de deux FPSV de 41m, le JANA 17’ et le ‘JANA 18’ en 2017.

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « nous sommes heureux d’avoir réussi à livrer ce navire très technique comme prévu, malgré toutes les complications rencontrées pendant toute cette période de pandémie de COVID 19 avec ses contraintes sanitaires, comme les confinements ou les fermetures de frontières… Nous sommes fiers d’avoir répondu à toutes les attentes de notre client pendant cette période difficile et inédite. L’équipe de PIRIOU VIETNAM démontre encore une fois ses compétences et son engagement auprès de JANA Marine. Nous apprécions la relation établie avec JANA MARINE, et la fidélisation de ce client est une confirmation de notre capacité à répondre avec nos navires et notre SAV à leurs exigences opérationnelles.

Avec cette nouvelle livraison, PIRIOU confirme son positionnement de leader français de la construction de navires rapides en aluminium. Notre polyvalence de construction, conjuguée aux impératifs de l’armateur et au profil d’utilisation du navire, nous permet de proposer au client le meilleur compromis sur le choix de la construction en acier et/ou en aluminium. »

Mohammed AlSubaie, D.G de Jana Marine ajoute : “En dépit des soucis de décalages liés à la crise sanitaire COVID-19 avec ses confinements et les restrictions de déplacement sur le plan international, nous avons apprécié les efforts déployés par PIRIOU afin de respecter au mieux le délai de livraison.

Les capacités de ce navire ont dépassé nos attentes en matière de vitesse et de performance pendant les essais mer et ce constat renforce notre confiance dans les compétences de PIRIOU et du haut niveau de qualité et de fiabilité de leurs navires. Nous sommes certains que l’arrivée de cette unité en renforcement de notre flotte va augmenter notre notoriété en tant que l’un des meilleurs prestataires de services maritimes de la région et au-delà et nous sommes prêts à travailler à nouveau ensemble sur un nouveau projet dans le futur quand l’opportunité se présentera. »

Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU

« FPSV 55w : un navire polyvalent et performant »

Navire en aluminium très polyvalent, le FPSV 55w assure des missions multiples pour l’industrie offshore, notamment le transport de personnel et de fret en pontée.

Grâce à un design ‘sea proven’ développé par PIRIOU INGENIERIE et identifiable par une étrave droite améliorant les performances et le confort des personnels, ce FPSV 55w offre une série d’avantages :

  • une vitesse de navire à lège et en charge améliorées à consommation constante,
  • une consommation en régime économique largement diminuée,
  • un confort maximum avec un salon équipé de 60 sièges
  • Il dispose également d’une grande autonomie (139m3 de gazole) et d’une importante capacité d’emport de 226 t en pontée. Grâce à sa propulsion par hydrojets, il possède une manœuvrabilité exceptionnelle et offre également une sécurité accrue grâce au système de positionnement dynamique de classe 2 (DP2) dont il est équipé.

Caractéristiques principales

Longueur : 55,10 m
Largeur : 10,00 m
Creux au PP : 4,40 m
Tirant d’eau max. : 2,28 m
Equipage : 20 p.

Vitesse max. : 34 nds
Coque / superstructure : aluminium

Propulsion : 4 x 2000 kW – 4 hydrojets
Capacité passagers : 60 p.
Capacité fret : 226 t / 250 m2

Pour en savoir plus : https://www.piriou.com/piriou-livre-son-250eme-navire-en-aluminium/

Partager sur :

PIRIOU signe avec la Région des Pays de la Loire pour la conception et la réalisation d’un navire mixte destiné à la desserte maritime de l’Ile d’Yeu

Categories:

PIRIOU vient d’enregistrer la notification officielle par la Région Pays de la Loire pour la commande d’un navire mixte destiné à la desserte maritime de l’Ile d’Yeu.
Construit sur un design PIRIOU en collaboration avec le bureau d’architecture navale nantais Stirling Design International, ce navire robuste et élégant offrira une grande capacité de transport fret et passagers pour la desserte maritime entre l’île d’Yeu et Fromentine. Piriou fera appel à plusieurs sociétés des Pays de la Loire pour mener à bien ce projet pour une livraison prévue courant du troisième trimestre 2022.

Après la construction et la livraison de l’Estuaire, du Fromveur II et du Breizh Nevez I, Piriou remporte un nouveau succès et confirme son dynamisme et sa compétitivité dans ce segment des navires mixtes. Vincent Faujour, Président du groupe PIRIOU déclare : « Avec l’obtention de ce nouveau contrat, nous sommes heureux de relever ce nouveau challenge et d’avoir gagné la confiance d’une nouvelle région, celle des Pays de la Loire, pour la réalisation d’un navire qui doit répondre à des conditions d’exploitation très exigeantes et de confort optimum pour les passagers. »

Une grande capacité de transport, un navire élégant, robuste et performant

• Une grande capacité de transport malgré une contrainte de tirant d’eau à 2,35m.

Le garage roulier offre un grand clair sous barrot (12 voitures et 4 motos) et le navire pourra transporter jusqu’à 340 palettes et 2 camions de 19t. Les zones de stockage des conteneurs ont été étudiées et optimisés pour des opérations de chargement et de déchargement aisées et rapides.
Le navire permet le transport de 391 passagers : 252 places en salon intérieur (dont 5 PMR facilement accessibles depuis l’ascenseur) et 139 places en extérieur. L’espace passagers a été conçu pour assurer une circulation fluide et en sécurité entre les zones d’embarquement/débarquement et les salons.

• Des équipements de manœuvres, un navire performant et robuste.

Comme demandé par la Région Pays de Loire et la Compagnie Yeu-Continent, le futur navire sera capable d’effectuer des rotations estivales dans un timing resserré tout en transportant un maximum de fret (40 % de plus que IO II), d’où une étude très précise de la carène et de sa propulsion. Le navire est par ailleurs équipé d’un ensemble de deux propulseurs hydrauliques et deux safrans à volets, cette combinaison lui conférant la manœuvrabilité nécessaire pour passer le chenal de Fromentine par tous temps.

• Un navire confortable à l’esthétisme soigné pour desservir une zone touristique renommée et participer à son rayonnement.

Afin d’allier l’élégance à la robustesse et la performance, les lignes du navire ont été étudiées avec attention, avec l’expertise du cabinet d’architecte naval Stirling Design International. Le résultat est un bateau moderne avec des formes empruntées aux navires anciens comme le fronton avant vertical marqué, intégrant la timonerie haute.

Pour assurer aux passagers une traversée agréable, le nombre de fenêtres a été maximisé et les salons lumineux sont organisés en plusieurs espaces de vie. Les couleurs et matériaux proposés offriront un ensemble raffiné et chaleureux reprenant les codes des anciens paquebots mixtes. Afin d’offrir un transit confortable par mer formée, le navire est équipé d’une paire de stabilisateurs.

• Un navire respectueux de l’environnement.

Equipé de moteurs IMO III, le navire répond aux dernières normes environnementales en vigueur. A quai, et pour limiter les pollutions sonores et environnementales, le navire sera raccordé au réseau électrique terrestre. La puissance disponible sera suffisante pour effectuer les opérations de chargement et déchargement sans groupe électrogène en service réduisant ainsi l’empreinte carbone du navire.

Caractéristiques principales :

Longueur : 55,00 m
Largeur : 13,00 m
Creux au PP : 3,85 m
Tirant d’eau max. : 2,35 m
Equipage : 8 p
Vitesse max. : 15 nds
Coque / superstructure : acier / aluminium
Propulsion : x 1440 kW @ 1800tr/mim
2 propulseurs d’étrave
Capacité passagers : 391 p.
Capacité emport max : 260 t
2 grues de levage p. manutention à quai 13 t à 9.5 m
Capacité plage AVT : 8 conteneurs 10 pieds
La Capacité plage AR : 12 conteneurs 10 pieds, sur 2 ét. 2 rampes plateformes élévatrices pour transbordement des véhicules et chargement
Un garage fermé p.12 VL & 4 motos et/ou palettes

Partager sur :

LES VOEUX DE L’IPC

Categories:

Chère communauté, tous les membres de l’IPC vous souhaitent de belles fêtes de fin d’année. Nous aurons plaisir à vous retrouver de plus en plus nombreux sur nos réseaux en 2021 pour partager avec nous la passion du naval !L’IPC ce sont 50 entreprises et près de 2000 hommes et femmes qui travaillent et vivent à Concarneau et dans les environs. Ils seront encore plus nombreux en 2021 ! Suivez-les !

Partager sur :

CARENCO nouveau délégataire de service public du Port de Concarneau

Categories:

Jeudi 10 décembre 2020, Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil Régional de Bretagne et Dominique Lallement, Directeur Général de CARENCO ont signé le contrat qui les lient pour les 15 prochaines années pour la délégation de service public du port de construction et de réparation navales de Concarneau. Après deux ans de négociations, cette décision est largement saluée par les élus du territoire et par les entreprises de la construction et de réparation navales fédérées au sein de l’IPC.

Jeudi 10 décembre 2020, Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil Régional de Bretagne et Dominique Lallement, Président du Directoire de Carenco, ont signé le contrat qui les lient pour les 15 prochaines années pour la délégation de service public du port de construction et de réparation navales de Concarneau. Après deux ans de négociations, cette décision est largement saluée par les élus du territoire et par les entreprises fédérées au sein de l’IPC.

A l’issue d’une consultation lancée fin 2018, la Région Bretagne, propriétaire du port de réparation et construction navales de Concarneau, a choisi CARENCO, qui associe la filiale de CCIMBO (INSFO) et SEMCAR en tant que nouveau concessionnaire du port, à compter du 1er janvier 2021 et pour les 15 prochaines années. L’offre et le projet de CARENCO « répondent aux ambitions portées par la Région, en particulier sur les volets économiques et environnementaux. »

La cérémonie, en comité restreint en raison de la crise sanitaire, a eu lieu dans les ateliers de PIRIOU NAVAL SERVICES, en présence du Président de la CCIMBO, Frank Bellion, du Président de la CCI Bretagne, Jean-François Garrec, du Maire de Concarneau, Marc Bigot, du président de CCA, Olivier Bellec, du président du Syndicat Mixte Pêche Plaisance de Cornouaille, Mickaël Quernez, des conseillers régionaux Gaël Le Meur et Rolland Jourdain, de plusieurs élus et représentants du territoire et des représentants de l’IPC. Loïg Chesnais-Girard a souligné que « Concarneau, est un port important pour la Région Bretagne dont les équipements industriels font la différence.  Des infrastructures remarquables réalisées notamment grâce à la mobilisation des acteurs économiques du port.» Il a indiqué que « la nouvelle concession assurera la remise à niveau de l’ascenseur à bateaux de 2 000 t pour les 40 ans à venir et réalisera {d’ici 5 ans} la couverture de la cale-sèche de 130 mètres après le remplacement de sa porte. » L’élévateur à sangles de 400 t  en service en 2017 complète ces infrastructures uniques en Bretagne. « Des investissements nécessaires seront réalisés et  une gestion par CARENCO qui nous permettra d’unir les forces des acteurs pour continuer de développer les emplois. 

« Si le modèle change avec la création de la société CARENCO qui aura en charge l’ensemble des missions de la future concession pour la construction et la réparation navales, il est le fruit d’un partenariat de longue date entre la CCIMBO et les professionnels du port de Concarneau » a souligné Jean-François Garrec…., Président de la CCI de Bretagne et Président du Conseil de surveillance de Carenco. « Concertation, détermination, travail et endurance ont permis de mener à bien l’ensemble des chantiers qui permettent aujourd’hui à près d’une cinquantaine d’entreprises et plus de 1 000 personnes de travailler quotidiennement sur le port. »

« Concarneau est une place majeure de la construction-réparation navale, en France et dans le monde, et elle doit le rester ! » avait-il déclaré lors de l’inauguration de la nouvelle aire technique de 22.000 m² à la pointe des normes environnementales.

« La société CARENCO poursuivra cette dynamique avec un ambitieux programme d’investissements d’un montant de 25 M€ pour les 15 prochaines années avec l’appui financier majeur de la Région Bretagne »

Marc Bigot, Maire de Concarneau a rappelé que le « le monde de la pêche puis de la réparation et construction navales ont bâti le port de Concarneau. Il est donc légitime que des acteurs locaux réunis au sein de la SEMCAR se soient engagés aux cotés de la CCI pour pérenniser son avenir » faisant remarquer que « Le projet de CARENCO répond parfaitement aux nécessaires enjeux économiques et environnementaux du port de Concarneau…” Il a souligné que les investissements prévus sur la cale sèche sont un véritable défi à quelques centaines de mètres de la Ville-Close, mais aussi une obligation, ils vont pérenniser les entreprises et les emplois qu’elles proposent… Le plan de charge des chantiers confirme ces ambitions. 

Saluant l’engagement de CARENCO qui vise une certification ISO 14001 dans les 5 années qui viennent, il conclue avec un message partagé par tous au sein de l’Interprofession du Port de Concarneau : “Soyons fiers de cette nouvelle étape qui s’engage aujourd’hui” !

Partager sur :

Lettre ouverte d’un dirigeant d’ETI de l’industrie navale française

Categories:

Lettre ouverte d’un dirigeant d’ETI de l’industrie navale française

La construction navale est un maillon essentiel de la souveraineté militaire et civile de la France. Sur la mer et sous la mer, dissuasion, protection des frontières, câbles sous-marins, énergies fossile et renouvelable, pêche, continuité territoriale et transport de marchandises, partout notre industrie oeuvre pour l’indépendance de notre pays.

Orange Marine, filiale d’Orange dont l’Etat est l’actionnaire de référence, vient de faire le choix de construire son futur navire au Sri Lanka. Au moment même où la société japonaise Bridgestone décide de fermer son usine de Béthune, une participation de l’Etat décide d’investir cinquante millions d’euros dans un chantier naval Sri Lankais à capitaux japonais. La France n’est donc pas rancunière. Mais pourquoi cette décision ?

Les chantiers français sont-ils incapables de construire ce type de navire ? Évidemment non, l’industrie navale française construit et a construit des navires bien plus complexes.

Les chantiers français sont-ils capables de construire ce type de navire, en France, au prix du marché mondial ? Malheureusement non, les coûts de main d’oeuvre sont cinq fois plus élevés en Europe de l’Ouest qu’en Asie.

Alors l’industrie française doit-elle renoncer quand la compétition mondiale fait rage et que seul le coût du travail guide les choix de certains investisseurs ? Surtout pas, et surtout pas maintenant, au moment où l’Etat prône à juste titre la résilience, c’est-à-dire la capacité à rebondir après une période difficile, au moment où la pandémie nous montre nos fragilités et prépare des drames économiques et sociaux.

Alors était-il possible d’intégrer une part française dans un tel projet, oui bien sûr, encore fallait-il le vouloir !

Quel est le prix à payer pour notre résilience et par voie de conséquence pour notre souveraineté ? Dans ce cas précis l’écart de prix était inférieur à 5%.

Comment être résilient en restant compétitif en France et en Europe ? Chez Piriou nous avons fait le choix d’ouvrir un chantier naval au Vietnam en complément de nos sites français. Cela a-t-il réduit nos emplois en France ? Au contraire, depuis 2008, date de la création de Piriou Vietnam nous avons plus que doublé nos effectifs dans l’hexagone. Nous y avons conservé notre savoir-faire et nos bureaux d’études, donc notre capacité à innover et à faire travailler des fournisseurs français et européens. Dans le cas présent, cette commande aurait représenté plus de 100.000 heures de travail et le maintien d’une compétence industrielle stratégique en France, sans compter les prestations de nos fournisseurs et sous-traitants français et européens, constituant une part de près de 25 % de la valeur du contrat. C’est vrai, 25% c’est peu, mais c’est mieux que 0%.

De façon générale, les Administrations et les collectivités publiques ont bien compris les enjeux et oeuvrent dès à présent pour le maintien de l’industrie française, je les en remercie. Ces préoccupations doivent maintenant être partagées par tous et s’inscrire dans la durée.

Alors comment faire pour réconcilier la compétition mondiale et la compétitivité de nos entreprises ? En innovant bien sûr, mais ce n’est malheureusement pas suffisant. Il faut aussi que les mentalités et les usages évoluent et que l’on intègre dans les critères d’évaluation des appels d’offres et dans l’utilisation des fonds publics la notion de valeur ajoutée Française et/ou Européenne. Aujourd’hui trois éléments principaux guident les choix : le prix, la technique et la RSE. Le moment me semble opportun pour agir et faire intégrer un quatrième critère, la « part France / Européenne ».

Non, la préférence nationale ou européenne n’est pas un gros mot, c’est même la clef essentielle à la résilience de l’industrie.

Le Président de Piriou que je suis est évidement déçu, mais ce n’est pas grave. En revanche le citoyen et contribuable que je suis également est très inquiet par l’absence de vision, à moyen et à long terme, que révèlent de telles décisions.

Concarneau, le 03 décembre 2020
Vincent Faujour
Président de Piriou

www.piriou.com

Partager sur :